America’s Withdrawal From The INF Treaty: Clear Reasons And Ulterior Motives | OrientalReview.org

Le retrait de l’Amérique du traité INF: raisons claires et motifs ultérieurs

Cette année, les États-Unis ont commencé à souligner leur intention de se retirer du traité INF de 1987 non seulement en raison de la prétendue non-conformité de la Russie, mais aussi parce que l’Asie dispose de tels systèmes de livraison, notamment en Chine. Le conseiller en sécurité nationale de Donald Trump, John Bolton, a exposé la position de Washington lors d’une récente visite à Moscou. Le même message avait déjà été transmis par le président américain lui-même.

« Bolton a déclaré franchement que les États-Unis veulent compenser la possession de missiles par les pays asiatiques en se retirant du [traité] INF », a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères, cité par Interfax.

Selon Sergueï Lavrov , les États-Unis souhaitaient savoir ce que Moscou pensait d’impliquer éventuellement l’Inde, l’Iran, la Chine et le Pakistan dans le processus de limitation des missiles balistiques – les quatre pays ont des missiles à portée intermédiaire et à courte portée, mais sont toujours restés en dehors du Traité. Comme l’a noté le ministre des Affaires étrangères, la Russie a proposé de connaître la position de ces pays sur le sujet.

boulonnerLes explications fournies par John Bolton lors de sa visite à Moscou en octobre sont étranges pour deux raisons.

Premièrement, il est de pratique diplomatique que des propositions ou des questions de politique étrangère importantes soient directement adressées à d’autres États plutôt que par des intermédiaires, sauf lorsque les parties intéressées demandent volontairement la médiation par une tierce partie.

Deuxièmement, en 2007 et 2008, la Russie et les États-Unis ont convenu de multilatéraliser le traité INF de 1987 sur les accords bilatéraux en vigueur, en cours, en incluant d’autres pays dotés de missiles. De plus, Washington estimait que 32 pays au total avaient déjà des missiles à portée intermédiaire et à courte portée, ou possédaient le savoir-faire technologique et technique nécessaire à leur création. L’Amérique a par la suite refusé d’appuyer la proposition, craignant apparemment que sa mise en œuvre ne porte atteinte aux intérêts militaires de ceux de ses alliés dotés de telles armes dans leurs arsenaux – Grande-Bretagne, France et Israël, par exemple.

Nul doute que personne ne fera confiance à Washington s’il pousse de manière proactive en faveur du retrait du traité INF tout en proposant simultanément un traité multilatéral plus large.

Alors, pourquoi Washington parle-t-il encore une fois de se retirer du traité INF parce que certains pays asiatiques, dont la Chine, ont des missiles similaires?

L’une des raisons pour lesquelles les représentants officiels de l’administration actuelle ne cherchent pas à cacher est que la Maison Blanche, le Conseil de sécurité nationale, le département d’Etat et le Pentagone sont préoccupés par les capacités croissantes de la Chine en matière de missiles à portée intermédiaire et à courte portée Les données américaines représentent environ la moitié du nombre total de leurs porteurs de missiles nucléaires. C’est évidemment pour cette raison que la Chine a remplacé la Russie comme «ennemi numéro un» dans les politiques militaires et stratégiques approuvées par Donald Trump.

Une autre raison pour laquelle les États-Unis souhaitent que de nouveaux pays adhèrent au traité INF, dont les hauts responsables américains ne parlent pas ouvertement, est de creuser un fossé entre Moscou et Beijing. Les États-Unis comptent sur le fait que la Russie souhaite préserver le traité. Ils feront donc pression sur leurs amis chinois pour qu’ils freinent le programme de missiles à portée intermédiaire et à courte portée de leur pays. Si la Chine refuse, le traité INF cessera d’exister et les relations entre la Russie et la Chine seront compromises.

Ce n’est pas un hasard si John Bolton tente de faire peur à la Russie en disant que les missiles chinois menacent son «cœur». Mais il est clairement plus qu’un peu malhonnête, c’est le moins que l’on puisse dire. Ce ne sont pas des missiles chinois, mais les nombreux missiles nucléaires américains dissimulés sous le bouclier d’un bouclier antimissile mondial qui menacent simultanément le cœur de la Russie et de la Chine.

En ce qui concerne la Russie et la Chine, les deux pays ont depuis longtemps signé des documents communs dans lesquels ils s’engagent à ne pas utiliser leurs armes nucléaires les uns contre les autres et à adhérer aux principes de la coexistence pacifique en général.

Moscou et Pékin respectent pleinement leurs obligations réciproques en vertu du Traité bilatéral de bon voisinage sur l’amitié et la coopération, signé le 16 juillet 2001, de ne pas utiliser la force ou la menace de la force dans leurs relations mutuelles, de ne pas être le premier à utiliser l’arme nucléaire de ne pas viser les missiles nucléaires stratégiques.

En mars 2013, la Russie et la Chine ont signé une déclaration commune sur une coopération mutuellement bénéfique et la mise en place d’un partenariat stratégique global. Entre autres choses, il est stipulé que les deux pays vont s’épauler résolument sur des questions qui touchent leurs principaux intérêts, notamment la sauvegarde de leur souveraineté, de leur intégrité territoriale et de leur sécurité.

Moscou et Beijing s’opposent activement aux projets américains visant à renforcer ses capacités nucléaires stratégiques et tactiques, à renforcer les éléments de frappe de son système mondial de défense antimissile et à transformer l’espace en une arène de confrontation militaire. Comme on le sait, cependant, Washington voit toutes ces questions de manière complètement différente.

Il est étrange que John Bolton ignore ces documents et déclarations bien connus entre la Russie et la Chine. Ou il sait trop bien et répand des mensonges délibérés.

INFAprès avoir annoncé le retrait unilatéral du pays du traité sur les FNI, l’administration de Donald Trump envisage de mêler à la fois l’Europe et l’Asie aux nouveaux missiles nucléaires à portée intermédiaire et à portée plus courte que Washington a décidé de créer il y a longtemps. De nombreux pays du monde le comprennent parfaitement. En décidant de mettre fin au traité INF, que les administrations américaines précédentes ont qualifié de «pierre angulaire de la stabilité mondiale», les États-Unis se sont clairement fixé deux objectifs principaux.

Premièrement, augmenter considérablement le niveau des capacités de missiles nucléaires des États-Unis au niveau mondial en créant une toute nouvelle triade nucléaire stratégique et en modernisant les armes nucléaires tactiques du pays, dont l’utilisation dans la première frappe nucléaire est indiquée dans plusieurs dispositions modifiées par Donald Trump dans la stratégie nucléaire du pays.

Deuxièmement, installer ses nouveaux missiles nucléaires mobiles terrestres à portée intermédiaire et à courte portée au Japon et en Corée du Sud, qui ont été couverts bien avant par le bouclier antimissile américain.

En tout état de cause, il est impossible de ne pas voir que la menace militaire massive et combinée, y compris le nucléaire, créée délibérément par l’Amérique, plane sur le monde comme le glaive de Damoclès.

Les rappels sont les bienvenus avec la référence à la REVUE ORIENTALE.
Version imprimable, PDF et courriel

Source : America’s Withdrawal From The INF Treaty: Clear Reasons And Ulterior Motives | OrientalReview.org

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s