ClubOrlov: L’avenir de l’énergie est prometteur, première partie

LUNDI 17 DÉCEMBRE 2018

L’avenir de l’énergie est prometteur, première partie

Il existe de nombreux désaccords sur le thème de l’énergie avec des différences d’opinion substantielles et bien étayées entre des personnes bien informées. Les gens ont tendance à être aveuglés par ceux-ci, parce que ce sujet est à la fois viscéral (vous savez très bien quand vous avez trop froid ou trop chaud, et dans le noir), politique (vous savez très bien quand les factures de services publics vous laissent fauché) et technique. (vous ne devez pas nécessairement savoir la différence entre un kilowatt et un kilowatt-heure, ou qu’un térawatt est un million de mégawatts). Mais il est très important de ne pas être pris au dépourvu par ces désaccords, car si vous vous retrouvez du mauvais côté de cet argument, votre manque d’accès à une énergie abordable aura la garantie de compromettre sérieusement votre style.

Mais il semble y avoir un point d’accord quasi-universel: les formes d’énergie concentrées, et en particulier l’électricité, sont un ingrédient essentiel de la civilisation moderne. Les pénuries de carburant et les hausses de prix sont une cause majeure de bouleversement social et de chaos. Les coupures de courant sont gênantes, en particulier pour les installations de production industrielles nécessitant des conditions stables. Dans les hôpitaux et les centres médicaux, ils peuvent être mortels. Les coupures de courant prolongées entraînent souvent des émeutes et des pillages. Sans réfrigération, les stocks d’aliments sont gaspillés. sans chauffage ni climatisation, les centres urbains deviennent invivables. Le commerce, qui dépend de plus en plus des réseaux d’information distribués pour le traitement des paiements et le contrôle des stocks, est au point mort. Sans ascenseurs, les immeubles de grande hauteur deviennent inaccessibles.

Si des coupures de courant fréquentes, bien que temporaires, sont une nuisance majeure, une électricité stable, mais des prix élevés de l’électricité, c’est encore pire, car ils rendent des secteurs économiques entiers – ceux qui impliquent l’utilisation de machines industrielles à moteur électrique – globalement non compétitifs. Parfois, il suffit d’une seule mauvaise décision. Un exemple typique: il y a quelque temps, la Lituanie a décidé de fermer son unique réacteur nucléaire, car il s’agissait d’un vieux concept soviétique – le RBMK, du même type que celui qui avait explosé à Tchernobyl, bien qu’avec de nombreuses améliorations en matière de sécurité et une politique aussi stupide que politique. la sécurité était le vrai problème. À l’heure actuelle, les Lituaniens ont des tarifs d’électricité parmi les plus élevés d’Europe, il n’y a plus d’industrie en Lituanie et ils doivent chercher du travail en Allemagne.

Beaucoup de gens semblent penser que l’énergie est entièrement liée aux combustibles fossiles, ce qui est mauvais parce que la combustion de combustibles fossiles provoque le réchauffement de la planète. Certes, une grande partie de notre énergie, et pratiquement de toute l’énergie de transport, provient des combustibles fossiles. Mais ils ne sont pas aussi nombreux que nous le souhaiterions et le monde dans son ensemble épuise les ressources en combustibles fossiles beaucoup plus rapidement qu’il ne trouve de nouvelles ressources. Il est également généralement admis qu’il reste suffisamment de ressources dans le sol pour détruire complètement le climat, si jamais elles sont produites. Ainsi, l’épuisement des ressources en combustibles fossiles et le fait que la plupart des ressources restantes peuvent s’avérer trop difficiles et trop coûteuses à produire sont en réalité une sorte de bénédiction déguisée.

En outre, la plupart des ressources en combustibles fossiles, en ce qui concerne les quantités de produits utilisables, ont dépassé leurs sommets. La Chine a transformé sa puissance en une centrale industrielle utilisant du charbon bon marché et abondant (causant de nombreux dégâts environnementaux) mais la production de charbon en Chine est en baisse. La production mondiale d’essence a atteint son point culminant aux alentours de 2006. La production de pétrole et de diesel a apparemment atteint son point culminant en 2018. La production de gaz naturel continue d’augmenter, principalement grâce à la nouvelle production de gaz naturel liquéfié russe et à la production de gaz de schiste dans les États-Unis, mais ce dernier souffre de taux d’épuisement très élevés et d’un manque général de rentabilité. Bien que tous les acteurs de l’industrie des combustibles fossiles soient contraints de dresser un tableau optimiste (de peur que l’argent d’investissement ne se tarisse) et que nous soyons constamment assaillis de projections optimistes, ceux-ci s’avèrent souvent exagérés lorsqu’ils sont réexaminés dans le rétroviseur. En bref, nous pouvons être plus bénis que nous le savons.

Mais la bénédiction est aussi une malédiction, car le manque d’énergie stable, fiable et abordable nous annonce la fin du monde tel que nous le connaissons. Vous vous sentirez peut-être mieux en sachant que vous ne détruisez plus notre planète natale alors que vous vous promenez sur une portion de route abandonnée ramassant des branches d’arbres sèches pour votre feu de camp, sur lesquelles vous pourrez cuire des rongeurs que vous avez attrapés avec un bâton Ne vous sentiriez-vous pas encore mieux s’il existait un moyen de garder les lumières allumées sans détruire la planète?

C’est à ce stade que de nombreuses personnes déraillent, s’enfoncent dans les herbes vertes et s’y retrouvent coincées. Les formes d’énergie verte les plus fortement sollicitées sont le vent, le solaire et la biomasse, suivies de l’énergie marémotrice, de la micro-centrale au fil de l’eau et d’autres espèces exotiques. Je ne suis certainement pas un ennemi de ces personnes, ayant passé des mois à vivre hors réseau avec divers appareils de ce type. J’ai installé et entretenu des éoliennes et des panneaux solaires, et le referai probablement si la situation l’exige. J’apprécie particulièrement la biomasse et j’ai tout un bassin de bois empilé avec des bûches d’aulne fendues pour le prouver. Allumer un feu de bois est une joie pure. Je suis moins friand des corvées consistant à passer par des banques de batteries, à garnir d’électrolyte et à rechercher des cellules en court-circuit à contourner,

Mais j’ai aussi examiné les aspects économiques et découvert que les éoliennes et les panneaux solaires n’avaient de sens que dans un cas: le besoin en énergie est très modeste et il n’ya pas de réseau électrique auquel se connecter. Ils sont également inutiles pour remplacer l’énergie des combustibles fossiles, car ils ne peuvent être fabriqués, transportés et entretenus avec autre chose que de l’énergie et des matériaux de source pétrochimique. Additionnez tous les chiffres et voici ce que vous obtenez: le vent et le solaire offrent des moyens relativement bons de stocker et de transporter de petites quantités d’énergie fossile en utilisant l’aide du vent et du soleil.

L’éolien et le solaire ne peuvent à eux seuls être utilisés pour alimenter le réseau électrique, car ils produisent une énergie intermittente, trop ou trop peu. Et comme le réseau électrique n’a aucun moyen de stocker de l’énergie (l’offre et la demande doivent rester en équilibre à tout moment), les excédents et les déficits sont mauvais. Par conséquent, une autre capacité de production stable (basée sur les combustibles fossiles, bien sûr) doit également être fournie. Quelle est la capacité de production supplémentaire nécessaire? Plutôt sans surprise, à peu près tout. Autrement dit, vous devez construire et entretenir la même capacité de production que vous auriez dû le faire autrement, sauf que vous devrez désormais également payer pour les éoliennes et les panneaux solaires. Vous économiserez un peu sur les combustibles fossiles, mais vous gaspillerez ensuite la plupart de ces économies sur les pertes d’efficacité car, voyez-vous,

En passant, un aspect du vent et de l’énergie solaire qui semble confondre tout le monde est la différence entre la puissance nominale et la puissance réelle. J’ai installé une éolienne de 400 W sur deux bateaux distincts. Il a généré en moyenne environ 30W. Une grande partie du temps, il générait 0W et une petite partie du temps, il y avait trop de vent pour le faire et il a hurlé comme une banshee, puis est passé en mode auto-freinage et a également généré 0W. J’ai également installé 200W de panneaux solaires. Celles-ci ont généré environ 150W vers la mi-journée lorsque le ciel était sans nuages ​​et que leur angle avec le soleil était presque parfait et beaucoup moins – encore une fois, en moyenne autour de 30W – le reste du temps. S’il y avait du pollen d’arbre dans l’air et que je n’avais pas pris la peine de racler la poussière et le pollen, ils produisaient beaucoup moins.

Maintenant, faisons le calcul. Un générateur à essence de 1,5 kW (1 500 watts) sur Alibaba coûte 250 $ US (et vous savez que vous en aurez besoin d’un pour les journées sans vent et sans soleil). Un kit de panneaux solaires de 200W coûte également environ 250 $. Et une éolienne de 400W coûte 300 $. Supposons que vous ayez besoin de pouvoir disposer de 1 kW d’énergie générée «de manière renouvelable» dans toute la mesure du possible, s’il vous plaît. Eh bien, selon mes chiffres, vous aurez besoin de 33 éoliennes et de 33 panneaux solaires, pour un budget total de 15 000 $ US. Les batteries, les câbles, les mâts, les cadres de panneaux solaires, les racks de batteries, les contrôleurs de charge, les onduleurs, etc. ne sont pas inclus, mais leur nombre sera presque le même. La main-d’œuvre pour l’installation et la maintenance n’est pas non plus incluse, et il est probable que ce sera encore le cas. Vous envisagez alors une dépense de 45 000 dollars pour 1kW. Si vous êtes en Californie,

Ou vous pourriez simplement dépenser 250 $ sur un générateur de 1,5 kW à essence et en finir avec cela. Les 45 000 dollars que vous économiserez vous achèteraient plus de 100 000 litres d’essence (en Californie, où les prix de l’essence sont les plus élevés aux États-Unis). Le générateur consomme environ 4 litres de gallon toutes les 4 heures, ce qui vous laisse environ 45 000 heures (ou 5 ans) de fonctionnement continu à pleine puissance. Vous devrez remplacer le générateur plus tôt que cela, ce qui réduira quelque peu vos économies, mais d’un autre côté, vous ne serez probablement pas obligé de faire fonctionner le générateur à plat 24 heures sur 24, 7 jours sur 7.

Je suis tout à fait sûr que vous pourriez augmenter ce calcul à n’importe quelle taille et que les résultats seraient similaires, et les résultats économiques le confirment: personne n’a jamais réussi à maintenir les tarifs de l’électricité à la concurrence internationale en empruntant cette voie. Et si vous vous rendez non compétitif, vous n’aurez plus à résoudre ce problème, car vos entreprises et vos travailleurs vont soit déménager dans un endroit où les tarifs de l’électricité sont compétitifs, soit rester assis et se saouler comme bon nombre d’entre eux. les Lituaniens consomment actuellement très peu d’électricité. Tout cela me semble assez simple, mais je suis sûr que je ne réussirai pas à convaincre certaines personnes, probablement parce qu’elles pensent que les éoliennes et les panneaux solaires sont écologiques et peuvent sauver la planète, que les générateurs sont bruyants et redneck,

Quoi qu’il en soit. Si vous n’êtes pas convaincu, alors faites quelques recherches et convaincez-vous. Je comprends que pour beaucoup de gens, la «technologie verte» est une question de foi et je ne souhaite pas blesser les sentiments des fidèles. Je vous soumets qu’il existe des problèmes majeurs avec les combustibles fossiles en termes de disponibilité et d’accessibilité en surface, malgré les images optimistes dessinées par certains géologues du secteur pétrolier et agences d’information sur l’énergie (elles doivent feindre l’optimisme pour continuer à être payées). Je vous soumets également que l’éolien, le solaire, la biomasse et d’autres technologies «vertes» n’offrent pas de solution (mais offrent un moyen de gaspiller encore plus de ressources naturelles et de gaspiller l’argent des gens tout en leur donnant le sentiment d’être verts et vertueux). Ajoutez à cela le fait que la combustion de combustibles fossiles pose de graves problèmes environnementaux.

Ce problème a-t-il une solution? Eh bien oui, c’est la raison pour laquelle j’estime que l’avenir de l’énergie est si prometteur que vous aurez besoin d’équipements de protection spécialisés. C’est aussi très compliqué, plein de défis scientifiques, techniques et politiques et plein de dangers. Je vais expliquer comment cela peut être la prochaine.

38 COMMENTAIRES:

Ed Florinescu a dit …

Une faute de frappe « sans entendre ni climatisation » devrait « sans chaleur ni climatisation » …

Inconnu a dit …

« Une électricité fiable est la condition sine qua non de l’existence civilisée » Est-ce vrai? Les Romains n’avaient-ils pas une civilisation sans électricité? La partie compétitive est en cause ici, je suppose. Si personne n’a de l’électricité, c’est une chose, mais si on est en concurrence avec des gens qui en ont …

Patrick a dit …

Merci pour ce regard concis et lucide sur notre situation énergétique actuelle.

JeanDavid a dit …

Je pense que la solution la plus proche de la solution pratique consiste pour tout le monde à utiliser moins d’énergie, en particulier moins d’énergie électrique; c’est-à-dire la conservation. Mais je doute que cela soit politiquement possible.

Robert Goad a dit …

Certains voisins expatriés ici dans les régions rurales du Mexique gèrent une maison hors réseau avec une immense banque solaire (parce qu’ils veulent tout le luxe habituel des appareils électroménagers du monde occidental), une eau captée par le toit avec une énorme citerne sous la maison (vraiment sage et qui fonctionne très bien), des toilettes à compost , etc. Tout en me montrant gentiment leur système, j’ai mentionné que, dans notre propre petite maison en ciment (tueur coûtant 120 $ / mois, soit dit en passant), nous n’utilisions qu’un petit réfrigérateur, quelques lumières et nos deux ordinateurs portables. trois niveaux de tarification (subventionnés pour les très pauvres au Mexique) et que notre facture tous les deux mois ne représentait que 127 pesos cette fois-ci … ou environ 6,35 $ US. Mon ami a regardé sa femme et a dit fièrement « Chérie, combien coûtait notre facture ce mois-ci? » à quoi elle a répondu « zéro! » mais ensuite elle a ajouté « 

Win Kiddle a dit …

Manière de nous laisser pendre. J’ai adoré la ligne sur la capture de rongeurs avec un bâton fourchu 🙂

Ien dans les Kootenays a dit …

Pour inconnu: les Romains avaient l’énergie des esclaves. C’est comme ça qu’ils l’ont fait.

aaa a dit …

Le bon côté – Il existe des endroits où le cas « d’utilisation moyenne » peut être résolu (66% + renouvelables par exemple), en ce qui concerne le stockage d’énergie. Là où il y a une combinaison d’énergie éolienne et hydraulique à grande échelle (par exemple, le nord-est et le nord-ouest des États-Unis). Dans les déserts aux basses latitudes (où l’utilisation électrique atteint son maximum pendant la journée en raison des besoins en climatisation). Dans les endroits venteux, solaires et météorologiques, les saisons se complètent de manière saisonnière. 

Le mauvais – une énorme partie de l’énergie utilisée est le chauffage domestique. Les plus gros consommateurs d’énergie par habitant: les États-Unis, le Canada, la Russie, la Norvège… utilisent tous énormément de chauffage. Malheureusement, ces endroits se chevauchent avec les endroits où la grande hydraulique est disponible.

La nécessité de construire des systèmes pour une utilisation dans le pire des cas plutôt que pour une utilisation moyenne: oui. Malheureusement, cela manque à la plupart des gens. C’est une des raisons pour lesquelles l’électronucléaire n’est pas compétitif: si l’énergie éolienne / solaire est mise en ligne sur le même marché, elle réduira l’utilisation de la capacité nucléaire, ce qui ruinera son coût économique élevé. Mais Natgas est acceptable à cet égard, même s’il s’agit d’un combustible fossile (faibles coûts initiaux).

Dans le même ordre d’idées (économie dominée par les paiements sur le financement), l’éolien / solaire à grande échelle nécessitera toujours une subvention – sinon, un parc éolien / solaire construit aujourd’hui devra, dans 10 ans, faire face à une nouvelle éolienne / Ferme solaire du futur, qui bénéficiera d’un coût inférieur (dominé par des paiements de financement moins élevés), en raison de la réduction des coûts initiaux pour les nouvelles technologies qui seront là dans 10 ans. Donc si vous voulez avoir de l’énergie éolienne / solaire dans un système de marché, vous devez le subventionner, mais ensuite vous tuez le nucléaire (à moins que vous ne subveniez à cela aussi!). Tout cela s’est passé au cours des 10 dernières années aux États-Unis.

Mark Carroll a dit …

Excellent article Dimitry. En tant qu’ingénieur en électricité, je souscris à votre analyse. Je suis également propriétaire d’un bateau à voile et j’améliore actuellement le système d’alimentation du bateau afin d’inclure 2 panneaux solaires de 240 W pour le chargement de la batterie. Dans le cadre de cette mise à niveau, j’effectue des tests sur l’un des panneaux afin de vérifier si la sortie est vraie dans des conditions réelles. La semaine dernière, sous un ciel couvert à la mi-journée dans l’État du Texas, généralement ensoleillé et presque subtropical, la puissance de sortie était de 5W. Et c’est pour cette raison, et celles exposées dans votre article, que je ne vais pas me débarrasser du générateur diesel de 4 kW embarqué.

kem.erd a dit …

Les investissements initiaux sont élevés, mais l’énergie nucléaire a tout le potentiel pour subvenir à nos besoins pendant des siècles, même avec les technologies actuelles. Je ne sais pas pourquoi cette route est délibérément bloquée.

Dmitry Orlov a dit …

Bons commentaires, tous! 

@Ed, merci pour la relecture. 

@Unkonown: « Une électricité fiable est la condition sine qua non de l’existence civilisée » Est-ce vrai? Oui, les Romains se sont débrouillés sans électricité, mais ils ont utilisé des tablettes de cire et des smartphones. Si nous devions revenir aux tablettes de cire, nous serions foutus. 

@ JeanDavid: vous avez raison, bien sûr. Mais même si nous économisons un smartphone / tablette et une lampe à LED, nous aurons encore besoin d’une certaine quantité d’électricité stable et fiable pour recharger les batteries. 

@aaa: le chauffage à l’électricité est une très mauvaise approche. Dans les villes russes, ils chauffent à l’aide de la vapeur perdue provenant de la production d’électricité – une approche bien meilleure.

@Mark: Les panneaux solaires permettent de garder les batteries chargées et de faire fonctionner périodiquement la pompe de cale lorsque le bateau est à l’ancre. Ils sont marginaux pour les feux de navigation (OK si ce sont des voyants), la radio et le traceur. Mais c’est vraiment à ce sujet, dans mon expérience. 

@ kem.erd: Vous êtes sur quelque chose. Restez à l’écoute.

Grant Piper a dit …

Vous ne pouvez pas discuter, mais en tant qu’individu, vous êtes obligé d’investir dans des panneaux solaires, etc., car le « réseau » devient de plus en plus cher et moins fiable. Nous vivons et vivons dans une ferme. J’ai donc coupé du bois pour la chaleur de la maison d’hiver (biomasse), ainsi que de l’eau chaude solaire, des panneaux solaires et une batterie Tesla pour que la maison puisse continuer pendant les pannes de courant. Nous avons également des panneaux solaires pour soutenir les pompes de forage d’eau stockées. L’électricité est de 31 AUD / kWh, plus les «frais de disponibilité de l’offre» trimestriels de 170 AUD pour rester connecté. L’essence coûte environ 155 AUD / litre (4,25 USD / Gallon) et le diesel est similaire à celui où j’habite. Quand j’étais enfant, je me souviens que je me suis couché avec une lampe à pétrole, puis que l’entreprise de services publics appartenant à l’État a raccordé tout le monde pour rien au réseau – de nouvelles centrales électriques, de nouvelles lignes électriques, pas de frais de connexion et d’électricité bon marché (il y a 10 ans, nous avions installé un nouveau poteau de transformation pour une pompe de forage – 22 000 AUD). Tout le monde était sur le réseau et, collectivement, cela avait du sens pour les centrales électriques et l’industrie, et nous étions mieux lotis au niveau national. Ensuite, la privatisation des entreprises publiques a été lancée et tous les actifs ont été vendus. Les prix de l’électricité ont augmenté, l’industrie est morte et a déménagé. Les services publics se plaignent de ne pas avoir les moyens de garder TOUS LES UTILISATEURS INATTENDUS CONNECTÉS et qu’ils doivent donc facturer plus, etc. etc. Personnellement, l’infrastructure de production et de distribution de l’électricité n’appartenant plus à «moi» et pouvant y répondre à un prix juste, mais plutôt pour procurer un profit à une entreprise monoploy, je ne ressens aucune obligation sociale de payer pour maintenir une «charge de base» pour les habitants de l’industrie ou les citadins.

Jerry a dit …

Les énergies de Dmitri, solaire et éolienne fonctionnent beaucoup mieux lorsqu’elles sont mises en œuvre à l’échelle des services publics. Les systèmes solaires photovoltaïques à grande échelle coûtent 1,03 USD par watt, tous frais compris: panneaux, onduleurs, main-d’œuvre et acquisition de terrains. Les grandes éoliennes coûtent environ 1,50 à 2 dollars par watt et produisent beaucoup plus d’énergie réelle en fraction de la puissance installée, car les vents sont plus puissants et plus constants à plusieurs centaines de pieds du sol. Ainsi, pour votre exemple de capacité système de 6600 W solaire et 13200 W éolienne, le service public paierait 26 400 $; pas 45 000 $.

Mais vos estimations de la puissance réelle produite par un tel système sont beaucoup trop basses. Les facteurs de capacité moyens pour les panneaux solaires photovoltaïques sont d’environ 25% sous les climats ensoleillés et ceux de l’énergie éolienne aux États-Unis d’environ 34%. (Bien sûr, les services publics installent ces tours géantes dans des endroits venteux.) Ainsi, le système produirait en moyenne 1 650 watts d’énergie solaire plus 4 500 watts d’énergie éolienne; c’est 6150 watts, pas 1 kilowatt. (D’ailleurs, même en utilisant vos chiffres de facteur de capacité de 15% pour l’énergie solaire et de 7,5% pour l’énergie éolienne, votre système domestique génère 2 kW, et non pas 1 kW.) 

À 0,1523 par KWH, le délai de récupération du service public est de 28 185 heures, soit 3,2 ans. NREL affirme que l’énergie solaire photovoltaïque peut être livrée au consommateur à un coût d’environ 5 cents le kWh.

Bien sûr, vous avez raison de dire que si vous êtes sur un bateau par mauvais temps, il vaut mieux utiliser un générateur diesel. Mais ce n’est pas tout, et j’aimerais que vos chiffres soient exacts si vous préconisez une solution nucléaire au problème. 

Sources: 

https://www.nrel.gov/news/press/2017/nrel-report-utility-scale-solar-pv-system-cost-fell-last-year.html 
http://euanmearns.com/solar -pv-capacité-facteurs-dans-le-nous-le-eia-data / 
http://www.windustry.org/how_much_do_wind_turbines_cost 
https://www.greentechmedia.com/articles/read/wind-power-could- soufflage-hydros-capacité-facteur-d’ici-2020 # gs.su2U4h8

Dmitry Orlov a dit …

@ Jerry: Merci pour cette série ridicule de désinformation de l’industrie. Bien sûr, si vous citez « vert » ceci et « vent » cela, vous obtiendrez leur propagande et rien d’autre. La contribution de l’énergie éolienne et solaire au mix énergétique mondial est approximativement nulle. Pendant ce temps, 20% des investissements énergétiques sont consacrés à l’énergie de substitution. Ce ~ 0 s’avère être assez cher, non? Si vous souhaitez être pris au sérieux, veuillez montrer comment l’investissement dans les énergies éolienne et solaire a considérablement réduit les tarifs d’électricité partout dans le monde.

Greg Simay a dit …

Est-ce que quelqu’un sait si le stockage d’énergie au niveau du réseau (autre que l’hydroélectricité) est prêt pour les heures de grande écoute? Cela pourrait offrir un moyen de contourner la nature intermittente du solaire et du vent, en rendant ces sources d’énergie plus utiles. Pas de panacée, bien sûr, mais chaque petit geste compte.

Jerry a dit …

Pour ce qui est de « réduire considérablement les tarifs d’électricité partout dans le monde », j’ai parlé trop tôt. Voici un exemple pour vous. 

https://cleantechnica.com/2015/10/01/texas-electricity-prices-going-negative/ 

Quote: « Sans surprise, le développement de l’industrie éolienne dans l’État de Lone Star a eu une influence considérable sur les prix de l’électricité au fil des ans, en les poussant toujours plus bas.  » 

En 2015, les prix de gros de l’électricité au Texas sont même devenus négatifs. Je pense que la même chose est arrivée ailleurs; En général, si vous avez un processus industriel capable de gérer une source d’énergie intermittente, il est possible d’obtenir une électricité très bon marché.

aaa a dit …

@Jerry, creuser dans les détails, il y a des coûts cachés 
@Dmitri, creuser aussi et regardez-le, les prix ont vraiment chuté en quelques années et l’échelle utilitaire solaire / éolienne est compétitive dans un environnement à faible taux d’intérêt en énormément d’endroits. 

TL; DR:

Premier rapport montrant une PV de service à environ 5 cents par kWh LCOE, avec une variation nationale d’environ +/- 1,5 cent. C’est le LCOE, une mesure du coût total moyen projeté (pour les services publics, pas pour le consommateur!) Pendant la durée de vie du projet. Ceci est sans l’hypothèse de crédit d’impôt qui l’abaisse mais que vous devriez ignorer si vous pensez aux coûts pour la société. Mais cela inclut peut-être des garanties de prêt, je pense. Le taux d’intérêt semble très favorable. En petits caractères: durée de vie du projet de 30 ans, durée du financement de 18 ans, fraction de la dette à 40%, taux d’intérêt de 4,5%, taux d’actualisation des actions de ~ 6,5%. 

En tout cas, c’est compétitif. À tel point que, lorsqu’il sera mis en marche, il sera plus compétitif que toute autre technologie de production autre que Natgas.

Donc, comme mentionné dans l’article, vous devez toujours construire 100% de la capacité lorsque le soleil ne brille pas et que le vent ne souffle pas … cette source de production aura désormais une faible utilisation de la capacité -> LCOE plus élevé -> deviendra non rentable et nécessitera des subventions pour être construit – que ce soit le contribuable ou le service public régional distribuera ce coût à tous les habitants de la région. 

Si nous stipulons en outre que les ressources non renouvelables minimisent leur émission de carbone, cet effet s’aggrave.

Robin Morrison a dit …

« Si vous souhaitez être pris au sérieux, veuillez montrer en quoi l’investissement dans les énergies éolienne et solaire a considérablement réduit les tarifs d’électricité partout dans le monde. » 

Je ne sais pas. Peut-être que Jerry a d’autres choses à prendre au sérieux. Peut-être qu’il distille une vodka maison médiocre. Ou peut-être qu’il est méchant avec un gourdin. Je connais des gens qui prendraient cela très au sérieux. 

Après avoir choisi inutilement cette chose pour aucune raison importante à prendre au sérieux, je ferai une tentative sérieuse d’humour léger et noterai que l’utilisation actuelle de l’énergie solaire / éolienne fournit suffisamment d’énergie pour souffler de la fumée aux combustibles fossiles. ?

Nathan a dit …

« Si vous êtes en Californie, avec ses tarifs d’électricité exorbitants (0,1523 USD / kWh) … » 
Oh, combien de temps faut-il pour les tarifs californiens de l’électricité! Hélas, je suis en Australie méridionale, où nous devons payer 0,2717 USD / kWh. Assez proche du double du prix. Nous avons également un climat chaud et sec, ce qui fait que beaucoup d’air climatisé bourdonnent toute l’année. 

En fait, je désire aussi les prix de l’essence californienne! Ici, nous payons en moyenne 4,05 USD par gallon pour l’indice d’octane 91 le moins cher. 
Qu’est-ce que ces Lituaniens sont accusés?

Nathan a dit …

… Oh, j’ai oublié de dire que nous avons ces prix spectaculaires ici en Australie-Méridionale, même si un parc éolien géant est relié à la plus grande batterie du monde ™, gracieuseté d’Elon Musk.

Source: 
https://www.popsci.com.au/science/energy/tesla-is-building-the-worlds-biggest-battery-heres-how-it-will-work-,468499

Michael Hart a dit …

Je suis d’accord concernant le solaire et le vent. Je vis hors réseau (le calcul des poteaux et des câbles était un calcul difficile à prendre, car en ces temps d’électricité privatisée, je devais également payer le maintien à des taux de main-d’œuvre exorbitants). Vivre dans les montagnes et dans les terres bénie du solaire (Australie) vous ferait croire qu’une énergie solaire abondante honorerait notre système solaire et nous garderait bien et heureux – ce qui est faux. Le climat a changé, nous avons donc plus de temps nuageux, moins d’apports solaires, l’hiver s’est avéré être un véritable effondrement parce qu’il était nuageux 80% du temps, alors ces batteries de batteries étaient bonnes pour les lumières la nuit et peut-être pour plusieurs ordinateurs heures. La vérification de l’entretien, etc., était une tâche pénible et pénible, et le gadget de changer de 12V à 240V a échoué avec une monotonie régulière. Nous avons donc eu un générateur de secours. Le premier était un raté (moteur américain), le second avait un moteur japonais fiable et a fonctionné pendant 5 ans (coût total par an d’environ 200 $ amorti). J’ai produit une puissance fiable constante de 10,5 kW jour par jour et parfois pendant des jours sans arrêt. Quand il a finalement éclaté, j’ai remplacé par une version allemande bien améliorée utilisant le même moteur japonais fiable. Je m’attends à avoir encore 5 ans. Nos coûts d’énergie s’élèvent à 1,20 USD par kw / h. La génératrice à combustible fossile a donc gagné sur le rendement, la fiabilité et le coût. Nos coûts d’énergie s’élèvent à 1,20 USD par kw / h. La génératrice à combustible fossile a donc gagné sur le rendement, la fiabilité et le coût. Nos coûts d’énergie s’élèvent à 1,20 USD par kw / h. La génératrice à combustible fossile a donc gagné sur le rendement, la fiabilité et le coût.

Non pas que je ne sois pas contre les alternatives, mais la question des heures d’ensoleillement, hiver v été, entretien, etc. ne se gêne pas. Le stockage de la batterie est un véritable cauchemar. 

Attendez-vous à vos réflexions sur la deuxième partie.

Mark Carroll dit …

@Jerry ,: Votre citation «En 2015, les prix de gros de l’électricité au Texas est même devenue négative» illustre parfaitement la manière dont un événement peut être délibérément transformé pour donner une image positive d’une réalité négative. 
Le négoce d’électricité est un sujet extrêmement complexe dans lequel des situations anormales peuvent survenir. Et la situation décrite aurait été l’une de ces situations anormales dans lesquelles l’opérateur de réseau aurait été contraint d’acheter de l’électricité à des endroits choisis du réseau pour maintenir l’équilibre de la tension et la stabilité de l’alimentation. C’est donc un exemple de la façon dont l’imprévisibilité du vent, dans laquelle les vitesses de rafales peuvent générer d’énormes quantités d’énergie excédentaire de courte durée, peut en fait déstabiliser le réseau électrique sans intervention active – comme une tarification négative. Il convient de noter qu’aucune société commerciale n’est en activité pour vendre son produit à perte. Et quand cela finit par le faire, vous pouvez être sûr que quelque chose ne va pas.

Robin Morrison a dit …

Nous sommes une civilisation à l’esprit de ruche. L’idée de vivre «en dehors de la grille» est comme une abeille qui vit sans une ruche de colonies. Nous sommes accros au nid d’abeilles.

Jerry a dit …

@ Mark Carroll, vous avez raison de dire que l’événement négatif du prix de l’électricité au Texas était une « réalité négative ». L’article poursuit en expliquant que cela a été rendu possible grâce à une subvention fédérale de 2,3 cents par KWH aux éoliennes. Il note également « qu’une énergie éolienne bon marché continue de faire baisser les prix de l’électricité peut avoir un effet néfaste sur les marchés de l’énergie, et même sur l’industrie éolienne. Cela peut par exemple rendre les investisseurs plus réticents à investir dans des projets offrant des rendements aussi faibles.  » Cependant, l’article indique également que les éoliennes ont généré 9% de l’approvisionnement en énergie électrique du Texas en 2014 et que l’abondante offre d’énergie éolienne bon marché a entraîné une baisse des prix de l’énergie. Donc, en termes de défi de Dmitri à moi: QED.

En outre, l’affirmation de Dmitri selon laquelle l’énergie éolienne et solaire contribue « à zéro » à l’approvisionnement énergétique américain est fausse. Voici une source indiquant que le chiffre réel pourrait être plus proche de 6%. 

https://energypost.eu/iea-underreports-contribution-solar-wind-factor-three-compared-fossil-fuels/

Derryl Hermanutz a dit …

Jerry, lorsque Dmitri affirme que l’énergie solaire et éolienne ne génère aucune énergie nette, il soustrait toutes les activités d’extraction, de raffinage et de transport à partir de combustibles fossiles nécessaires à la production des matériaux et à la construction, l’installation et la maintenance des générateurs solaires et éoliens et des lignes de transport. Les éoliennes et les panneaux solaires s’usent et toutes les activités d’extraction, de raffinage, de fabrication, de transport et d’installation doivent être répétées. La Californie a construit un système éolien subventionné, sans subvention pour l’entretien et le remplacement. Lorsque les turbines sont usées ou en panne, bon nombre d’entre elles sont simplement abandonnées car il en coûte plus cher de les réparer ou de les remplacer que l’exploitant ne gagnera jamais en vendant l’électricité qu’elles génèrent. Le coût du démantèlement des énormes turbines usées et du transport des matériaux pour le recyclage empêche que cela se produise réellement,

Richard Larson a dit …

Si vous pouviez analyser le chauffage solaire, nous vous en serions reconnaissants.

Robin Morrison a dit …

Je vais faire preuve de courage et afficher soit mon manque de rigueur analytique logique, soit mon manque de compétences en compréhension à la lecture, soit un mélange des deux: la logique que j’ai lue dans l’article d’Erik Sauar semble en retard. 

Je veux dire, l’approvisionnement en combustibles fossiles est limité et sa consommation est facilement détectable (comme le dit l’article) en comptant la quantité de carburant consommée, la quantité essentielle (je déteste le mot primaire dans cet usage) de l’énergie x la quantité de ce carburant est connu pour libérer, et combien de cette énergie le rend réellement à l’utilisateur comme énergie utilisable après diverses conversions, transmissions et autres considérations, prennent leur péage entropique.

Mais le soleil et le vent sont pratiquement infinis (comparés aux combustibles fossiles): le soleil a encore quelques milliards d’années et il dirige le vent. Nous ne prévoyons pas d’augmentation majeure ni de réduction de l’énergie solaire fournie à notre planète avant des milliards d’années (ou, comme certains l’appellent, un « Sagan »;)). 

Cela revient donc à la simple efficacité de la conversion. Le fait que vous puissiez brûler plus de combustible fossile pour produire plus d’énergie, mais que vous ne pouvez pas lever le soleil ou le vent (ou sommes-nous en train de forer de l’énergie solaire sur le soleil et avons juste besoin de forer plus? Je suis confus) la nature de la réalité physique. Ce n’est pas la quantité de soleil / vent que nous recevons: c’est assez fiable pour prédire globalement, mais combien de temps pouvons-nous en capturer et comment le convertir efficacement en énergie utilisable?

Si l’énergie solaire et éolienne deviennent plus efficaces, leur énergie nette en aval augmente proportionnellement, jah? Mais cela n’augmente pas la quantité d’énergie primaire solaire / éolienne frappant les panneaux photovoltaïques ou les aubes d’éoliennes (je vis dans le pays des éoliennes: l’est de Washington. De jolies petites choses. Je doute qu’elles vont tourner dans 30 ans.) 

Ainsi, dit le groupe solaire / éolien, nous construisons de plus en plus de générateurs solaires et éoliens et obtenons une augmentation directe de la puissance nette en aval grâce à: 

a) une efficacité accrue de la recherche, certes plausible mais loin d’être garantie; voir: énergie atomique, pouvoir à bon marché de prendre des mesures, etc., prêché par les garçons de l’énergie dans les années 50/60), et

b) «économies d’échelle» – terme qui m’est personnellement méfiant; il est peint avec un pinceau beaucoup trop large pour moi: «plus gros / plus» n’est pas toujours «plus efficace». C’est la logique du marché, pas la physique, et la production d’énergie est la physique, pas la logique du marché. 

Dans le même temps, le changement climatique rend le placement efficace des générateurs éoliens / solaires un jeu de hasard. Imaginez ne pas savoir si votre charbon brûlerait au taux de conversion standard en BTU, mais au lieu de cela, un jour bouderait-il et ferait-il à peine des miracles tout en essayant d’être la flamme la plus brillante du monde? Cela pourrait couvrir / modèles de vent pour vous. 

L’auteur écrit: « La différence est plus que significative, les énergies éolienne et solaire étant désormais clairement considérées comme la plus grande source d’énergie primaire ».

Eh bien, chut, numbnuts. Tout le monde sait qu’une quantité colossale d’énergie bombarde Terra sous forme de photons solaires, ce qui fait du vent une expression de puissance qui ne s’arrêtera pas tant que le soleil ne s’arrêtera pas. Nous ne sommes pas à court de vent ou de soleil à l’échelle mondiale. Ce n’est pas exactement une idée nouvelle. Il s’agit en fait du premier argument en faveur de l’énergie solaire / éolienne, un argument fondé initialement sur la recherche d’un moyen de continuer à bénéficier des niveaux modernes d’approvisionnement en énergie alors que les combustibles fossiles s’épuisent, et non sur la réduction des émissions de carbone.

Ce clown (comme je l’ai lu) veut que nous rendions compte de l’énergie solaire / éolienne de la même manière que nous comptons le pétrole, le charbon et le gaz? Quand le pétrole, le charbon et le gaz sont simplement de l’énergie solaire stockée de manière biochimique? Voyons voir, quelques dizaines ou cent millions d’années pour créer une quantité finie de combustibles fossiles, ce n’est pas une production de taux d’énergie très efficace… mais c’est super efficace comme produit fini. Ou était pendant environ 100 ans jusqu’à ce que les puits commencent à se assécher. Attendez encore quelques dizaines ou cent millions d’années, et le tour est joué!

Robin Morrison a dit …

Mais l’efficacité du soleil en tant que radiateur à photons n’est pas en cause, non? Il n’ya aucune raison de compter l’énergie solaire primaire car nous avons un approvisionnement stable, presque infini, de ce genre de choses. Tout ce qui compte, c’est la conversion. 

Si vous avez un réseau solaire / éolien fini qui peut réellement remplacer les combustibles fossiles, répondez-moi, car c’est le seul objectif à atteindre si nous ne voulons pas expérimenter la mort la plus dramatique de l’homo sapiens dans l’histoire (en même temps la plupart des animaux). 

Au moment où je le lis, l’IEA IS rend compte avec précision de l’énergie nette produite par l’énergie solaire / éolienne, non? 

Net est tout ce qui compte, Nyet? 

Sur la voie de cet objectif insaisissable, probablement quixotique, tout ce qui compte est de savoir combien d’énergie vous obtenez avec ce que vous construisez, tout simplement.

Et vraiment, qu’est-ce qui fout que les voitures utilisent mieux l’énergie emmagasinée que les plinthes chauffantes et les climatiseurs? (L’auteur mentionne cette notion dans l’article.) Toutes les voitures transportent nos gros culs, et passer du système de production / livraison «juste-à-temps» actuel aux modes plus lents (comme les cargos et les mégablimps éoliens) fera J’imagine qu’il y a plus de différence que de continuer à croire que tous les déplacements à grande vitesse que nous effectuons aujourd’hui sont bons ou nécessaires. 

En outre, 1 à 5 n’est pas bon. Nous avons construit cette technoculture sur des ratios de conversion de combustibles fossiles plus proches de 1 à 50. L’adéquation de la production actuelle de combustibles fossiles ne soutiendra pas notre culture, qui aurait besoin de beaucoup plus pour maintenir les choses en état de réparation à mesure que nous grandissons et que nos infrastructures s’accommodent.

J’ai probablement tout faux, mais alors, est-ce que quelqu’un l’a bien compris? 

https://www.youtube.com/watch?v=ZPRBv-klQNY

Mitzy Franzino a dit …

Désolé, mais cela ignore complètement le solaire thermique, qui: 1) permet un stockage facile, 2) est la moins chère des options d’énergie alternative, 3) Peut représenter un pourcentage élevé de la charge énergétique totale. Enlevez cela de la table et je vais vous accorder une partie de ce que vous dites, mais ce n’est pas bien de le faire. Mes atouts sont que j’ai construit et loué un chalet avec un système de drainage solaire où la majeure partie de la charge calorifique et de l’eau chaude provient de l’énergie stockée (environ 80 à 90%). Les planchers radiants facilitent la distribution et les matériaux sont peu coûteux.

Mark Carroll a dit …

@ Jerry: Quelles sont vos qualifications pour interroger la véracité des articles que vous citez comme preuve? Vous êtes sans doute au courant de la tendance au parti pris gouvernement-médias, et compte tenu des importantes subventions gouvernementales accordées aux secteurs éolien et solaire au cours de la décennie précédente, qu’est-ce qui vous fait penser que ces articles racontent toute l’histoire?

Mark Carroll a dit …

@ Robin: « Le Net est tout ce qui compte, Nyet? » 
Non, l’énergie nette produite n’est pas tout ce qui compte. Trois impératifs ont supplanté cette aspiration. Le premier est: le retour sur investissement après comptabilisation de l’amortissement des coûts en capital (y compris l’infrastructure permettant de transmettre l’énergie au client), ainsi que des coûts de fonctionnement et de maintenance; deuxièmement, la sécurité de l’alimentation, dans la mesure où une panne d’électricité au-delà de quelques cycles alternatifs provoque des perturbations qui augmentent avec le temps; et la disponibilité d’alimentation à la demande, car tout le monde veut que la lumière s’allume lorsque vous appuyez sur ce commutateur.
La dure réalité est que, pour maintenir le mode de vie auquel le monde postindustrialisé s’est habitué, il n’y a que deux sources connues de production d’électricité qui répondent à ces critères. Les hydrocarbures (charbon, pétrole, gaz) et la fission nucléaire – et cette dernière manque souvent au premier critère.

Inconnu a dit …

@Nathan: Ici, en Lituanie, nous facturons environ 0,12 USD / kWh et l’essence coûte environ 5 USD / gallon (1,2EUR / L).

Robin Morrison a dit …

@ Robin: « Le Net est tout ce qui compte, Nyet? » 

« Trois impératifs ont supplanté cette aspiration. Le premier est: le retour sur investissement après comptabilisation de l’amortissement des coûts en capital (y compris l’infrastructure permettant de transmettre l’électricité au client), ainsi que les coûts de fonctionnement et de maintenance; ensuite, la sécurité d’approvisionnement, des coupures d’alimentation au-delà de quelques cycles alternatifs entraînent des perturbations qui augmentent avec le temps et une disponibilité de l’alimentation à la demande, car tout le monde veut que la lumière s’éteigne lorsque vous actionnez cet interrupteur. « 

C’est le coût brut à extraire avant de recevoir un filet. Vous savez, le résultat final. Le net. Je pense que la plupart d’entre nous ici savent que nous ne produisons pas d’énergie en claquant des doigts ou en exécutant des danses magiques, mais plutôt en investissant diverses ressources pour obtenir le résultat souhaité. Vous me défendez en le jugeant fallacieux. Internet regorge de telles merveilles … y compris le vocabulaire délicieusement prissy de votre première phrase: « Trois impératifs ont annulé cette aspiration. » Bien joué. 

Il est agréable de voir que, à côté des impulsions autoérotiques, le second moteur principal d’Internet est un ego brut et débridé. Accordez-vous demain quand Mark Carroll vous expliquera d’où viennent les bébés!

Robin Morrison a dit …

« … l’investissement initial est élevé, mais le nucléaire a tout le potentiel pour subvenir à nos besoins pendant des siècles, même avec la technologie actuelle. Je ne sais pas pourquoi cette route est délibérément bloquée. » 

S’il vous plaît, corrigez-moi si je me trompe (c’est mon passe-temps, je me trompe), mais j’ai eu l’impression qu’il n’y avait pas assez d’uranium uranium pouvant être obtenu efficacement (c’est de l’uranium traité par vérification orthographique?) À fournir. Mais j’aimerais beaucoup me tromper à cet égard et je suis sincèrement disposé à être corrigé dans mes fausses interprétations à ce sujet. Mongo aime l’électorat.

Jerry a dit …

@Robin Morrison, pour autant que je sache, l’AIE rapporte effectivement avec précision l’énergie nette produite par le solaire / l’éolien (c’est-à-dire l’énergie qui contribue aux utilisations finales et au réseau.) Erik Sauer dit qu’il n’est pas juste de comparer l’énergie nette solaire / éolienne à l’énergie primaire utilisée par les centrales électriques au charbon ou les automobiles à essence. La centrale utilise 3 unités d’énergie primaire pour créer 1 unité d’énergie électrique. De même, l’automobile a besoin de 3 unités d’énergie primaire sous forme essence pour faire le même travail qu’une voiture électrique pourrait faire avec 1 unité d’électricité. (Le même argument s’applique que l’unité d’énergie soit exprimée en tonnes d’équivalent pétrole, ou en mégawattheures, ou en aliments pour chevaux.) Les chiffres de l’AIE sont donc totalement injustes vis-à-vis du soleil et du vent. Pourquoi serait-ce, surtout quand le gouvernement subventionne lourdement ces gourmands, fabricants d’énergie solaire sans valeur? Se pourrait-il que les combustibles fossiles et le nucléaire obtiennent des subventions encore plus importantes? Périsse la pensée.

@Derryl Hermanutz, nous travaillons avec une analyse du rendement du capital investi en dollars. Vous avez raison de dire qu’un investissement EROEI (retour sur énergie) donnerait des résultats différents. Et, je conviens que les coûts de déclassement en fin de vie devraient être inclus. Mais quelle est la base de votre argument selon lequel si tous ces facteurs étaient pris en compte, le résultat final serait bien pire pour le solaire / l’éolien? N’oubliez pas que l’analyse de la concurrence pour les combustibles fossiles et le nucléaire omet souvent ces facteurs.

@ Marc Carroll, je conviens que la disponibilité de l’électricité à la demande est un problème non résolu en matière d’énergie solaire et éolienne. Les batteries ne sont pas rentables pour le stockage à long terme et le pompage hydraulique a une disponibilité géographique limitée. Tant qu’il n’y aura pas de solution, l’éolien et le solaire ne pourront pas remplacer complètement les combustibles fossiles et le nucléaire. Les batteries Flow semblent être une solution viable, voir: 

https://qz.com/1302711/to-hit-climate-goals-bill-gates-and-his-billionaire-friends-are-betting-on-energy -espace de rangement/

À propos de mes qualifications: j’ai une maîtrise en génie électrique et j’ai travaillé dans l’industrie solaire pendant quelques années dans les années 1970. En outre, j’ai un système solaire de 9KW avec des batteries sur ma maison. Il fonctionne un peu mieux que Dmitri, mais pas autant que NREL le prétend pour les systèmes à échelle utilitaire californienne. Mais qu’est-ce que cela a à voir avec quoi que ce soit? Mis à part les critiques, voyez-vous quelque chose de particulièrement faux dans le rapport NREL ou dans le papier de Sauer? 

Une chose est sûre, nous ne pouvons pas continuer à faire ce que nous avons fait avec les combustibles fossiles. Nous finirons par en manquer, si nous ne détruisons pas le climat en premier. Et nous ne pouvons pas continuer à augmenter la population et l’économie à l’infini, pas même avec l’énergie solaire. En ce qui concerne le nucléaire, je suis prêt à attendre pour voir ce que Dmitry a à dire dans la partie 2 …

Gudovac1941 a dit …

La situation est gérable si nous poursuivons les améliorations d’efficacité ennuyeuses et monotones qui ont étonnamment réduit la demande d’énergie des sociétés avancées de 1 à 2% par an. Si nous améliorons l’efficacité, nous pourrions parvenir à une baisse de la demande d’énergie de 3 à 5% par an dans les sociétés avancées. 

Bien sûr, dans la majeure partie du sud-ouest et du sud des États-Unis; les gens vont devoir passer à vivre avec peu ou pas de climatisation. Cette transition peut prendre une génération, mais cela peut arriver.

Finalement; en ce qui concerne le transport. Quelques facteurs se combinent pour nous acheter quelques décennies. Premièrement, l’efficacité des voitures a explosé au cours de la dernière décennie. Au fur et à mesure que les vieux véhicules sont mis au rebut, la demande de pétrole pour le transport devrait diminuer. Deuxièmement, le VMT chez les moins de 40 ans dans les sociétés avancées représente moins de 80% des VMT de Boomer (au même stade de la vie). Ces 2 changements devraient nous aider à gagner deux décennies de transition. 

L’efficacité ne résoudra pas tous les défis énergétiques, mais elle aidera énormément. Les Japonais se débrouillent parfaitement avec environ 4 000 kWh d’énergie consommée par habitant par an. 

Mark Carroll a dit …

@ Jerry: Il se trouve que je vis au Texas et que j’ai traversé un certain nombre de parcs éoliens gigantesques qui contribuent à la production d’électricité de 13% des États. Les parcs éoliens que j’ai traversés, en route vers le Colorado, se trouvaient dans la partie supérieure du pan-handle; et des centaines de kilomètres de toute ville ou ville notable. Ils étaient également (presque certainement) au-delà de la distance de transmission économiquement viable vers les principaux consommateurs d’énergie de l’État (Austin, Dallas et Houston). À l’époque, je ne pouvais m’empêcher de penser: «quel gaspillage d’argent total» et «qui pourrait tirer profit de cette entreprise?». Si vous ajoutez ensuite à cela que l’État a un «mandat d’électricité renouvelable» – ce qui se traduit par un fonds de contribuable garanti pour une entreprise commerciale par ailleurs non viable – et que le fabricant des éoliennes et de l’infrastructure de réseau est un grande entreprise américaine (qui contribue généreusement aux campagnes électorales de politiciens de haut niveau), vous pouvez commencer à voir une image se former. Cette image devient un peu plus claire si vous avez une compréhension générale des aspects commerciaux et techniques de la production et du transport d’électricité. En tant qu’ingénieur électricien, vous serez familiarisé avec la représentation de la probabilité de vitesse du vent sous forme d’une distribution de Weibull, et le fait que la puissance générée par une éolienne, à des vitesses inférieures à la valeur nominale, correspond à une fonction cubique de la vitesse du vent. Ces deux faits dictent que, pendant un grand pourcentage de temps, une éolienne produit très peu d’énergie. Et au Texas, cela est démontré par le fait que la production réelle de toute la production éolienne ne représente que 30% de la capacité (ce qui est en fait assez impressionnant).
Le fait est que l’énergie éolienne ne peut pas être utilisée pour produire de l’électricité à la demande. Par conséquent, quel que soit le nombre de parcs éoliens installés, un nombre suffisant de centrales non renouvelables doit être maintenu en exploitation de manière continue afin de maintenir une réserve en rotation. Et c’est cette réserve tournante, nécessaire pour préserver l’attente du pouvoir à la demande, qui manque dans les articles que vous citez. Et c’est cette nécessité qui empêche les énergies non renouvelables de toujours remplacer les hydrocarbures et le nucléaire en tant que solution de remplacement viable. Les énergies renouvelables peuvent certes jouer un rôle, mais elles ne seront jamais un substitut.
Ce qui précède pose alors les questions suivantes: quel est le but de dépenser (dans le cas du Texas) des milliards de dollars en production éolienne pour répondre à un mandat du gouvernement, si tout ce qui est obtenu est une économie comparativement modeste sur le combustible non renouvelable? facture? 
Et la raison pour laquelle les qualifications sont importantes pour interroger la véracité des articles en ligne? C’est parce que la connaissance est votre meilleur complice lorsque vous essayez de séparer les faits de la fiction lorsque vous les examinez; et les recommander aux autres.

Al a dit …

Le problème ne vient pas des combustibles fossiles, mais de notre préoccupation meurtrière, addictive et malade avec le système de transport d’autre part. L’industrie des fossiles est étroitement liée à l’industrie automobile et les constructeurs automobiles sont les maîtres mots de cette relation. C’est simplement que les constructeurs automobiles arrivent mieux à commercialiser la perception que si nous passons simplement aux voitures électriques ou aux voitures autonomes, nous pouvons continuer à nous sortir de l’abîme de l’autoannulation. Les voitures électriques ne sont encore qu’une voiture, une boîte à quatre roues avec une empreinte carbone énorme prenant trop de place, généralement avec un seul occupant. Les véhicules électriques sont de la vapeur et les constructeurs le savent bien. Peu importe que la voiture soit un véhicule électrique ou à essence, la voiture doit mourir.

Source : ClubOrlov: L’avenir de l’énergie est prometteur, première partie

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s