136 – Peut-on prédire l’avenir? |

136 – Peut-on prédire l’avenir?

C’est le titre de la première section du chapitre 15 de mon livre sur la thermodynamique de l’évolution. J’ai donc déjà donné ma réponse à cette question: on peut prédire un temps propice aux avalanches, mais pas une avalanche particulière. De même, on peut prédire une époque propice aux crises, mais pas une crise particulière.

Notre compréhension de la dynamique de l’atmosphère terrestre, notamment celle des cyclones et des anticyclones, nous permet de faire des prévisions météorologiques réalistes, au moins à court terme. De même, notre compréhension nouvelle des cycles économiques, à travers des recherches comme celles de Gerhard Mensch (billet 109), ou celle des cycles historiques, grâce aux travaux de Turchin et Nefedov (billet 90), devrait nous permettre de prévoir l’évolution des sociétés humaines à l’échelle de quelques dizaines d’années. Toute science progresse en faisant des prédictions qui sont ensuite vérifiées ou non par l’expérience. Dans le cas d’une société humaine, la vérification des prédictions demandera du temps, mais cela ne doit pas nous empêcher de les faire aujourd’hui, laissant aux jeunes générations le soin de les vérifier ensuite.

Si les prévisions qui suivent s’avèrent justes, cette vision s’en trouvera confortée et pourra servir de base à une meilleure compréhension des sociétés humaines. Il s’agit bien sûr de prévisions statistiques. Je parlerai de probabilité de crise comme on parle de probabilité de pluie ou de beau temps. Dans tous les cas, il est utile de faire des prévisions. Celles-ci concernent les pays occidentaux et plus particulièrement la France, sachant que son évolution est intimement liée à celle de ses pays voisins.

Il faut tout d’abord bien comprendre qu’une société n’a pas de période propre. Elle décrit des cycles de Carnot semblables à ceux d’une machine thermique. Plus elle dissipe d’énergie, plus la machine tourne vite. Ceux de mes lecteurs qui ont un compte-tour sur leur voiture savent que plus ils appuient sur l’accélérateur plus leur moteur tourne vite. Il en est de même des sociétés humaines. Plus elles dissipent de l’énergie plus les cycles qu’elles décrivent sont courts. Turchin et Néfédov donnent des exemples de cycles historiques d’une durée de plusieurs siècles. Pour l’historien Giovanni Arrighi (3), nos sociétés actuelles décrivent des « longs siècles » d’à peine plus de cent ans. Cela montre que nous dissipons plus d’énergie qu’autrefois. Cela semble clair si l’on songe à l’usage croissant que nous avons fait de la houille puis du pétrole.

La figure de Thomas Piketty reproduite sur mon billet 118 montre que les économies européennes se sont effondrées en 1910. Il s’en est suivI la première guerre mondiale. Il est donc naturel de faire commencer un nouveau cycle en 1918. On peut le décomposer en 4 phases de 30 ans chacune. Selon la nomenclature de Turchin et Néfédof, la première phase, dite de dépression irait de 1918 à 1948. Elle comprend la grande dépression de 1929. Connue sous le nom de 30 glorieuses, la phase d’expansion irait de 1948 à 1978. Vient ensuite la phase de stagflation, marquée par la venue au pouvoir de Ronald Reagan aux U.S.A. et de Margaret Thatcher en Angleterre. Cette phase s’étend de 1978 à 2008. La crise bancaire de 2008 marquerait le début de la phase de crise.

Comme pour les trois premières phases, on s’attend à ce que la phase de crise dure 30 ans. Elle irait donc de 2008 à 2038. Vers le milieu de cette phase, on peut s’attendre à un effondrement économique important. L’italien Ugo Bardi le qualifie de falaise de Sénèque. Centré sur l’année 2023, cet effondrement pourrait avoir lieu vers la fin du mandat présidentiel français actuel. Il nous faudra toutefois attendre l’année 2038 pour voir arriver la fin des crises.

Reproduite de nouveau ici, la figure du billet 117 nous permet d’apporter des précisions supplémentaires. Une phase de crise part d’une société inégalitaire en phase de stagflation (haut de la figure). Les gouvernements essayent de maintenir la production mais les divergences d’opinion s’affrontent. Les seuils élevés des connexions du réseau neuronal rendent difficile tout accord de sorte que les gouvernements deviennent de plus en plus autoritaires (coté droit de la figure). Il s’en suit de nombreux conflits (crises).

Comme nous l’avons vu, on s’attend à ce que la production économique s’effondre vers la fin du mandat présidentiel actuel: c’est la chute du haut de la falaise de Sénèque. Un effondrement de la production implique une régression: on observera alors un retour à des pratiques plus traditionnelles (voir en bas et à droite de la figure). Dans un monde dominé par la compétition, chacun redécouvrira les mérites de la coopération. Les seuils élevés des connections du réseau neuronal font qu’une coopération restera difficile à établir, mais lorsque celle-ci s’établira, elle persistera. Peu à peu l’intensité des connections du réseau augmentera (bas de la figure), mais les seuils élevés des connections empêcheront toujours le réseau de « percoler ». L’économie restera en panne.

Ce n’est que dans la phase suivante, dite phase de dépression, que les seuils commenceront à baisser, permettant à l’économie de reprendre. La société redeviendra alors plus égalitaire, mais cela ne se produira pas avant 2038. Je ne serai plus là pour le voir, mais la plupart de mes lecteurs, actifs aujourd’hui, pourront le vérifier. Si ma description correspond à ce qu’ils observent, alors la vision théorique présentée ici en sortira confortée et un pas important sera franchi dans notre compréhension de l’évolution de nos sociétés.

Navigation des articles

2 réflexions au sujet de « 136 – Peut-on prédire l’avenir? »

  1. Bonjour,
    Merci encore pour votre article.
    Il confirme la question que je m’étais posée,à savoir le rétrécissement des phases au regard de l’augmentation de la dissipation d’énergie.
    On devrait constater ainsi une période de crise quelque peu plus courte que la précédente.
    Cela semble coller avec la venue du « Peak all oil ».
    L’ASPO parle d’un pic conventionnel+non conventionnel à cet horizon.

    Cordialement.

  2. Bonjour monsieur Roddier.
    Vous écrivez ceci: « Toute science progresse en faisant des prédictions qui sont ensuite vérifiées ou non par l’expérience. »
    N’est-il pas hasardeux de faire des prédictions dans le domaine scientifique?
    Ne serait-il pas plus adéquat de parler d’hypothèses qui seront infirmées ou confirmées?
    Par ailleurs ne pensez-vous pas que la science est aujourd’hui beaucoup plus axée sur des croyances qui font autorité que sur l’émission d’hypothèses pertinentes qui feraient avancer la réflexion. Auquel cas cela justifierait le fait que nous entrons dans une période de d’autoritarisme axée sur la tradition, n’y sommes nous pas déjà?
    Pour ma part, je pense être dans la phase de dépression réflexion. Ce qui voudrait dire que les individus ne traversent pas les phases en même temps

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaire

Nom *

Site web

 Prévenez-moi de tous les nouveaux commentaires par e-mail.

 Prévenez-moi de tous les nouveaux articles par e-mail.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Source : 136 – Peut-on prédire l’avenir? |

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :