Rien ne fait peur à la gauche de SJW comme un véritable soulèvement de la classe ouvrière

« Dimanche, les médias d’entreprise insinuaient que les diaboliques robots russes de Facebook avaient lavé le cerveau aux Français et les ont rendus fous, car qui d’autre pourrait éventuellement être responsable? Certainement pas les Français eux-mêmes! Les Français, comme tous les Américains le savent, sont par nature un lâche , mangeurs de fromage, qui n’ont jamais renversé leurs dirigeants légitimes, ni décapité publiquement l’aristocratie « . 

Il semble donc que la privatisation de la France ne se déroule pas aussi bien que prévu. Comme vous le savez sans doute, depuis plus d’un mois maintenant, les gilets jaunes (ou «gilets jaunes»), confédération multiple, sans dirigeant, extrêmement énervé, organisent une série de manifestations animées dans les villes et villes à travers le pays à exprimer leur mécontentement avec Emmanuel Macron et ses efforts pour transformer leur société en une dystopie néo-féodale à l’américaine. Les autoroutes ont été bloquées, des péages ont été réquisitionnés, des voitures de luxe incendiées et les magasins des Champs-Élysées perturbés. Ce qui a commencé comme une révolte des taxes de banlieue est devenu un véritable soulèvement de la classe ouvrière.

Il a fallu un certain temps au «Golden Boy of Europe» pour comprendre pleinement ce qui se passait. Conformément à la tradition de son prédécesseur, Louis XVI, Macron a tout d’abord répondu aux gilets jaunes en invitant une délégation de   journalistes du Monde à  saluer sa rénovation du palais de l’Élysée , en faisant quelques commentaires condescendants et en les ignorant complètement. C’était à la fin novembre. Samedi dernier, il a verrouillé le centre de Paris, mobilisé une armée de policiers anti-émeute, « arrêté préventivement » des centaines de citoyens, y compris des  » étudiants extrémistes  » présumés , et envoyé les  véhicules blindés de l’armée .

Les médias anglophones, après avoir fait de leur mieux pour ne pas couvrir ces manifestations (et pour garder les publics américains et britanniques concentrés sur des Russes imaginaires), ont été obligés d’entreprendre le délicat processus de délégitimation des gilets jaunes sans exaspérer. toute la population française et incitant les prolétariats britannique et américain à sortir et à mettre le feu aux voitures. Ils ont eu un début un peu délicat.

Par exemple,  cette pièce d’Angélique Chrisafis ,  chef du bureau parisien du Guardian , et son compte Twitter des manifestations de samedi dernier. D’une certaine façon (probablement un coq au quartier général),  Les gardiens  honchos ont permis Chrisafis faire une déclaration sans propagande réelle (et quelques  entretiens avec les manifestants réels ) avant qu’ils ne s’attrapées et son remplacés par Kim Willsher, qui a repris  le Guardian habituelle de l »  narration néolibérale favorable à l’établissement , qui, dans ce cas, impliquait de diviser les manifestants en «vrais» gilets jaunes et en «faux» gilet jaunes, et en qualifiant ce dernier groupe fictif de «agitateurs politiques extrémistes».

Dimanche, les médias d’entreprise insinuaient que les diaboliques robots russes de Facebook avaient lavé le cerveau des Français en les rendant fous, car qui d’autre pourrait éventuellement être responsable? Certainement pas les Français eux-mêmes! Comme tous les Américains le savent, les Français sont par nature des lâches mangeurs de fromage qui n’ont jamais renversé leurs dirigeants légitimes ni décapité publiquement l’aristocratie. Non, les Français étaient assis là, fumaient comme des cheminées et savouraient leur asservissement à la dette et la privatisation de leur social-démocratie, jusqu’à ce qu’ils se connectent sans méfiance sur Facebook.

Bloomberg a annoncé que  les autorités françaises avaient ouvert une enquête sur les ingérences russes (au milieu desquelles figure, sans raison apparente, une photo gigantesque de Le Pen, probablement pour lui donner cette saveur « nazie »). Selon «l’analyse vue par  le Times »,  les comptes de médias sociaux liés à la Russie «amplifient» le «chaos» et la «violence»  en envoyant sur Twitter des photos de gilets jaunes que la police française a sauvagement battues ou  tirées gratuitement avec «moins de -lethal projectiles. ”  “ Les nationalistes infiltrent-ils les gilets jaunes? ”Se demandent les producteurs de BBC Newsnight. Ryan Broderick de Buzzfeed,  » une bête née presque entièrement de Facebook”Se penche vers… eh bien, je ne suis pas tout à fait sûr, le Royaume-Uni ou même, que Dieu nous aide, Amérique! Et puis il y a Max Boot , qui est convaincu qu’il est personnellement persécuté par des agents russes comme Katie Hopkins, James Woods, Glenn Greenwald et d’autres membres de haut rang d’un conspirationnisme mondial que Boot appelle «l’Internationale illibérale» (mais que les lecteurs de ma chronique reconnaîtront comme «les nazis de Poutine»).

Et, voyez-vous, c’est le problème auquel font face les médias d’entreprise (et d’autres fervents défenseurs du néolibéralisme mondial) avec ces manifestations de gilets jaunes. Ils ne peuvent pas se contenter de prétendre que ce qui se passe n’est pas un soulèvement de la classe ouvrière, ils ont donc été forcés de recourir à ces absurdités flagrantes. Ils savent qu’ils doivent délégitimer les gilets jaunes dès que possible – le mouvement commence déjà à se répandre – mais le récit « Poutine-Nazi » qu’ils ont utilisé sur Trump, Corbyn et d’autres « populistes » ne fonctionne tout simplement pas.

Personne ne croit que les Russes sont derrière tout cela, pas même les hackers payés pour faire semblant de le faire. Et l’hystérie du «fascisme» fait aussi des bombardements. Les tentatives de dépeindre les gilets jaunes comme des fascistes parrainés par Le Pen  leur ont explosé au visage. Évidemment, l’extrême droite fait partie de ces manifestations, comme dans tout soulèvement de la classe ouvrière,mais il y a beaucoup trop de socialistes et d’anarchistes (et juste des gens de la classe ouvrière énervés) impliqués pour que les médias puissent les peindre. tous comme «nazis».

Ce qui ne veut pas dire que les grands médias et d’ éminents intellectuels  comme Bernard-Henri L é vy  ne va pas continuer à marteler à l’hystérie « fascisme », et demande que le « bon » et gilets jaunes « vrais » suspendent leurs protestations contre Macron jusqu’à ce qu’ils aient complètement purgé leur mouvement de « fascistes » et « d’extrémistes » et d’autres éléments dangereux, et l’aient scindé en un certain nombre de factions idéologiques antagonistes plus petites qui peuvent être plus facilement neutralisées par les autorités françaises… parce que c’est ce que les intellectuels des établissements font.

Nous pouvons nous attendre à entendre cette ligne de raisonnement, pas seulement d’intellectuels d’établissements tels que Lévy, mais également de membres de la gauche d’identité, qui sont déterminés à empêcher les classes populaires de s’élever contre le néolibéralisme mondial dernier vestige de racisme, sexisme, homophobie, xénophobie, transphobie, etc. Ces gardiens de gauche ont un peu lutté pour trouver une réponse aux gilets jaunes… une réponse qui ne leur donne pas l’air d’être des hypocrites. Voir, en tant que gauchistes, ils ont en quelque sorte besoin d’exprimer leur soutien à un véritable soulèvement de la classe ouvrière. En même temps, ils doivent délégitimer cela, carleurs principaux adversaires sont le fascisme, le racisme, le sexisme, l’homophobie, la xénophobie et un grand nombre d’autres ismes et phobies, et non les classes dirigeantes néolibérales.

Rien ne fait peur à la gauche identitaire comme un véritable soulèvement de la classe ouvrière. Voyant les masses furieuses non lavées opérant seules, sans aucune retenue humaine décente, Identity Politics, les gauchistes se sentent soudainement pressés d’analyser, de catégoriser, d’organiser, d’assainir et de les corriger et les contrôler.Ils ne peuvent pas accepter le fait que les classes ouvrières vivantes et vivantes sont désordonnées, multiplicatives, incohérentes et irréductibles par une idéologie en particulier. Certains d’entre eux sont des racistes. Certains sont fascistes. D’autres sont des communistes, des socialistes et des anarchistes. Beaucoup n’ont aucune idée de ce qu’ils sont et ne s’intéressent pas particulièrement à ces étiquettes. C’est ce que sont les véritables classes ouvrières… un groupe important et contradictoire de personnes qui, malgré toutes leurs différences, partagent un point commun: elles sont gâchées par les classes dirigeantes. Je ne sais pas pour vous, mais je me considère comme l’un d’entre eux.

On devine où nous allons d’ici. Selon  The Guardian , au moment où  j’écris ces lignes ,  toute l’Europe retient son souffle en prévision de la réaction des gilets jaunes à la dernière tentative de Macron de les apaiser, cette fois avec une centaine d’euros supplémentaire par mois, des avantages fiscaux et un bonus de Noël. Quelque chose me dit que ça ne va pas marcher, mais même si ça marche, et que le soulèvement de gilets jaunes se termine, cette insurrection «populiste» désordonnée contre le néolibéralisme mondial est clairement entrée dans une nouvelle phase. Comptez sur les classes dirigeantes capitalistes mondiales pour intensifier leur  guerre contre la dissidence et leur diabolisation de quiconque s’y opposerait (ou contredirait leur discours officiel) en tant qu ‘ »extrémiste », « fasciste », « agent russe », etc. J’attends cela avec impatience, personnellement.

Oh… oui, et j’oubliais presque, si vous vous demandiez ce que vous pouviez m’offrir pour Noël, j’ai fait quelques vérifications et il semble y avoir une large sélection de gilets de sécurité jaunes en ligne pour seulement quelques euros.


Source: The Unz Review

Source : Rien ne fait peur à la gauche de SJW comme un véritable soulèvement de la classe ouvrière

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s