Plus d’amendements constitutionnels proposés en deuxième lecture à la Douma; Poutine déclare que la remise à zéro de la durée du mandat présidentiel, lui permettant théoriquement de se représenter, est possible si elle est approuvée par la Cour constitutionnelle | Natylie’s Place

PLUS D’AMENDEMENTS CONSTITUTIONNELS PROPOSÉS EN DEUXIÈME LECTURE À LA DOUMA; POUTINE DÉCLARE QUE LA REMISE À ZÉRO DE LA DURÉE DU MANDAT PRÉSIDENTIEL, LUI PERMETTANT THÉORIQUEMENT DE SE REPRÉSENTER, EST POSSIBLE SI ELLE EST APPROUVÉE PAR LA COUR CONSTITUTIONNELLE

Le comité constitutionnel nommé par Poutine pour examiner d’autres amendements et changements possibles à la constitution russe aurait reçu des centaines de propositions sur une série de questions, tant du public que des membres du gouvernement. Mais la date limite de soumission des propositions était le 2 mars. À cette date, Poutine lui-même a soumis plusieurs autres propositions d’amendements constitutionnels .

Ces nouvelles propositions, qui ont été acceptées par la Douma et seront incluses dans un vote national des Russes sur l’ensemble des réformes constitutionnelles du 22 avril, visaient manifestement à apaiser certains groupes en Russie, y compris les Russes à faible revenu, ceux qui prônaient la nationalité russe l’indépendance et l’Église orthodoxe dont la position sur certaines questions culturelles reflète l’attitude de nombreux Russes.

Ces modifications proposées comprennent les éléments suivants, résumés avec brio par le journaliste russe Bryan MacDonald:

  • La nécessité de mentionner Dieu dans le document.
  • Il est interdit aux fonctionnaires de détenir des comptes bancaires et de nationalité étrangers.
  • Une interdiction de céder tout territoire russe.
  • La restriction du mariage à l’union d’un homme et d’une femme, excluant le mariage gay.
  • Dispositions visant à reconnaître la Fédération de Russie moderne comme le successeur de l’URSS (une décision qui consacre son héritage en tant que vainqueur de la Seconde Guerre mondiale).
  • Une mention de la « vérité historique » pour protéger « la grande réussite des Russes dans leur défense de la patrie » (Ceci est également une référence au rôle de l’URSS / Russie dans la Seconde Guerre mondiale et une réponse à l’UE tentative de re- écrire l’histoire au nom de certains éléments en Pologne et dans les pays baltes – Natylie)
  • Le peuple russe sera reconnu comme le fondateur de l’État (ce qui implique également que la langue nationale est le russe).
  • Une garantie que le salaire minimum ne sera pas inférieur au coût de la vie.

Cependant, ce qui a retenu encore plus l’attention récemment, c’est une tournure particulière des événements à la Douma dans laquelle la parlementaire Valentina Tereshkova, la première femme soviétique dans l’espace, a proposé que «l’horloge soit remise à zéro» – pour ainsi dire – en termes présidentiels. à 2024. Cela signifierait que Poutine pourrait se représenter à nouveau en 2024 et purger ce qui serait la limite constitutionnelle de 2 mandats. Selon des rapports, cette suggestion semblait semer la confusion dans la Douma et Poutine a ensuite fait une apparition imprévue à la Douma pour résoudre le problème. Il a ensuite déclaré que la remise à zéro de la présidence était possible mais devait être approuvée par la Cour constitutionnelle et le peuple russe lors de leur vote le 22 avril.

Inutile de dire que je ne suis pas le seul à avoir été déconcerté par cela. Comme l’ explique Paul Robinson :

Était-ce l’objectif de Poutine depuis le début? At-il mis Tereshkova à la hauteur? Ou était-il aussi aveugle à sa proposition que tout le monde? Ce n’est pas clair. S’il l’avait voulu, il aurait été plus simple de simplement l’inclure dans les amendements originaux. D’un autre côté, cela semble sans doute meilleur s’il semble provenir d’une sorte de demande d’en bas, en particulier lorsqu’il est exprimé par quelqu’un comme Tereshkova qui a quelque chose d’un statut héroïque. Mais là encore, ce statut signifie qu’elle a une autorité morale indépendante et n’a pas à faire tout ce que le Kremlin lui demande. C’était peut-être son idée après tout, et elle agissait seule. Dans ce cas, cependant, pourquoi Poutine ne l’a-t-il pas rejeté?

Il y a plusieurs possibilités de spéculer. Cela a-t-il été organisé de sorte que la Cour constitutionnelle puisse le juger inconstitutionnel et Poutine peut se conformer à la décision – là, voyez-vous, le système fonctionne, nous avons des freins et des contrepoids?

Il est stratégique pour moi que Poutine veuille laisser la classe politique deviner ce qu’il va faire exactement et quand il va le faire afin d’empêcher la course au pouvoir qu’il sait se produire s’il est perçu comme un canard boiteux qui part bientôt.

En fin de compte, même si le travail accompli par Poutine est impressionnant, il a fait passer la Russie d’un État défaillant à un pays avec un niveau de vie décent et une force avec laquelle il faut compter sur la scène mondiale, Poutine est mortel et il doit y avoir une certaine préparation pour avoir enlevé les roues d’entraînement afin que de nouveaux dirigeants puissent intervenir et continuer à diriger le pays sur la voie à suivre. Je pensais que c’était ce qu’il commençait à faire avec son annonce de réformes en janvier.

Pour les raisons mentionnées ci-dessus, je pense que ce serait une erreur pour Poutine de rester président après 2024 plutôt que de revenir à un rôle consultatif en coulisses. Sauf, bien sûr, le plan est de le garder pour toujours – éventuellement avoir son cadavre en peluche et calé dans un coin du Kremlin et gouverner via la séance.

Résultat d'image pour les mèmes de séance
https://imgflip.com/i/1c24zj

Mais sérieusement, dans ma lecture de l’histoire de la Russie, j’ai remarqué que chaque fois qu’un dirigeant voulait mettre en place des réformes, il dégageait toujours inévitablement des forces qu’il ne pouvait pas toujours contrôler. Il y aura des conséquences imprévues. Comme l’ écrit l’ analyste russe Gordon Hahn :

L’ensemble du processus mobilise non seulement la société et l’opposition à la veille du processus électoral fédéral, qui commence avec les élections à la Douma prévues pour septembre 2021, mais peut également susciter des attentes quant à l’importance de la réforme ou de l’adoption d’une ou une autre réforme dans l’une ou l’autre circonscription. C’est là un danger pour Poutine et la stabilité politique de la Russie. «  Ci-dessous  », dans la société, les groupes d’opposition pro-démocratie ont probablement un ensemble d’aspects suffisamment bas concernant Poutine qu’ils n’attendent pas grand-chose de ce qu’ils considèrent comme des résultats positifs, en particulier la libéralisation politique ou la démocratisation. Cependant, des groupes d’opposition plus radicaux ainsi que des éléments plus ou moins pro-régime tels que l’Église orthodoxe russe ou des nationalistes d’une bande ou d’une autre pourraient poser un peu de problème. Certains parmi ces derniers, des «conservateurs» ou traditionalistes, moins intéressés ou même opposés à la démocratisation, avancent des propositions d’une autre nature. L’idée d’inclure le mot «Dieu» d’une manière non encore clarifiée ou une déclaration selon laquelle «le mariage est une institution liant un homme et une femme» est avancée. Si les modifications finales excluaient ces propositions ou d’autres propositions émanant de groupes ayant des attentes, leurs propositions seraient incluses, le résultat pourrait entraîner une dissidence et une division.

De même, la mesure dans laquelle les amendements touchant le système politique affectent la durée du mandat de Poutine dans certains postes non présidentiels et donc le rythme et la profondeur du changement inhérent à 2024, affaiblissant potentiellement les perspectives politiques et commerciales d’un clan ou d’un autre , le débat sur les changements systémiques pourrait provoquer une scission avec l’élite dirigeante. Une telle scission pourrait s’articuler autour de désaccords entre ceux qui préféreraient que Poutine reste au moins jusqu’en 2024 et prennent un poste sérieux ou plusieurs bureaux sous un nouveau président «  gardien  » et ceux qui préféreraient un départ plus rapide, peut-être même à mi-parcours élections présidentielles et un rôle minimal ou nul pour Poutine sous le prochain président.

Peut-être que cela jette plus de lumière sur la deuxième série d’amendements proposés par Poutine énumérés ci-dessus. Conclusion: la réforme n’est pas facile. Les choses peuvent se compliquer. Poutine pourrait simplement garder ses options ouvertes au cas où ces conséquences involontaires deviendraient trop déstabilisantes – du moins, dans son esprit.

Navigation après

LAISSER UNE RÉPONSE

Source : Plus d’amendements constitutionnels proposés en deuxième lecture à la Douma; Poutine déclare que la remise à zéro de la durée du mandat présidentiel, lui permettant théoriquement de se représenter, est possible si elle est approuvée par la Cour constitutionnelle | Natylie’s Place

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :