Exemple d’alternative pour nous gérer sans État ni institutions coercitives obsolètes… | jbl1960blog

EXEMPLE D’ALTERNATIVE POUR NOUS GÉRER SANS ÉTAT NI INSTITUTIONS COERCITIVES OBSOLÈTES…

Juste un exemple !

Résultat de recherche d'images pour

À étudier, et à adapter dans cet ICI & MAINTENANT ;

Et à l’heure où la « gauche » étatique se cherche en Bolivie, au Venezuela, au Mexique, après un retour continu de la droite au pouvoir en Amérique latine ; L’année 2015 fait figure de tournant, avec l’élection de Mauricio Macri en Argentine et la défaite du camp chaviste aux élections législatives vénézuéliennes, avant que le rejet par référendum de la réforme de la Constitution bolivienne voulue par Morales en 2016, la victoire de Sebastián Piñera au Chili en 2017, celles d’Ivan Duque en Colombie, de Mario Abdo au Paraguay et de Jair Bolsonaro au Brésil en 2018 n’attestent définitivement un retournement de la conjoncture politique. Seule l’élection d’Andrés Manuel López Obrador au Mexique, en juillet de cette année, semble aller à l’encontre de cette dynamique régionale que l’on peut également observer au travers d’autres prismes que ceux des consultations électorales – ainsi, la mise en sourdine de la révolution citoyenne équatorienne par Lenín Moreno, qui avait pourtant été le vice-président de Rafael Correa, ou le tournant violemment répressif pris par le gouvernement nicaraguayen de Daniel Ortega depuis avril. Source Libé de novembre 2018.

Exemple de Charte Confédérale d’inspiration Bakounienne en 13 points ;

Résultat de recherche d'images pour

Dans une nouvelle version PDF N° 141 de 9 pages, mise à jour ► Exemple de Charte Confédérale inspirée par Michel Bakounine en 1895 – Revu & Corrigé par JBL en novembre 2019

Publié initialement en analyse le 3 mai 2017, soit entre les deux tours de la dernière présidentielle en France, qui a vu l’avènement de la seconde taupe zunienne dans le fauteuil élyséen, Emmanuel « Jupiter » Macron. Dans : Exemple de Charte Confédérale, inspirée par un texte de Michel Bakounine

“Le congrès réuni à St Imier déclare que :

  1. La destruction de tout pouvoir politique est le premier devoir du prolétariat.
    2) Toute organisation d’un pouvoir politique soi-disant provisoire et révolutionnaire pour amener cette destruction ne peut être qu’une tromperie de plus et serait aussi dangereuse pour le prolétariat, que tous les gouvernements existant aujourd’hui.”

~ Congrès de l’Internationale anti-autoritaire de St Imier, 1872 ~

Résistance 71 qui a porté à notre connaissance ce texte, précisait ceci à l’époque : Une des raisons qui amena la 1ère guerre mondiale fut pour l’oligarchie industrio-banquière de détruire le prolétariat radical européen. Quand on lit cette charte, on comprend pourquoi l’oligarchie a eu pour mission l’éradication du prolétariat conscient et radical. À noter aussi qu’à cette époque dans toute l’Europe, en Amérique du nord et du sud, l’anarchisme supplantait et de loin en volume de lutte sociale, le marxisme qui était quasi inexistant. La CNT espagnole a fini par avoir plus d’un million et demi d’adhérents avant 1936, loin, très loin devant un parti communiste espagnol quasi inexistant… L’idée et l’action anarchistes ont mûri en Espagne, par exemple, depuis 1868, l’aboutissement fut le brouillon de révolution sociale de 1936, dans : Résistance politique : Un exemple de charte confédérale

Michel Bakounine, en versions PDFs que j’ai toutes réalisées, sur ce blog ;

La Théorie identique de l’Église et de l’ÉtatMichel Bakounine, 1869 – PDF N° 97 de 15 pages

La Commune de Paris et la notion d’État, Michel Bakounine, 1871 – Création originale au format PDF N° 96 de 16 pages

Dieu et l’État, Michel Bakounine – 1ère édition française de 1882 – PDF N° 53 de 59 pages

Bakounine et l’État marxiste par Gaston Leval – PDF N° 31 de 26 pages

Résultat de recherche d'images pour

Et c’est grâce à nos échanges permanents avec Résistance 71, réalisant toutes leurs versions PDFs, en plus des miennes, que nous pouvons également préciser ceci : quelle que « charte » que ce soit, il faut aussi comprendre qu’elles ont été écrites, sont écrites, dans un contexte politique et historique particulier qui peut ne plus s’appliquer au moment présent, mais il y a un fond universel en toutes que chacun peut retrouver et qui sera de fait toujours applicable. Il faut à notre sens toujours faire attention en présentant ces textes en précisant comme pour, par exemple, Kaianerekowa ou la Sixta ou le Confédéralisme Démocratique du Rojava que ce sont des exemples actifs qui fonctionnent dans leur contexte particulier, ce ne sont pas des recettes à appliquer à la lettre. Idem pour celle de Bakounine etc…
Une fois précisé cela on peut diffuser ces textes que les gens puissent les avoir en référence et non pas en « modèle ». Si les Gilets Jaunes en faisaient une, il faudra qu’elle intègre leur réalité, encore faut-il que les gens sachent de quoi il retourne. C’est pourquoi nous pensons que le Texte de Paulo Freire « La pédagogie des opprimés » est hyper important. Ce texte explique pas à pas le cheminement intellectuel et pratique vers l’émancipation en adéquation avec la réalité bien comprise pour chacun.

Cela est particulièrement vrai avec la Sixta, charte actuellement en cours d’application/adaptation au Chiapas principalement, et sur laquelle n’ont pas voulu prendre « exemple », ni même l’étudier, où tout simplement s’en inspirer, les autres pays d’Amérique latine ; le Venezuela, la Colombie, l’Uruguay, le Paraguay, l’Argentine, le Chili, le Brésil et comme nous l’avons vu dernièrement avec la Bolivie. Mais bien pire, encore, avec le nouveau président élu de « gauche » Mexicain Andrés Manuel López Obrador qui réprime, dans le sang, le Mouvement Zapatiste, et tous ceux qui s’en inspirent pour le pratiquer !

Dans l’Esprit Zapatiste : L’Humain nait de la diversité ;

El votán Zapata est l’esprit qui ne meurt jamais ou, plus exactement, qui meurt et qui toujours renaît. C’est l’esprit de révolte, l’esprit rebelle, l’esprit du guerrier qui sourd de la montagne et qui s’étend dans la vallée, c’est l’esprit des hautes plaines et des déserts arides, c’est l’esprit sioux, l’esprit apache, l’esprit Zapata.

Dans un recoin du Mexique, le peuple zapatiste s’est soulevé en armes le 1er janvier de l’année 1994. Il était animé par un esprit, el votán Zapata. El votán Zapata c’est seulement l’esprit prophétique. Mais cet esprit prophétique n’est pas celui d’un homme, d’un individu, d’un prophète marchant à la tête de son peuple et faisant en sorte que les eaux se retirent devant lui. […] celui d’un monde à venir et à construire : « Votre jour était notre nuit, notre jour sera votre nuit.* » Ce n’est pas non plus l’esprit révolutionnaire et religieux. Ce n’est pas annoncer ce qui va nécessairement arriver ; c’est s’engager dans ce qui advient, ne pas annoncer le mouvement, mais devenir mouvement, épouser son propre mouvement, redevenir humain en quelque sorte ; l’esprit prophétique est tout simplement l’esprit pragmatique, il est se réalisant. […] Les zapatistes ne cherchent pas à imposer leur point de vue sur le monde comme point de vue unique sur le monde. Chacun est appelé à s’organiser à sa manière, selon son propre point de vue. C’est une cosmovision à rebrousse-poil de la nôtre (a contrapelo) et, représentant une véritable déflagration de nos certitudes les plus enfouies, elle ébranle notre subjectivité la plus profonde. Ne sommes-nous pas les enfants d’une civilisation qui s’impose comme point de vue unique sur le monde, celui des marchands ? […] Les zapatistes portent la critique au cœur de notre monde, ils n’opposent pas un point de vue unique à un point de vue unique, un universalisme à un universalisme. […] La résistance des peuples face à l’hégémonie capitaliste est bien réelle. Cette résistance est une critique réelle du monde marchand, mais elle reste statique, elle fait du surplace, elle peut bien s’organiser et se construire, mais elle reste bloquée à la défense d’un mode de vie, elle s’attarde seulement à défendre son point de vue, elle n’est pas porteuse de l’idée qui lui permettrait d’aller au-delà de ce qu’elle défend, elle n’est pas animée par l’esprit prophétique, par le souffle qui met en branle le mouvement, l’ollin. El votán Zapata est ce souffle. L’idée de pluriversalité est ce souffle, elle est en porte-à-faux avec celle d’un monde unique et universel, elle offre un véritable changement de perspective : il n’y a pas un point de vue unique et universel sur l’homme et le monde, mais différents points de vue, c’est-à-dire différents modes de vie, qui sont différents modes d’adaptations aux milieux géographiques : l’humain naît de la diversité.

