LA CAUSE DU PEUPLE : Méfiez-vous des « fake news » sur le climat

LA CAUSE DU PEUPLE

Contribution à la lutte contre les deux Armes de Destruction Massive (ADM) de l’Impérialisme : l’islamisme et le sionisme.

mardi 1 janvier 2019

Méfiez-vous des « fake news » sur le climat

La conférence de Porto sur le Climat Basic Science of a Changing Climate: How process in the Sun, Atmosphere and Ocean affect Weather and Climate, s’est déroulée à Porto les 7 et 8 septembre 2018. On y a présenté 35 communications, 4 posters et 2 séances de discussions. Voici la traduction de l’excellent compte-rendu de la Conférence de Porto rédigé par le géophysicien de l’Université de Stockholm,  Nils-Axel Mörner.

Ces conclusions contredisent les poncifs concernant le réchauffement climatique, le rôle du CO2, l’acidité des océans etc.

En annexe, vous trouverez une justification mathématique confirmant les conclusions ci-dessous.Hannibal Genséric

 

 

Vous trouverez ci-dessous un certain nombre d’énoncés et de conclusions en rapport avec ce qui y a été présenté et discuté.

– L’étude des changements climatiques et des changements du niveau de la mer était jadis reliée à des disciplines comme la géologie, la paléontologie et la géographie. Cela se traduisait par de solides ancrages dans les faits et observations. La météorologie était alors confinée à l’étude et à la prévision du temps. On peut considérer comme une tragédie scientifique le fait que la discipline météorologique se soit maintenant emparée du changement climatique et du changement du niveau des océans (suite au projet du GIEC commencé dans les années 1980), laquelle n’avait aucune tradition bien établie dans l’analyse historique. « Nos meilleurs outils pour cela sont dans les roches, les mathématiques, la physique et dans notre intelligence » [1].

– Ce qu’on appelle souvent « météo extrême » n’est ni extrême, ni inhabituel; il s’agit plutôt d’une caractéristique naturelle de la machine météo. Aucune analyse temporelle des événements météo ne réussit à démontrer une quelconque tendance d’accroissement dramatique du passé vers le présent.

– Considérer le CO2 comme le moteur principal du changement climatique constitue une faute sérieuse [2]. Elle est basée sur « une erreur élémentaire et grave laquelle a fourni le prétexte pour la préoccupation injustifiée mais généralisée d’un changement climatique ». [3]. En fait, la température ne devrait pas grimper de plus de 0,3C d’ici 2100 [4]. Les émissions humaines ne sont que de 18 ppm tandis que la nature en ajoute 392 ppm des 410 ppm de CO2 présentement dans l’atmosphère [5], ce qui signifie que les émissions anthropiques ont un effet très faible à négligeable sur la température [4, 5, 6, 7].

– Une augmentation du niveau de CO2 dans l’atmosphère constitue un excellent fertilisant pour la biosphère, aussi bien sur terre que dans les océans [8].

– L’acidification des océans est un concept contemporain qui n’a aucune justification océanographique ni géologique [9]. En fait, la flore et la faune marines s’épanouissent là où le CO2 abonde [10]. Le dioxyde de carbone dans l’eau de mer ne dissout pas les récifs coralliens, mais il est plutôt essentiel à leur survie. Le Grand Récif Barrière se porte très bien [11]. Le niveau de la mer s’est élevé de façon linéaire de 1,1 mm/année au cours du dernier siècle [12].

– Des variations de la pression atmosphérique totale sont proposées comme explication alternative pour les changements climatiques observés [13, 14]. Cela explique aussi les changements du passé des gradients de la température globale.

– Le Soleil ainsi que les variations d’activité solaire en fonction du temps sont bien sûr les principaux moteurs des changements climatiques avec les effets qui y sont associés [15-22]. Les mouvements planétaires et leurs effets sur la variabilité solaire entraînent des changements de luminosité et de vent solaire. La variabilité solaire (l’effet du vent solaire, du champ géomagnétique qui lui est associé et sa capacité de servir ainsi de bouclier) s’enregistre sous forme de changements en concentration des isotopes 14C et 10Be dans l’atmosphère [17]. Un certain nombre de cycles ont été détectés, lesquels coïncident avec ceux des planètes affectant le Soleil [18, 20, 22]. Un cycle de 60 ans a pu être clairement identifié [4, 15, 19, 21, 22], et il est bien documenté dans un grand nombre de paramètres terrestres suggérant qu’il est mû principalementpar les variations du vent solaire (aussi reliées aux changements de luminosité). Les alternances entre Grands Maximums Solaires et Grands Minimums Solaires [21] sont particulièrement importantes dans leurs effets sur le climat (alternance entre phases chaudes et Petits Âges Glaciaires) , la circulation océanique, (e.g. le Gulf Stream pénétrant jusque dans la mer de Barents, alternant avec sa pénétration dans les basses latitudes) et les changements du niveau de la mer (hauts niveaux dans le nord et bas niveaux en régions équatoriales alternant avec de bas niveaux au nord et de hauts niveaux en régions équatoriales). Les prochains Grands Minimums Solaires (avec les conditions climatiques de Petit Age Glaciaire qui y seront associées) devraient se produire entre 2030-2050 et entre 2080-2100 [15, 19, 20, 21].

– Les questions du réchauffement global, des changements climatiques et de la hausse rapide du niveau des océans reflètent une déplorable politisation des géosciences [23] qui a démarré avec le projet du GIEC. À juste titre, on a appelé cela « Le Plus Grand Mensonge Jamais Raconté » [24].

– Les séances de discussion ont été très intensives et instructives. Aucun des participants ne semblait adhérer à la thèse du réchauffement causé par le CO2 (RCA). Il a plutôt semblé que le forçage solaire faisait l’unanimité. Ce phénomène a été particulièrement bien décrit par Claus Rieth [25].

Tous les participants ont semblé satisfaits et ont félicité les organisateurs. Merci à Maria da Assunção Araújo qui a créé le site www.portoconference2018.org sur lequel on trouvera toute l’information [25, 26] sur cette conférence.

Source 

Références

Résumés: https://www.researchgate.net/publication/326882331

Présentations (ppt) in: https://www.portoconference2018.org/presentations–posters.html

[1] Christopher Essex: Day-1, Paper-1

[2] Piers Corbyn: Day-1, Paper-2

[3] Christopher Monckton of Brenchley: Day-1, Paper-9

[4] Francois Gervais: Day-, Paper-8

[5] Edwin Berry: Day-1, Paper-11

[6] Camille Veyers: Day-1, Paper-10

[7] Herman Harde: Day-1, Paper-12

[8] Albrecht Gratzle: Day-1, Paper-15

[9] Cliff Ollier: Day-2, Paper-15

[10] Martin Hovland: studies of biological life in pockmarks with methane seapage

[11] Peter Ridd: Day-2, Paper-16

[12] Thomas Wusmuller: Day-2, Paper-10

[13] Karl Zeller & Ned Nikolov: Day-1, Paper-6

[14] Ned Nikolov & Karl Zeller: Day-1, Paper-7

[15] Piers Corbyn: Daay-2, Paper-1

[16] Pavel Kalenda: Day-2, Paper-3

[17] Don Easterbrook: Day-2, Paper-4

[18] Roger Tattersall & Stuart Graham: Day-2, Paper-5

[19] Jan-Erik Solheim: Day-2, Paper-6

[20] Harald Yndestad: Day-2, Paper-7

[21] Nils-Axel Mörner: Day-2, Paper-8

[22] Nicola Scafetta: Day-2, Paper-9

[23] Aziz Adam: Day-2, Paper-20

[24] Nils-Axel Mörner: The Greatest Lie Ever Told, 2007

[25] https://www.portoconference2018.org/news.html

[26] https://www.portoconference2018.org/links.html
————————————————————————-
ANNEXE  

La découverte climatique de Zeller-Nikolov pourrait bouleverser le monde

La nature a créé la relation mathématique fondamentale maintenant connue sous le nom de E = mc2. Un résultat mathématique, s’il est prouvé valide, est un phénomène réel; aussi réel que de trouver un diamant dans un lit de rivière. La nature crée des relations mathématiques fondamentales; les humains ne font que les découvrir.

La découverte mathématique simple et limpide faite par les Drs Karl Zeller et Ned Nikolov a de nombreux ennemis. Si leurs conclusions sont avérées exactes, les industries éolienne et solaire pourraient faire faillite et faire pression sur les politiciens pour qu’ils mettent fin aux mandats relatifs aux biocarburants. Cela embarrasserait la plupart des politiciens et presque tous les climatologues, même ceux qui pensent que le dioxyde de carbone n’a pas d’effet significatif sur la température de la Terre.

La découverte climatique de Zeller-Nikolov utilise les données officielles de la NASA pour quantifier les températures moyennes des corps satellites à surface dure en orbite autour de notre Soleil. La formule n’est pas applicable aux planètes gazeuses: Jupiter, Saturne, Uranus et Neptune. Zeller et Nikolov déclarent pouvoir déterminer la température moyenne à long terme de Vénus, de la Terre, de Mars, de Titan (une lune de Saturne) et de Triton (une lune de Neptune) en utilisant seulement deux valeurs informatives: leur distance au Soleil. et leur pression atmosphérique.

Zeller et Nikolov ont constaté que la composition gazeuse des atmosphères n’était pas essentielle pour déterminer les températures moyennes à long terme. Par exemple, l’atmosphère de Vénus est composée à 96,5% de dioxyde de carbone, alors que l’atmosphère terrestre ne contient que 0,04% de dioxyde de carbone, mais ces différences considérables n’ont aucune incidence sur les calculs mathématiques nécessaires pour déterminer les températures moyennes. Cette preuve mathématique nous dit que même si Vénus a 2412 fois plus de dioxyde de carbone que la Terre, mesurée en pourcentage de son atmosphère, le CO2 n’a aucun effet mesurable sur sa température moyenne à long terme. Zeller et Nikolov affirment que le dioxyde de carbone et tous les autres gaz atmosphériques ne contribuent à la température que par leur masse physique et la pression atmosphérique résultante.

La découverte de Zeller-Nikolov signifie que l’atmosphère de la Terre nous maintient au chaud grâce à un chauffage par compression de gaz sous le poids de l’atmosphère de la Terre, d’une épaisseur d’environ 300 milles, et non par effet de serre. Une serre réelle est entourée d’un mur de verre. La Terre n’a pas d’enceinte et est ouverte sur l’espace. Les deux scientifiques suggèrent donc de remplacer le terme « effet de serre » par « rehaussement thermique atmosphérique ». La chaleur est créée en comprimant les gaz atmosphériques sous l’effet de la gravité. De même, dans un moteur diesel, un piston est utilisé pour comprimer les gaz afin de générer suffisamment de chaleur pour éliminer le besoin d’une bougie d’allumage. L’attraction gravitationnelle énorme exercée sur la masse énorme de l’atmosphère terrestre combinée au rayonnement solaire réchauffe notre planète suffisamment pour permettre aux formes de vie à base de carbone de s’épanouir.

Si le dioxyde de carbone était le puissant catalyseur de gaz à effet de serre que les alarmistes prétendent, les calculs de Vénus devraient être radicalement différents de ceux de la Terre, mais ils sont identiques. Cela nous indique que le CO2 n’a pas d’effet direct mesurable sur la température de la planète, ce qui est parfaitement logique puisque la Terre a connu de graves périodes glaciaires lorsque les niveaux de CO2 dans l’atmosphère étaient bien plus élevés qu’aujourd’hui.

La théorie des gaz à effet de serre basée sur le dioxyde de carbone du scientifique suédois Svante Arrhenius, proposé pour la première fois en 1896, n’a jamais été prouvée valide par des tests empiriques. Les idées de Svante semblaient plausibles, alors les gens les acceptèrent sans preuve. Plus récemment, des politiciens américains ont littéralement ordonné au GIEC de dépenser des sommes énormes en dollars des contribuables en concoctant des projections farfelues et fantaisistes de modèles informatiques fondées sur les hypothèses de Svante. Comme le dit le vieil adage de la programmation informatique, « garbage in, garbage out » (GIGO).

Toutes les prévisions climatiques catastrophiques du GIEC ont échoué, en dépit des efforts de nos médias fortement biaisés pour déformer et exagérer. Les vagues de chaleur estivales ordinaires et les tempêtes hivernales ont été faussement décrites comme des précurseurs de la fin du monde, ce qui ne se produira certainement pas si nous n’élisons plus de démocrates. Les gourous du climat continuent à repousser la date de la catastrophe dans l’avenir parce que la catastrophe mondiale qu’ils continuent de prédire n’arrive jamais. Ce qui est arrivé, ce sont des fluctuations ordinaires et attendues du climat de la Terre depuis sa formation. Demandez-vous quand le climat de la Terre était plus agréable et bénéfique pour l’homme que le climat actuel. La réponse honnête est simplement : jamais .

Malgré les nombreuses revues techniques effectuées par des scientifiques du monde entier, personne n’a trouvé d’erreur dans les formules mathématiques et les calculs spécifiques de Zeller et Nikolov. Les objections soulevées contre leur découverte portent en grande partie sur le fait que cela ne correspond pas aux théories climatiques acceptées, qui sont populaires sur les plans professionnel et politique. La science du climat est devenue un outil de pouvoir politique orwellien et une énorme activité lucrative pour les scientifiques, les professeurs, les universités, les employés des gouvernements fédéral et des États, et de mille et une entreprises écologiques. Il suffit de penser aux milliards de dollars consacrés au « réchauffement de la planète » et aux faux remèdes prescrits. Aucun malheur n’équivaut à aucun recours coûteux ni à aucun profit pour ceux qui vendent la peur.

Les vrais scientifiques savent que vous ne pouvez pas contrôler la météo avec des éoliennes et des panneaux solaires, pas plus que vous ne pouvez contrôler la météo avec des boules de bowling et des statues d’hommes politiques décédés. Pourtant, la lubie coûteuse et impraticable des énergies renouvelables continue. Les capitalistes et les politiciens ambitieux mais naïfs sur le plan scientifique, d’Alexandria Ocasio-Cortez à Beto O’Rourke, en passant par le milliardaire Michael Bloomberg, veulent que les contribuables dépensent des milliards de dollars en programmes énergétiques qui ont déjà augmenté le coût de la nourriture et de l’énergie dans le monde entier. Cela a nui beaucoup plus aux pauvres du monde qu’aux riches, à l’opposé de ce que les libéraux sont supposés défendre. Maintenant, ils veulent que nous intensifions notre guerre de manière spectaculaire contre l’atome de carbone, l’élément même dont sont constitués tous nos aliments et notre propre corps. Créatures de carbone combattant le carbone;

 

Source

VOIR AUSSI :

–  « Fake news » du réchauffement climatique : les incroyables magouilles de l’IPCC

–  Al Gore: « La Terre devient plus froide parce qu’elle devient plus chaude »

–  Le changement climatique pour cause humaine : « c’est le pire scandale scientifique de notre génération »

–  Un nouveau savant démolit la fable du réchauffement climatique

Hannibal Genséric

Source : LA CAUSE DU PEUPLE : Méfiez-vous des « fake news » sur le climat

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s