Is America About To Officially Dump Pakistan As An “Ally”? | OrientalReview.org

L’Amérique est-elle sur le point de renverser officiellement le Pakistan comme un « allié »?

Andy Biggs, membre républicain du Congrès, vient de présenter la résolution 73 de la Chambre des députés visant à supprimer la désignation du Pakistan comme «allié majeur non membre de l’OTAN», ce qui éliminerait sa coopération militaire privilégiée avec les États-Unis, déjà mise à rude épreuve depuis la suspension par Trump diverses formes d’aide au pays et l’a condamné pour ne pas en faire assez pour lutter contre le terrorisme. Biggs veut faire de tout reclassement du Pakistan un contingent «majeur des alliés non membres de l’OTAN» pour que le président prouve au Congrès que son pays combat le soi-disant «réseau Haqqani» qui a longtemps déprimé les États-Unis, suggérant que cette initiative aurait pu quelque chose à voir avec encore une fois le Pakistan bouc émissaire pour le dernier revers au processus de paix naissant américano-taliban.

En outre, le mouvement lui-même est hautement symbolique car il intervient deux ans après que les États-Unis aient désigné l’Inde, leur rival, leur principal partenaire majeur dans la défense, après avoir conclu un partenariat militaro-stratégique avec le pays pour «contenir» tacitement la Chine. Il est très probable que les États-Unis aient l’idée de remplacer le Pakistan par l’Inde en tant que «dernier allié majeur non membre de l’OTAN», même si cela rapprocherait de manière provocante le Pakistan de ses rivaux russe et chinois, ce qui pourrait avoir de graves conséquences. conséquences pour l’Afghanistan si Islamabad refuse de négocier d’autres négociations entre Washington et les Taliban, par exemple. Globalement, cependant, la suggestion de priver le Pakistan de sa désignation de «principal allié non membre de l’OTAN» est prévisible, car les États-Unis n’ont jamais été «l’allié» du Pakistan .

Peu importe combien le Pakistan a aidé les États-Unis dans leur guerre contre le terrorisme, ni le nombre de dizaines de milliers de Pakistanais qui sont morts alors que l’armée du pays combattait sa propre version de ce conflit sur son propre sol, les États-Unis ont toujours traité le Pakistan avec condescendance partenaire « et lui a reproché de » faire plus « . Au cours des deux dernières années, le Pakistan a finalement décidé de ne plus rien dire et a commencé à mener une politique étrangère indépendante qui s’efforce de parvenir à un «équilibre» entre les grandes puissances du monde au lieu de perpétuer indéfiniment sa dépendance stratégique à une seule, comme le États-Unis, qui a révolutionné les affaires régionales et mondiales en raison de l’importance géostratégique du mégaprojet CPEC .

Camions de l'OTAN
Des camions de l’OTAN franchissent la frontière pakistanaise

Certains bureaucrates (ou «États profonds») permanents des États-Unis dans les domaines de l’armée, du renseignement et de la diplomatie pourraient vouloir «punir» le Pakistan pour cela par divers moyens, tels que la suppression symbolique de son statut de «principal allié non membre de l’OTAN». , d’autres comprennent également que de nombreux Pakistanais seraient heureux de voir enfin disparaître leur fausse «alliance» avec les États-Unis et savent que leur pays pourrait rendre les choses difficiles pour les États-Unis en Afghanistan, raison pour laquelle il reste à voir si cette mesure passer à la loi. Même dans ce cas, cela envoie néanmoins un signal fort à Islamabad: certains à Washington entretiennent des intentions très hostiles contre leur pays et n’apprécient pas les nombreux sacrifices qu’ils ont faits en leur faveur lors de la guerre contre le terrorisme.

L’article présenté est la transcription partielle de l’émission radiophonique CONTEXT COUNTDOWN sur Sputnik News,  diffusée le vendredi 18 janvier 2019 :

Lecteur audio

CLAUSE DE NON-RESPONSABILITÉ:  L’auteur écrit pour cette publication à titre privé qui ne représente pas une personne ni une organisation autre que son point de vue personnel. Rien de ce qui a été écrit par l’auteur ne devrait jamais être confondu avec les vues éditoriales ou les positions officielles de tout autre média ou institution.

Les rappels sont les bienvenus avec la référence à la REVUE ORIENTALE.
Version imprimable, PDF et courriel
  • OTAN

Un commentaire
  1. Que peut-on attendre de manière réaliste des «pourparlers de paix» avec Talian? Tout au plus pourraient-ils produire une hudna, et cela uniquement s’ils perdaient et jusqu’à ce qu’ils puissent se regrouper. Ils n’ont aucun intérêt à partager le pouvoir. De leur point de vue, pourquoi devraient-ils?

    L’aide de Reagan aux djihadistes (pendant les opérations antisoviétiques) a été acheminée par l’intermédiaire de l’ISI pakistanaise, qui a insisté pour que cette aide aille aux islamistes les plus radicaux ou corrompus, et a nui au Gén Massood, qui est relativement laïque. Le résultat fut la création d’Al Queda. Massood a été assassiné peu de temps avant le 11 septembre.

    Après le départ des Soviétiques, l’ISI a créé les talibans, qui se sont alliés à AQ. Les États-Unis et l’Alliance du Nord ont vaincu les deux militairement, mais les États-Unis les ont laissés bêtement s’échapper, ont dissous l’AN, puis refusé d’autoriser le retour de leur roi. Sans parler de la stupide interdiction de l’opium, de l’occupation et des subventions.

    L’armée pakistanaise a subi des pertes, mais cela est dû à des conflits internes entre islamistes et promoteurs du terrorisme. L’armée pakistanaise préfère garder le contrôle du gouvernement et de ses armes nucléaires, alors que ses concurrents djihadistes veulent avoir le contrôle. Aucun d’entre eux ne veut d’humanisme, de développement ou de liberté. En outre, ils ont abrité Oussama ben Laden, situé à quelques pas de leur académie militaire.

    Outre le fait qu’ils sont islamistes (faisant référence à l’islam politique) et promouvant le terrorisme (selon leur propre variété, par le biais de mandataires tels que les Taliban), le Pakistan a ce problème supplémentaire: leur coutume tribale privilégiant le mariage entre proches parents. Cela se traduit par une incidence beaucoup plus grande d’anomalies génétiques et un QI plus faible.

    Les États-Unis devraient s’allier à la Russie, à la Chine et à l’Inde. Mais pas le Pakistan – jusqu’à ce qu’une réforme radicale y ait lieu, ce qui est peu probable.

Laisser une réponse

Source : Is America About To Officially Dump Pakistan As An “Ally”? | OrientalReview.org

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s