  1. Aussi, à chacun d’entre nous de lire LA SIXTA de l’intégrer, mieux de la conscientiser, et de l’adapter à notre réalité de terrain dans cet ICI, (France) et ce MAINTENANT (Novembre 2019)
  2.  Ainsi que cet autre exemple de Charte Confédérale et plus ancienne « constitution » active au monde, datant du 12ème siècle, Kaianere’ko:wa ou la Grande Loi de la Paix de la Confédération Iroquoise.Il n’est pas question d’en prôner une application Per se à nos sociétés qui sont culturellement et structurellement différentes de la société iroquoise, mais nous pouvons l’étudier et adapter ce qui est adaptable notamment dans le domaine de l’horizontalité de la prise de décision politique et du schéma de la chefferie sans pouvoir*. Une charte de ce style a non seulement un impact sur le processus politique d’une société, mais aussi sur le processus économique et donc écologique. Il est également à noter le processus politique par des femmes et des conseils des femmes, dans une société matrilinéaire et égalitaire.
  3. Et enfin, faire de même, avec le Manifeste du Confédéralisme Démocratique du Rojava par Abdullah Öcalan, 2011. Öcalan s’étant lui-même inspiré du texte de Murray Bookchin « Le Municipalisme Libertaire, 1995 » pour sortir de la ligne “orthodoxe” marxiste empruntée par son parti depuis le milieu des années 70 pour épouser la méthodologie du municipalisme libertaire. Ce sont ces principes fondamentaux et sa réflexion personnelle sur la société, l’État et la civilisation, qui ont amené Öcalan à fonder le Confédéralisme Démocratique en 1999, qui fut mis en application au Rojava dès 2005.

RIEN NE NOUS INTERDIT DE FAIRE DE MÊME ;

Bien au contraire, toutes ces lectures combinées avec ces autres textes fondamentaux que je vous propose, ci-dessous, et faisons le P.A.R.I. que nous serons ainsi, TOUTES & TOUS en capacité, dans cet ICI & MAINTENANT, mais surtout d’OÙ NOUS SOMMES, de nous MUTUALISER/COORDONER en associations libres, volontaires et autogérées ;

Nouvelle Version PDF de La Société du Spectacle de Guy Debord, 1967 – Version PDF N° 139 de 88 pages

Nouvelle Version PDF du Municipalisme Libertaire de Murray Bookchin, 1995 – PDF N° 140 de 21 pages

Contre les guerres de l’Avoir, la guerre de l’Être, du Collectif Guerre de Classe, Octobre 2019, dans une version PDF N° 137 de 41 pages

L’Indispensable de Pierre Kropotkine, PDF N° 105 de 30 pages

Textes choisis anarchistes de Ricardo Flores Magon (1874-1922) – PDF N° 77 de 40 pages. Ricardo Flores Magon était un journaliste et activiste anarchiste mexicain, né à Oaxaca influencé par les pensées de BakounineReclus et surtout Kropotkine dont l’ouvrage “La conquête du pain”fut une grande source d’éveil politique pour lui. À partir des années 1910, il fut impliqué avec la révolution sociale mexicaine d’Emiliano Zapata et Pancho Villa. RFM inspira Paulo Freire, le Sous-Commandant Marcos, et tant d’autres jusqu’à nous…

La pédagogie des opprimés de Paulo Freire, 1970 (réédition en français, traduction du Collectif R71, et mise en page PDF de Jo Busta Lally) PDF N° 83 de 111 pages ;

  1. L’Éducation comme pratique de la liberté, 1965 – Version PDF N° 93 de 22 pages
  2. Extension ou Communication, 1969 – Version PDF N° 94 de 13 pages

Manifeste pour la société des sociétés du Collectif R71

Solution anthropologique pour une société des sociétés ► résoudre l’aporie de Pierre Clastres, par R71

ANTHROPOLOGIE POLITIQUE AVEC PIERRE CLASTRES (5) ;

  1. Échange & Pourvoir ► Philosophie de la chefferie indienne, Pierre Clastres, 1962 Version PDF N° 101 de 25 pages.
  2. Pierre Clastres, 1974 – Anthropologie Politique : De l’ethnocide, version PDF N° 102 de 18 pages.

Conférences (10), Causerie et Analyses de Charles Macdonald, Anthropologue au CNRS – Version PDF N° de 109 de 144 pages

Anarchisme Africain ; L’Histoire d’un mouvement par Sam Mbah et I.E. Igariwey, PDF N° 56 de 43 pages

PAGE ANTHROPOLOGIE POLITIQUE : Origine & Critique de l’État

Pour retrouver toutes les autres versions PDFs (141) n’hésitez pas à farfouiller dans cette page de mon blog ► https://jbl1960blog.wordpress.com/les-pdfs-realises-par-jbl1960/ C’est en lecture, téléchargement, impression, diffusion et partage, libres et gratuits car TOUT ce qui participe du développement de l’humanité et de l’éveil de nos consciences DOIT être accessible à NOUS TOUS et gratuitement.

Qu’est-ce qu’on risque à essayer ?

Sinon peut-être de réussir ?

Éteignons les écrans et rallumons les cerveaux… MAINTENANT !
Éducation, connaissance, diffusion, intégration, action => BOYCOTT

Sinon, en France et si on laisse faire Macron & son orchestre alors ce sera la fusion, actuellement en cours, de la haute finance impérialiste totalitaire et eugéniste occidentale avec son homologue chinoise, qui elle possède une infrastructure coercitive couplée à un arsenal TECHNOTRONIQUE bien plus dévouée que celle de l’occident à l’heure qu’il est ► REFUSONS LA DICTATURE TECHNOTRONIQUE EnMarche ! (Vidéo VOSTFR)

ENSEMBLE, EMPÊCHONS-LES DE REFERMER LES GRILLES TOTALITAIRES SUR NOUS & AVANT QU’IL NE SOIT TROP TARD…

Il y a un autre chemin, une autre voie, à nous de voir si nous voulons rejoindre les cyborgs et accepter la DICTATURE TECHNOTRONIQUE ou être et incarner la RÉSISTANCE

Et ça commence MAINTENANT car il n’y a rien à attendre, rien à voir et surtout rien à espérer de cette Société et/ou de ce Système là. Aussi, dès maintenant, appelons à boycotter les prochaines élections municipales et en même temps, organisons-nous en associations libres, volontaires et autogérées HORS ÉTAT & SES INSTITUTIONS !

JBL1960

 

Navigation de l’article

3 RÉFLEXIONS SUR « EXEMPLE D’ALTERNATIVE POUR NOUS GÉRER SANS ÉTAT NI INSTITUTIONS COERCITIVES OBSOLÈTES… »

  1. En créant une société parallèle, celle des associations libres fédérées, et en boycottant le système et institutions de manière exponentielle au nombre de gens rejoignant les associations libres ; À un moment donné, la désobéissance civile, donc la confrontation avec l’État sera inévitable, mais si les gens, nous, la minorité, faisons tourner la société déjà localement en ignorant l’État et le système politico-économique qui nous sont imposés, l’obsolescence de ces entités ne fera que croitre et elles tomberont quasiment d’elles-mêmes ou avec un petit coup d’épaule « non-violent ».

    C’est avant tout une question d’état d’esprit individuel d’abord, puis collectif ensuite, se confédérant par la solidarité car il faut cesser de nous laisser dicter nos « différences » par l’oligarchie qui perd totalement les pédales et surtout il faut cesser de la laisser organiser notre division.

    La première des priorités est de comprendre que collectivement, il y a bien plus de choses qui nous rassemblent que de choses qui nous divisent. La division est induite, fabriquée et donc certainement pas inéluctable, et comme nous avons pu le lire car il y a de grandes leçons à tirer du passé et des enseignements à tirer de nos sociétés ancestrales européennes et d’ailleurs.

    D’où la proposition de lecture, au format PDF de toujours plus nombreux textes fondamentaux et majeurs car je ne crois pas qu’il soit possible de retrouver une conscience politique sans (re)lire certains textes fondamentaux.

    Il est capital que les gens lisent, décantent et se réapproprient les idées pour les intégrer à notre réalité sinon comme le disait si bien Paulo Freire, on ne reste que dans le militantisme aveugle et aveuglé… Les textes sont des clefs, pas des finalités en eux-mêmes… juste des clefs de la porte de la perception.

    Le problème c’est que bien des gens ne lisent plus et ont acquis la capacité de concentration et de mémoire d’un poisson rouge, et encore c’est pas gentil pour les poissons rouges. C’est en changeant cela, petit à petit, en proposant des lectures ciblées notamment qu’ainsi en se modifiant, en modifiant sa façon de voir/percevoir les gens, les choses, en changeant d’attitude qu’on peut espérer changer le monde et le cours de l’Histoire de l’Humanité.

    Ce n’est pas parce qu’on cite Gandhi parfois que l’on est des benêts-bobos-gogos.

    Mais c’est en changeant d’attitude notamment envers l’État, en se modifiant soi-même d’abord, qu’ensuite on sera en capacité de changer l’Humanité.

    Être prêt pour limiter au maximum les effets « néfastes » de l’inévitable « révolution » qui s’en vient n’est pas un signe de faiblesse, bien au contraire.

    Comme d’ailleurs cela est induit dans La Grande Loi de la Paix : qui veut la paix, prépare la paix, et non la guerre ad vitam æternam…
    JBL

    J’aime

  2. Des voisins dans un bar parlent avion – 8 novembre 2019

    Récemment dans un bistrot à la table d’à côté j’entendais mes voisins, 5 ou 6 personnes, parler de leurs vacances et de leurs voyages. En avion. Moyenne d’âge : une soixantaine d’années.

    Quel lien font-ils avec la destruction du monde ? D’un certain côté, aucun.

    D’un autre côté, ils savent puis ils oublient. Pourquoi ? Parce qu’assumer une telle lucidité les mènerait d’abord à culpabiliser, ensuite éventuellement à se priver, pendant que les autres, les autres touristes, continueront à voyager. Peut-être aussi ne savent-ils rien faire d’autre de passionnant que voyager…

    C’est exactement là que nous mènent l’atomisation des gens, l’individualisme.

    Seule alternative pour y échapper : la concertation, tout en abordant autre chose que nos récentes ou prochaines destinations exotiques.

    Lorsque les habitants d’un territoire donné produiront dans la convivialité leurs propres biens de consommation vitaux, ils n’auront plus besoin de partir pour trouver un sens à leur vie.

    Bon. J’imprime, je mets dans mon sac, et je donne à lire dès que la situation se représente…

    Vieux métier oublié : les réveilleurs.
    Ce métier consistait à réveiller les gens, en particulier les ouvriers, pour quelques centimes afin qu’ils n’arrivent pas en retard à leur travail. Les réveils coûtaient trop cher à l’époque. Les réveilleurs étaient en général des femmes ou des personnes âgées car c’était pour eux le métier le plus lucratif qu’ils pouvaient exercer. Les réveilleurs utilisaient cailloux, cris, bâtons, sifflets et ne partaient pas tant qu’ils n’avaient pas vu que la personne était réveillée.

    Source ► http://gorgerouge.unblog.fr/2019/11/08/des-voisins-dans-un-bar-parlent-avion-8-novembre-2019/

    J’aime

RÉPONDRE

Source : Exemple d’alternative pour nous gérer sans État ni institutions coercitives obsolètes… | jbl1960blog

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :