La Pravda américaine. Le déni de l’Holocauste. – Le Saker Francophone

 

La Pravda américaine. Le déni de l’Holocauste.


La surprenante histoire du négationnisme de l’Holocauste


Par Ron Unz – Le 27 aout 2018 – Source Unz Review

Il y a quelques années, j’ai entendu parler d’un conflit féroce sur le net impliquant un journaliste de gauche nommé Mark Ames et les rédacteurs en chef du magazine Reason, la publication phare du mouvement libertarien en plein essor. Même si j’étais plongé dans un difficile travail de programmation, la curiosité a pris le dessus et j’ai décidé d’y jeter un coup d’œil.

EuropeanDenial

Pendant les guerres de l’immigration des années 1990, j’étais devenu très ami avec les gens de Reason, me rendant fréquemment dans leurs bureaux, surtout pendant ma campagne « anglaise » de 1998, lorsque j’avais installé mon propre siège politique dans le même petit immeuble de bureaux qu’ils utilisaient, à Westside LA. Puis, comme mon projet de logiciel d’archivage de contenu commençait à absorber de plus en plus de mon temps au début des années 2000, j’ai progressivement perdu le contact avec eux, mais même ainsi, les quelque 40 années d’archives de leurs magazines étaient devenues la première publication que j’avais incorporée dans mon système, et j’étais heureux de découvrir que les deux parties dans la querelle en cours avaient mis mon système à profit pour explorer ces vieux numéros de Reason.

Apparemment, les libertariens regroupés autour de Reason avaient réussi à faire des incursions politiques dans l’industrie technologique extrêmement riche de la Silicon Valley, et avaient organisé une grande conférence à San Francisco pour rassembler leurs partisans. Leurs rivaux de gauche ont décidé d’étouffer ce projet dans l’œuf en mettant en lumière certaines des positions idéologiques les moins recommandables que les leaders libertariens du courant dominant épousaient régulièrement. Ron Paul et d’autres libertariens pouvaient peut-être s’opposer aux guerres à l’étranger et aux lois sur les drogues, soutenir la réduction des impôts et des règlements, mais eux et leurs alliés du Parti républicain étaient indescriptiblement vils sur toutes sortes d’autres questions, et tous les « bons intellectuels » devaient donc en rester très éloignés.

Le débat a commencé de manière plutôt banale avec un article d’Ames intitulé « Homophobie, racisme et les Kochs » accusant Reason d’avoir partagé une plate-forme avec une députée républicaine de haut rang exposant ses vues chrétiennes conservatrices, ainsi que la dépendance du magazine envers le financement des Kochs et son soutien présumé à l’apartheid en Afrique du Sud pendant les années 1970 et 1980. La réponse du rédacteur en chef de Reasonm’a semblé assez convaincante car il rejetait, à juste titre, les attaques de culpabilité par association. Il soulignait également les erreurs et omissions flagrantes dans les accusations concernant l’Afrique du Sud, et a ridiculisé Ames en le traitant de « théoricien du complot » notoirement enclin à l’erreur. Il est certain que peu de gens de l’extérieur auraient prêté attention à un tel échange typique des disputes entre camps idéologiques rivaux.

Mais les choses ont pris une toute autre tournure quand, une semaine plus tard, Ames est revenu à la charge avec un article de 5 000 mots portant un titre qui n’a pas manquer d’attirer l’attention : « Négation de l’Holocauste ». Il y affirmait qu’en 1976 Reason avait publié un numéro spécial consacré à ce sujet explosif.

Tout le monde sur Internet a certainement rencontré de nombreux cas de négationnisme au fil des ans, mais le fait qu’un magazine respectable ait attribué un numéro complet à la promotion de cette doctrine était autre chose. Pendant des décennies, Hollywood a sanctifié l’Holocauste, et dans notre société profondément laïque, les accusations de négationnisme de l’Holocauste reviennent à crier « Sorcière » dans le Old Salem ou à lancer des accusations de trotskysme à la Cour du Tsar rouge. L’émission de radio de Sam Seder, Majority Report, a consacré une demi-heure entière aux accusations portées contre Reason, et une recherche sur Google avec les termes « Reason Magazine  » + « Holocauste Denial » produit aujourd’hui des milliers de résultats. C’est l’explosion substantielle de cette controverse sur Internet qui a retenu mon attention à l’époque.

Ma première réaction fut une réaction de perplexité. Reason était le premier périodique que j’avais numérisé dans mon système une douzaine d’années plus tôt, et j’aurais sûrement remarqué un numéro entier faisant la promotion du négationnisme. Cependant, j’ai vite découvert que février 1976 avait été exclu de l’ensemble soi-disant complet que le magazine m’avait envoyé pour traitement, une omission qui soulève elle-même de sérieux soupçons. Mais Ames avait visiblement déniché une copie dans une bibliothèque et produit un PDF complet, qu’il a évidemment téléchargé sur Internet pour étayer ses accusations.

En lisant attentivement son article, puis en parcourant le contenu, j’ai décidé que son accusation était techniquement fausse mais substantiellement vraie. Apparemment, le thème réel du numéro était « le révisionnisme historique » et à l’exception de quelques paragraphes enterrés ici et là parmi les 76 pages, le négationnisme de l’holocauste n’y a jamais été abordé, de sorte que dire que le sujet était le négationnisme était évidemment une exagération grotesque. Mais d’un autre côté, bien que peu d’auteurs me soient familiers, il me semblait indéniablement vrai qu’ils faisaient partie des plus éminents négationnistes américains et que la plupart d’entre eux étaient profondément associés à des organisations situées dans ce même camp. De plus, il y avait de fortes indications que leurs positions sur ce sujet devaient certainement être connues des éditeurs de Reason qui avaient commandé leurs articles.

Le cas le plus clair est quand Ames cite les déclarations explicites du Dr Gary North, un éminent intellectuel libertarien qui avait été l’un des premiers adjoints au Congrès de Ron Paul et qui est devenu par la suite son partenaire de longue date en politique et en affaires :

« Les documents les plus controversés sur le révisionnisme concernant la Seconde Guerre mondiale ont probablement été les études scientifiques sans fin sur le meurtre supposé de 6 millions de juifs par Hitler. L’auteur anonyme [Hoggan] de The Myth of the Six Million, a présenté un solide dossier contre l’histoire d’horreur préférée de l’establishment – la prétendue justification morale de notre entrée en guerre… Les livres non traduits par l’ancien détenu de Buchenwald, le professeur Paul Rassinier, ont eux-mêmes sérieusement contesté cette histoire… Un livre récent et très peu coûteux, publié sous la forme d’un magazine, Did Six Million Really Die ? est paru en 1973, écrit par Richard Harwood. »

Un futur numéro du magasine incluait une lettre de mille mots écrite par Adam Reed de l’Université Rockefeller, un ancien collaborateur de Reason, confirmant avec force le discours dominant sur l’Holocauste en citant des ouvrages standard et en reprochant à M. North d’avoir cité des ouvrages de qualité douteuse sur la négation de l’Holocauste. Mais North a tenu bon :

« Le deuxième point, à savoir qu’environ 6 millions de juifs sont réellement morts dans les camps de concentration, est un point qui restera en suspens jusqu’à ce que les archives de l’époque soient entièrement disponibles. Je ne suis pas encore convaincu, dans un sens ou dans l’autre. Je suis heureux d’avoir lu l’interprétation des données par le Dr Reed, mais jusqu’à ce que les maisons d’édition et la guilde académique encouragent le réexamen des données, je continuerai à recommander aux personnes intéressées par les questions révisionnistes de lire The Myth of the Six Millionet Did Six Million Really Die ?, en les considérant comme des argumentations raisonnables (mais pas nécessairement irréfutables) de révisionnisme historique. Si quelqu’un n’est pas sûr de lui, il devrait alors lire plus sur le sujet. »

Le Dr James J. Martin était l’auteur principal du numéro de février sur le revisionnisme, et le numéro de janvier précédent comportait une longue série de questions et réponses des rédacteurs, l’une des questions portant directement sur le sujet controversé :

REASON : Dr Martin, croyez-vous (1) que l’accusation spécifique contre les nazis d’avoir un programme d’extermination massive de plusieurs millions de juifs est vraie, et (2) que les atrocités alliées furent aussi importantes ou même plus importantes que celles des Allemands, d’après votre étude de la question ?

MARTIN : Eh bien, je n’ai jamais fait le décompte de tous ceux qui ont perdu la vie pendant la guerre – nous avons vu une grande variété de documents statistiques, mais certains ne se basaient pas sur grand chose. Par conséquent, il est difficile de faire une estimation de ce genre, que dix de plus aient été tués d’un côté ou de l’autre n’est pas un sujet particulièrement passionnant en ce qui me concerne. Il reste à voir si ces allégations peuvent être prouvées. Je ne crois pas que les preuves d’une extermination planifiée de l’ensemble de la population juive d’Europe tiennent la route. J’ai été influencé au fil des années par l’œuvre de Paul Rassinier, et il faut encore compter avec lui. Ses œuvres ont été ignorées pendant longtemps, et tôt ou tard, quelqu’un devra faire un travail décent pour faire face à ce qu’il a présenté. Je pense que le cas général de Rassinier est solide et je n’ai pas vu de preuves solides pour contredire ses allégations ou ses affirmations selon lesquelles il n’y avait pas de programme planifié pour l’extermination des juifs d’Europe. Son autre cas principal est qu’il n’y avait pas de programme d’extermination par chambre à gaz. Le fait qu’un grand nombre de personnes ont perdu la vie est incontestable – le fait que les camps de concentration allemands n’étaient pas des centres de santé est bien connu – mais ils semblent avoir été beaucoup plus petits et beaucoup moins meurtriers que les camps russes.

Un autre contributeur important du numéro était Austin J. App, et trois ans plus tôt, il avait publié un livre court intitulé The Six Million Swindle : Blackmailing the German People for Hard Marks with Fabricated Corpses.[L’arnaque des six millions : Faire chanter le peuple allemand avec des cadavres mis en scène].

Dans une chronique suivante du propre rédacteur en chef d’Ames, les réactions stupéfaites de divers journalistes sont répertoriées, dont l’un d’entre eux déclarant sus Tweeter  « J’ignorais totalement que Reason Magazine fut autrefois un paradis pour le révisionnisme concernant l’Holocauste. ‘Holy Moly’ ». Malgré les réfutations faites avec colère par les employés actuels de Reason, cette description semble tout à fait correcte.

En effet, il semble y avoir des preuves circonstancielles considérables qu’à cette époque, le « scepticisme concernant l’Holocauste » s’étendait assez largement dans le mouvement libertarien naissant. En dehors de la critique acerbe du professeur Reed, l’écrasante majorité des réponses des lecteurs semblait totalement favorable, avec Samuel Konkin III, rédacteur en chef de New Libertarian Weekly et diverses publications similaires, suggérant que le numéro de février était l’un des meilleurs qu’ils aient jamais publiés. David Nolan, fondateur du Parti libertarien américain, a également salué le numéro comme étant « extraordinaire ».

Les deux rédacteurs du numéro en question restent encore aujourd’hui des figures de proue de Reason et du libertarianisme américain, tandis que le haut du panier incorporait alors des noms tels que David Brudnoy et Alan Reynolds, tous deux devenus plus tard des figures influentes de la politique conservatrice et libertarienne. Il ne semble pas y avoir eu de démissions ou d’explosions de colère à la suite de la publication de ce numéro, qui semble avoir été digéré avec une totale équanimité, suscitant apparemment moins de rancœur qu’un différend sur la politique monétaire.

Je n’avais encore jamais accordé beaucoup d’attention aux discussions sur l’Holocauste, mais le nom de Murray Rothbard ayant participé à l’édition du Reason de 1976 a fait naître un souvenir. Rothbard est largement considéré comme le fondateur du libertarianisme moderne, et je me suis souvenu que dans les années 1990 j’avais lu quelque part qu’il avait souvent ridiculisé l’Holocauste et le traitait d’absurdité totale, ce qui était resté dans mon esprit comme un exemple typique d’excentricité libertarienne. Une rapide recherche sur Google a confirmé mon souvenir que Rothbard avait été un négationniste assumé de l’Holocauste.

Bien que toute la controverse concernant la ligne éditoriale de Reason du milieu des années 1970 se soit vite apaisée, elle est restée en arrière plan de mon esprit. J’avais toujours été assez sceptique à l’égard de l’idéologie libertarienne, mais mes amis de Reason des années 1990 m’avaient vraiment semblé être des gens intelligents et rationnels, pas vraiment des doux dingues, et deux de ceux que j’avais le mieux connus avaient été les co-rédacteurs du numéro controversé en question.

Je pouvais facilement comprendre comment des idéologues libertariens zélés pouvaient être emportés au-delà du point de rationalité sur certaines questions – peut-être quand ils soutiennent que la police et l’armée devraient être abolies en tant qu’institutions étatiques – mais la question factuelle de ce qui était arrivé ou non aux juifs d’Europe pendant la Seconde Guerre mondiale n’entrait guère dans ce genre de catégorie. De plus, le libertarianisme avait toujours attiré un très grand contingent de juifs, surtout dans les plus haut niveaux, et l’un des rédacteurs du numéro venait de ce milieu, tout comme Rothbard et de nombreux autres qui figuraient en tête de liste. Bien qu’un antisémitisme dérangé ne soit pas impossible chez certains juifs, il reste quand même peu probable. Il est clair qu’il se passait quelque chose de très étrange.

Mais j’étais alors trop occupé par mon travail pour me concentrer sur la question. Cependant, quelques mois plus tard, j’eus plus de temps et ai donc commencé une enquête détaillée. Ma première étape a été de lire attentivement les articles de Reason écrits par ces auteurs controversés qui m’étaient auparavant inconnus. Bien que leurs articles ne soient pas liés à l’Holocauste, j’ai pensé qu’ils pourraient me donner une idée de leur système de pensée.

À ma grande surprise, l’historiographie m’a semblé extraordinairement bonne, et presque certainement exacte d’après ce que j’avais appris au fil des ans de sources parfaitement classiques. Le long article du Dr Martin sur la célèbre histoire de « Tokyo Rose » était probablement le meilleur et le plus complet que j’ai jamais rencontré sur ce sujet, et l’analyse du Dr App sur la tragédie des Allemands des Sudètes était tout aussi forte, soulevant plusieurs points que je n’avais jamais connus auparavant. Percy Greaves a résumé efficacement bon nombre des aspects très suspects de l’attaque de Pearl Harbor, et bien que ses arguments en faveur de l’attaque en justice contre FDR ne soient certainement pas totalement cohérents, ils concordaient avec les points de vue présentés par de nombreux universitaires ayant écrit d’autres livres sur le sujet. En outre, son point de vue a été soutenu par un jeune Bruce Bartlett, qui deviendra plus tard un éminent fonctionnaire de Reagan et Bush, et encore plus tard un fort opposant républicain de George W. Bush, régulièrement fêté par le New York Times. La plupart des autres écrits semblaient également de très bonne qualité, y compris le résumé de M. North sur le révisionnisme de la Seconde Guerre mondiale. En général, l’érudition académique de ces articles surpassait largement tout ce que l’on trouve dans les magazines d’opinion des dernières décennies, y compris Reason. Les personnes intéressées peuvent cliquer sur les liens ci-dessus, lire les articles en question et décider par eux-mêmes.

À l’époque, Reason était un magazine récent et en difficulté, avec un personnel et un budget limités. La publication d’articles d’une qualité aussi évidente furent certainement une réalisation remarquable dont les rédacteurs en chef pouvaient être fiers à juste titre, et les lettres extrêmement positives qu’ils ont reçues semblent absolument justifiées. Pendant ce temps, les méchantes attaques d’Ames ressemblaient à celles d’un simple pirate politique qui ne s’est peut-être même pas donné la peine de lire les articles dont il vilipendait les auteurs.

Comme signe supplémentaire de la malhonnêteté d’Ames, il a jeté l’épithète de « nazi » environ deux douzaines de fois dans son travail, ainsi que ses nombreuses utilisations du terme « antisémite », et Greaves a certainement été le sujet de beaucoup de ces insultes. Mais bien que Greaves et Bartlett aient écrit des articles main dans la main sur exactement le même sujet, Pearl Harbor, et que, selon Wikipedia, le premier était le conseiller académique du second sur ce sujet, le nom de Bartlett n’apparaît nulle part dans l’attaque d’Ames, probablement parce que traiter un éminent expert politique, très apprécié du New York Times, de « néo-nazi antisémite » pouvait s’avérer autodestructeur. Même en laissant cela de côté, accuser les libertaires juifs qui dirigeaient Reason d’être des propagandistes nazis doit certainement être le genre d’accusation qui mettrait à rude épreuve la crédulité des plus naïfs.

Deborah Lipstadt et la négation de l’Holocauste

La crédibilité d’Ames étant totalement déchiquetée, j’ai décidé de relire soigneusement son article, à la recherche des indices que j’ai pu trouver sur cette situation bizarre. Les universitaires qui publient une très bonne histoire sur certains sujets peuvent malgré tout avoir des points de vue totalement irrationnels sur d’autres, mais c’est normalement rarement le cas.

Il semble qu’une grande partie des idées d’Ames sur la question provenait d’une certaine Deborah Lipstadt, qu’il qualifiait de grande spécialiste de l’Holocauste. Son nom m’était vaguement familier en tant qu’activiste académique qui, des années auparavant, avait remporté une victoire juridique majeure contre un historien britannique de droite nommé David Irving, et Irving lui-même était encore dénoncé dans l’article d’Ames.

Cependant, un nom ressortait. Apparemment basé sur des informations de Lipstadt, Ames a décrit Harry Elmer Barnes comme étant « le parrain de la littérature américaine sur la négation de l’Holocauste » et Martin comme étant  « le gourou de la négation de l’Holocauste ».

Une douzaine d’années plus tôt, le nom de « Barnes » n’aurait presque rien signifié pour moi. Mais alors que je mettais au point mon système d’archivage de contenu et que je numérisais de nombreuses publications américaines parmi les plus influentes des 150 dernières années, j’avais rapidement découvert que bon nombre de nos intellectuels publics les plus illustres – gauche, droite et centre – avaient été soudainement purgés et « disparus » vers 1940, en raison de leur opposition farouche à la politique étrangère extrêmement agressive de FDR, et Barnes, un éminent historien et sociologue, en était parmi les plus éminents. Il avait été l’un des premiers rédacteurs en chef de Foreign Affairs et, pendant de nombreuses années, ses articles les plus importants avaient honoré les pages de The New Republic et The Nation et, après sa chute, il fut éditeur de Perpetual War for Perpetual Peace, un important recueil d’essais écrits par lui-même et d’autres personnalités autrefois en vue. Mais voir une figure d’une telle stature intellectuelle accusée d’être un négationniste de l’Holocauste, sans parler d’être le « parrain » de tout ce mouvement, m’a semblé plutôt bizarre.

Puisque Ames n’était qu’un intermédiaire politique ignorant qui ne faisait que redire les opinions des autres, mon attention s’est déplacée vers Lipstadt, sa source principale. Quiconque a passé beaucoup de temps sur les fils de commentaires de sites Web relativement peu filtrés a certainement rencontré le sujet controversé du déni de l’Holocauste, mais j’ai alors décidé d’essayer d’enquêter sur la question d’une manière beaucoup plus sérieuse. Quelques clics sur le site Amazon.com, et son livre Denying the Holocaust, écrit en 1993, est arrivé dans ma boîte aux lettres quelques jours plus tard, me permettant d’entrer dans ce monde mystérieux.

La lecture du livre a certainement été pour moi une formidable révélation. Lipstadt est professeur d’études sur l’Holocauste avec une nomination au Département de théologie de l’Université Emory et, après avoir lu le paragraphe d’ouverture de son premier chapitre, j’ai décidé que sa spécialité académique pourrait certainement être décrite comme une « Théologie de l’Holocauste ».

« La productrice était incrédule. Elle avait du mal à croire que je refusais une occasion de participer à son émission télévisée diffusée à l’échelle nationale. ‘Mais vous écrivez un livre sur ce sujet. Ce sera une bonne publicité’. J’ai expliqué à plusieurs reprises que je ne participerais pas à un débat avec un négationniste de l’Holocauste. L’existence de l’Holocauste n’est pas sujet à débat. Je veux bien analyser et illustrer qui ils sont et ce qu’ils essayent de faire, mais je n’apparaîtrai pas avec eux… Ne voulant pas accepter mon ‘non’ comme définitif, elle a vigoureusement condamné le déni de l’Holocauste et tout ce qu’il représentait. Puis, dans une dernière tentative pour me faire changer d’avis, elle m’a posé une question : ‘Je ne suis certainement pas d’accord avec eux, mais ne pensez-vous pas que nos téléspectateurs devraient entendre l’autre point de vue ?’. »

L’horreur absolue de Lipstadt d’envisager que quelqu’un conteste les principes de sa doctrine académique ne peut être plus flagrante. Un théologien zélé de l’âge des ténèbres européen n’aurait pas réagi différemment.

Le deuxième chapitre de son livre m’a confirmé cette impression. Comme bon nombre des personnes qu’elle fustige en tant que négationnistes de l’Holocauste soutiennent également la perspective révisionniste des causes sous-jacentes de la Première et de la Seconde Guerre mondiale, elle a attaqué durement ces écoles, mais d’une manière plutôt étrange. Ces dernières années, le blogueur Steve Sailer et d’autres ont ridiculisé ce qu’ils décrivent comme un style de débat « point-and-sputter », dans lequel une narration « politiquement incorrecte » est décrite succinctement et ensuite automatiquement traitée comme étant évidemment fausse sans qu’il soit nécessaire de présenter des arguments. Cela semble être l’approche que Lipstadt a adoptée tout au long de son livre, d’ailleurs plutôt court.

Par exemple, elle fournit une très longue liste d’universitaires de renom, de personnalités politiques et de journalistes influents qui s’étaient fait les champions de l’histoire du révisionnisme, a noté que leurs points de vue étaient en désaccord avec la perspective plus générale, qu’elle avait probablement tirée de ses manuels d’histoire « pour les nuls », et les considérait donc comme complètement mystificateurs. Il est certain qu’un prédicateur chrétien qui tenterait de réfuter les théories évolutionnaires du diplômé d’Harvard qu’est E.O. Wilson en citant un passage d’un verset biblique adopterait la même tactique. Mais peu d’activistes évangéliques seraient assez stupides pour fournir une très longue liste d’éminents scientifiques qui ont tous pris la même position darwiniste et tenteraient ensuite de les contredire en citant un seul verset de la Genèse. Lipstadt semble approcher l’histoire un peu comme un accro à la bible, mais avec un esprit particulièrement tordu. De plus, beaucoup des auteurs qu’elle attaquait m’étaient déjà devenus familiers après une décennie de travail d’archivage de contenu, et j’avais trouvé leurs nombreux livres assez savants et convaincants.

Barnes, en particulier, figure en bonne place dans la liste de Lipstadt et tout au long de son livre. L’index énumère son nom sur plus de deux douzaines de pages, et il est décrit à plusieurs reprises comme le « parrain » du négationnisme et sa figure séminale. Étant donné l’ampleur de la couverture médiatique, j’ai examiné attentivement toutes les références et les notes de bas de page qui les accompagnent pour découvrir les déclarations choquantes qu’il avait pu faire au cours de sa très longue carrière d’érudit.

J’ai été assez déçu. Il n’y a pas une seule référence que j’ai pu trouver à ses soi-disant points de vue négationnistes sur l’Holocauste jusqu’à l’année précédant sa mort à l’âge de 79 ans, et même cet élément ne correspondait guère à ce que j’avais été amené à croire. Dans un article de 9 300 mots sur le révisionnisme pour une publication libertarienne, il ridiculise une des principales sources officielles sur l’Holocauste qui affirme qu’Hitler aurait tué 25 millions de juifs, notant que ce total correspond presque au double de leur population mondiale à l’époque. En outre, Barnes a appliqué à plusieurs reprises le mot « prétendument » aux récits du plan d’extermination nazi, une attitude sacrilège qui semble avoir horrifié une théologienne comme Lipstadt. Enfin, dans une courte critique publiée à titre posthume d’un livre du savant français Paul Rassiner, Barnes trouve son estimation de 1 million à 1,5 million de morts juives assez convaincante, mais son ton suggérait qu’il n’avait jamais enquêté lui-même sur la question auparavant.

Ainsi, bien que ce dernier point valide techniquement l’accusation de Lipstadt selon laquelle Barnes était un négationniste de l’Holocauste, le fait qu’elle affirme sans preuves qu’il en était le fondateur et le leader du domaine n’améliore guère sa crédibilité scientifique. Entre-temps, toutes les dizaines de milliers de mots écrits par Barnes que j’ai lus m’ont montré qu’il était un historien prudent et impartial.

Un incident notoire qui s’est produit peu après la Révolution bolchévique m’est venu à l’esprit. L’éminent philologue Timofei Florinsky, l’un des universitaires russes de renommée internationale, a été traîné devant un tribunal révolutionnaire pour un interrogatoire public sur ses idées, et l’une des juges, une ancienne prostituée juive ivre, a trouvé ses réponses si irritantes qu’elle a tiré son revolver et l’a abattu sur-le-champ. Étant donné l’état émotionnel évident de Lipstadt, je soupçonne fortement qu’elle souhaiterait pouvoir traiter de la même manière Barnes et les nombreux autres chercheurs qu’elle dénonce. Entre autres choses, elle note avec horreur que plus de deux décennies après sa déchéance publique, en 1940, les livres de Barnes doivent encore être lus à Harvard et à Columbia.

Les chapitres restants du livre de Lipstadt m’ont laissé très sceptique quant à la fiabilité de son travail puisqu’ils sont tous encore écrits dans un style quasi hystérique similaire. Puisqu’elle m’avait déjà été vaguement connue pour sa bataille juridique contre l’historien David Irving plus d’une douzaine d’années auparavant, je n’ai pas été surpris de découvrir que de nombreuses pages étaient consacrées à le vilipender et à l’insulter de la même manière que Barnes. Alors j’ai décidé d’enquêter sur l’affaire Irving.

Je n’ai été que légèrement surpris de découvrir qu’Irving avait été l’un des historiens de la Seconde Guerre mondiale qui avait connu le plus de succès, dont les remarquables découvertes documentaires avaient complètement bouleversé notre connaissance de ce conflit et de ses origines, ses livres se vendant par millions. Toute son approche des questions historiques controversées consistait à s’appuyer autant que possible sur des preuves documentaires solides, et le fait qu’il n’en ait trouvé aucune relative à l’Holocauste a plongé Lipstadt et ses collègues militants ethniques dans une frénésie d’indignation, si bien qu’après de nombreuses années d’efforts, ils ont finalement réussi à ruiner sa carrière. Par curiosité, j’ai lu deux de ses livres les plus courts, qui semblaient d’une historiographie absolument remarquable, écrits sur un ton très mesuré, très différent de celui de Lipstadt, dont le propre récit de 2005 sur son triomphe juridique contre Irving, History on Trial, n’a fait que confirmer mon opinion sur son incompétence.

Le premier livre de Lipstadt, Beyond Belief, publié en 1986, raconte également une histoire intéressante, dont le sous-titre descriptif est The American Press and the Coming of the Holocaust, 1933-1945. Une grande partie du livre est constituée de coupures de la presse écrite américaine de l’époque, entrecoupées de ses commentaires hystériques, mais qui fournissent peu d’analyse ou de jugement. Certains journalistes ont rapporté des conditions horribles pour les juifs dans l’Allemagne d’avant-guerre alors que d’autres prétendent que de telles histoires étaient exagérées, et Lipstadt a automatiquement fait l’éloge des premières et dénoncé les secondes sans fournir aucune explication sérieuse.

Le remarquable livre de Lenni Brenner, Zionism in the Age of the Dictators, avait été publié trois ans plus tôt. Bien que je ne l’aie découvert que très récemment, n’importe quel spécialiste à moitié compétent dans son propre sujet l’aurait sûrement remarqué, mais Lipstadt n’a fourni aucun indice de son existence. Peut-être que la réalité de l’important partenariat économique nazi sioniste des années 1930, avec des fonctionnaires nazis se rendant en Palestine en tant qu’invités d’honneur sionistes et les principaux journaux nazis faisant l’éloge de l’entreprise sioniste risquait de compliquer son histoire simpliste de haine fanatique envers les juifs allemands sous Hitler, ce qui aurait progressivement abouti à un discours d’extermination. Son diplôme universitaire obtenu dans une faculté de théologie semble très approprié.

Le récit de Lipstadt sur les temps de guerre est tout aussi mauvais, voire pire. Elle catalogue peut-être quelques centaines de reportages imprimés, chacun décrivant le massacre de centaines de milliers, voire de millions de juifs par les nazis. Mais elle exprime son indignation devant le fait que tant de ces reportages étaient enfouis dans les pages intérieures des journaux, un placement suggérant qu’ils étaient considérés comme de la propagande hystérique de temps de guerre et que les faits étaient probablement fictifs, les rédacteurs en chef exprimant parfois explicitement cette opinion. En effet, parmi ces histoires de propagande figurait l’affirmation selon laquelle les Allemands avaient récemment tué 1,5 million de juifs en injectant une drogue mortelle dans le cœur de chacun d’entre eux. C’est à peu près à la même époque que le principal dirigeant juif américain, le rabbin Stephen Wise, colportait le rapport absurde selon lequel les nazis avaient massacré des millions de juifs, transformant leurs peaux en abat-jour et leurs corps en savon. Évidemment, séparer la vérité du mensonge dans le brouillard de la propagande de guerre n’est pas aussi facile que Lipstadt semble le supposer.

Les Américains ordinaires étaient apparemment encore plus sceptiques que les rédacteurs en chef de journaux. Selon Lipstadt :

« Dans le Sunday New York Times Magazine, [Arthur] Koestler a cité des sondages d’opinion publique aux États-Unis, dans lesquels neuf Américains moyens sur dix rejetaient les accusations contre les nazis et les considéraient comme des mensonges de propagande et déclaraient catégoriquement qu’ils n’en croyaient pas un mot. »

Lipstadt démontre de manière convaincante que très peu d’Américains semblent avoir cru à la réalité de l’Holocauste pendant la Seconde Guerre mondiale, malgré les efforts considérables déployés par des militants juifs agités pour les en persuader. Au fil des années, j’ai vu de nombreux autres livres faire cette même remarque de base, et donc condamner sévèrement les dirigeants politiques américains de l’époque pour avoir échoué à « sauver les juifs. »

La négation explicite et implicite de l’Holocauste après la Seconde Guerre mondiale

Pourtant, alors que je commençais à enquêter davantage sur l’histoire du déni de l’Holocauste dans le sillage de l’affaire Reason, j’ai été très surpris de découvrir que ce même schéma d’incrédulité généralisée envers l’Holocauste semble s’être poursuivi sans relâche après la fin de la guerre et tout au long des années 1950, étant particulièrement fort parmi les personnalités militaires américaines de haut rang, en particulier les hauts généraux et les personnes ayant une formation en renseignement, ceux qui avaient donc la meilleure connaissance des vrais événements.

Il y a quelques années, je suis tombé sur un livre qui m’était totalement inconnu, datant de 1951 et intitulé Iron Curtain Over America de John Beaty, un professeur d’université très respecté. Beaty avait passé ses années de guerre dans le renseignement militaire, étant chargé de préparer les rapports de briefing quotidiens distribués à tous les hauts responsables américains résumant les informations de renseignement acquises au cours des 24 heures précédentes, ce qui était évidemment un poste à responsabilité considérable.

En tant qu’anticommuniste zélé, il considérait une grande partie de la population juive américaine comme profondément impliquée dans des activités subversives, constituant ainsi une menace sérieuse pour les libertés traditionnelles américaines. En particulier, la mainmise juive croissante sur l’édition et les médias rendait de plus en plus difficile pour les points de vue discordants d’atteindre le peuple américain, ce régime de censure constituant le « rideau de fer » décrit dans son titre. Il accusait les intérêts juifs de pousser à une guerre totalement inutile contre l’Allemagne hitlérienne qui cherchait depuis longtemps de bonnes relations avec l’Amérique mais qui avait subi une destruction totale en raison de sa forte opposition à la menace communiste qui était soutenue par les Juifs d’Europe.

Beaty dénonçait aussi vivement le soutien américain au nouvel État d’Israël, qui nous coûtait potentiellement la bonne volonté de millions de musulmans et d’Arabes. Et en passant, il a également critiqué les Israéliens pour avoir continué à prétendre qu’Hitler avait tué six millions de juifs, une accusation hautement invraisemblable qui n’avait aucun fondement apparent dans la réalité et semblait n’être qu’une fraude concoctée par les juifs et les communistes, visant à empoisonner nos relations avec l’Allemagne de l’après-guerre et à soutirer au peuple allemand qui souffrait depuis déjà longtemps de l’argent pour l’État juif.

Il dénonçait aussi le procès de Nuremberg, qu’il décrivait comme une « tache indélébile majeure » sur l’Amérique et une « parodie de justice ». Selon lui, la procédure était dominée par des Juifs allemands vengeurs, dont beaucoup se livraient à la falsification de témoignages ou avaient même des antécédents criminels. En conséquence, ce « fiasco fétide » n’a fait qu’enseigner aux Allemands que « notre gouvernement n’avait aucun sens de la justice ». Le sénateur Robert Taft, le chef républicain de l’immédiat après-guerre, avait une position très similaire, ce qui lui a valu plus tard l’éloge de John F. Kennedy dans Profiles in Courage. Le fait que le procureur en chef soviétique de Nuremberg ait joué le même rôle lors des fameux procès staliniens de la fin des années 1930, au cours desquels de nombreux anciens bolcheviks ont avoué toutes sortes de choses absurdes et ridicules, n’a guère renforcé la crédibilité des procédures aux yeux de nombreux observateurs extérieurs.

À l’époque comme aujourd’hui, un livre prenant des positions aussi controversées avait peu de chance de trouver un éditeur new-yorkais, mais il fut quand même publié par une petite entreprise de Dallas, puis remporta un énorme succès, étant réimprimé dix-sept fois au cours des années suivantes. Selon Scott McConnell, le rédacteur en chef fondateur de The American Conservative, le livre de Beaty est devenu le deuxième texte conservateur le plus populaire des années 1950, ne se classant qu’après le classique emblématique de Russell Kirk, The Conservative Mind.

De plus, bien que des groupes juifs, dont l’ADL, aient sévèrement condamné le livre, en particulier dans leur lobbying privé, ces efforts ont provoqué une réaction opposée, et de nombreux généraux américains de haut rang, en service ou à la retraite, ont soutenu de tout cœur le travail de Beaty, dénonçant les efforts de l’ADL en matière de censure et exhortant tous les Américains à lire le livre. Bien que la négation de l’Holocauste assez explicite de Beaty puisse choquer les sensibilités modernes, il semble à l’époque n’avoir causé qu’une vaguelette d’inquiétude et a été presque totalement oublié, même par les vitupérant critiques juifs de l’œuvre.

Une grande partie de cette histoire très intéressante est racontée par Joseph Bendersky, un expert en études sur l’Holocauste, qui a consacré dix ans de recherche archivistique à son livre publié en 2000, The Jewish Threat. Son travail fait la chronique de l’antisémitisme extrêmement répandu au sein de l’armée américaine et du renseignement militaire tout au long de la première moitié du XXe siècle, les juifs étant largement considérés comme posant un risque sérieux pour la sécurité. Le livre compte bien plus de 500 pages, mais lorsque j’ai consulté l’index, je n’ai trouvé aucune mention des Rosenberg, ni de Harry Dexter White, ni aucune des très nombreux espions juifs révélés par les Venona Decrypts, le terme « Venona» lui-même étant absent de l’index. Les rapports au sujet de l’écrasante majorité de dirigeants juifs chez les bolchéviks russes sont pour la plupart traités comme du sectarisme et de la paranoïa, tout comme les descriptions de l’asymétrie ethnique du Parti communiste américain, sans parler de l’important soutien financier aux bolchéviks par les banquiers juifs internationaux. À un moment donné, il rejette le lien entre les Juifs et le communisme en Allemagne en notant que « moins de la moitié » de la direction du Parti communiste était juive ; mais comme moins d’un Allemand sur cent avait cette origine ethnique, les juifs étaient manifestement surreprésentés parmi les dirigeants communistes, à hauteur de 5 000 %. Cela semble typer le genre de malhonnêteté et d’erreur de comptage que j’ai régulièrement rencontré parmi les experts juifs sur l’Holocauste.

Alors, les droits d’auteur ayant expiré depuis longtemps, je suis heureux d’ajouter le travail de Beaty à ma sélection de Livres HTML controversés, afin que les personnes intéressées puissent le lire et décider par elles-mêmes :

Iron Curtain Over America  – JOHN BEATY – 1951 – 82 000 MOTS

Cette brève étude de Beaty datant de 1951 a été le premier exemple de négation explicite de l’Holocauste que j’ai réussi à localiser, mais les années immédiates de l’après-guerre semblent absolument truffées de ce que l’on pourrait qualifier de « négations implicites de l’Holocauste », en particulier au sein des cercles politiques les plus élevés.

Au fil des ans, les spécialistes et les militants de l’Holocauste ont très justement souligné la nature absolument sans précédent des événements historiques qu’ils étudiaient. Ils décrivent comment quelque six millions de civils juifs innocents ont été délibérément exterminés, la plupart du temps dans des chambres à gaz, par l’une des nations les plus cultivées d’Europe, et soulignent que ce projet monstrueux s’est souvent vu accorder une plus grande priorité que les besoins militaires de l’Allemagne en temps de guerre pendant la lutte désespérée pour la survie du pays. En outre, les Allemands ont également entrepris d’énormes efforts pour éliminer totalement toutes les traces possibles de leurs actes horribles, avec d’énormes ressources dépensées pour incinérer tous ces millions de corps et disperser les cendres. Cette technique de disparition a même parfois été appliquée au contenu de leurs fosses communes, qui ont été déterrées longtemps après l’enterrement initial, de sorte que les cadavres pourris ont pu être totalement incinérés et toutes les preuves éliminées. Et bien que les Allemands soient connus pour leur extrême précision bureaucratique, cet immense projet du temps de guerre a apparemment été mis en œuvre sans qu’un seul document écrit, ou du moins aucun document de ce genre n’ait jamais été retrouvé.

Lipstadt a intitulé son premier livre Beyond Belief, et je pense que nous pouvons tous convenir que l’événement historique dont elle et tant d’autres dans le monde universitaire et à Hollywood ont fait la pièce maîtresse de leur vie et de leur carrière est certainement l’un des événements les plus remarquables de toute l’histoire de l’humanité. En effet, seule une invasion martienne aurait peut-être été plus digne d’une telle étude historique, mais la célèbre pièce radiophonique d’Orson Welles sur La Guerre des mondes, qui a terrifié tant de millions d’Américains en 1938, s’est révélée être un canular plutôt que la réalité.

Les six millions de juifs morts pendant l’Holocauste constituaient certainement une fraction très importante de toutes les victimes de la guerre sur le théâtre européen, soit 100 fois plus que tous les Britanniques morts pendant le Blitz, et des dizaines de fois plus nombreux que tous les Américains qui y sont tombés au combat. En outre, la monstruosité même du crime contre des civils innocents allait certainement fournir la meilleure justification possible à l’effort de guerre des Alliés. Pourtant, pendant de nombreuses années après la guerre, une sorte d’amnésie très étrange semble s’être emparée de la plupart des principaux protagonistes politiques à cet égard.

Robert Faurisson, un universitaire français qui est devenu un éminent négationniste de l’Holocauste dans les années 1970, a fait une observation extrêmement intéressante concernant les mémoires d’Eisenhower, Churchill et De Gaulle :

« Trois des ouvrages les plus connus sur la Seconde Guerre mondiale sont Crusade in Europe du général Eisenhower (New York : Doubleday[Country Life Press], 1948), The Second World War de Winston Churchill (Londres : Cassell, 6 vol., 1948-1954) et les Mémoires de guerre du général de Gaulle (Paris : Plon, 3 vol., 1954-1959). Dans ces trois ouvrages, on ne trouve pas la moindre mention de chambres à gaz nazies. »

Le Crusade in Europe d’Eisenhower est un livre de 559 pages ; les six volumes de The Second World War de Churchill totalisent 4 448 pages ; et les Mémoires de guerre en trois volumes de De Gaulle comptent 2 054 pages. Dans cette masse d’écrits, qui totalise au total 7 061 pages (sans compter les parties introductives), publiés entre 1948 et 1959, on ne trouvera aucune mention de « chambres à gaz » nazies, d’un « génocide » des juifs, ni  des « six millions » de victimes juives de la guerre. »

Étant donné que l’Holocauste devrait raisonnablement être considéré comme l’épisode le plus remarquable de la Seconde Guerre mondiale, de telles omissions frappantes doivent presque nous forcer à placer Eisenhower, Churchill et De Gaulle dans les rangs des « négationnistes implicites de l’Holocauste ».

Beaucoup d’autres semblent tomber dans la même catégorie. En 1981, Lucy S. Dawidowicz, une éminente spécialiste de l’Holocauste, a publié un petit livre intitulé The Holocaust and the Historians, dans lequel elle dénonce tant d’historiens éminents pour avoir totalement ignoré la réalité de l’Holocauste pendant de nombreuses années après la Seconde Guerre mondiale. En fait, les études sur ce sujet étaient presque entièrement faites par des programmes d’études juives que les militants ethniques juifs venaient d’établir dans de nombreuses universités à travers le pays. Bien que les mauvaises habitudes scolaires de Lipstadt et son style hystérique ne m’aient guère impressionné, elle semble avoir été parmi les universitaires les plus brillants qui ait commencé une carrière dans ces départements d’études ethniques, ce qui suggère que leur qualité moyenne était bien en dessous de la sienne.

Pendant ce temps, Dawidowicz insiste sur le fait que les études historiques du courant dominant ont souvent complètement omis l’Holocauste dans leurs présentations :

« Mais il ressort clairement de l’examen le plus superficiel des manuels scolaires et des travaux d’érudition des historiens anglais et américains que les impressionnants événements de l’Holocauste n’ont pas reçu leur dû historique. Pendant plus de deux décennies, certains textes des écoles secondaires et des collèges n’ont jamais mentionné le sujet, tandis que d’autres l’ont traité de façon sommaire ou vague au point de ne pas transmettre suffisamment d’informations sur les événements eux-mêmes ou leur signification historique. »

En ce qui concerne l’érudition sérieuse, elle fait remarquer que lorsque Friedrich Meinecke, universellement reconnu comme le plus éminent historien de l’Allemagne, a publié The German Catastrophe en 1946, il a sévèrement dénoncé Hitler comme étant le leader d’une « bande de criminels »mais n’a fait absolument aucune mention de l’Holocauste, ce qui aurait pourtant certainement représenté l’apogée d’une telle criminalité. Les grands comptes rendus britanniques sur Hitler et la Seconde Guerre mondiale par des historiens de premier plan comme A.J.P. Taylor, H.R. Trevor-Roper et Alan Bullock étaient presque aussi silencieux sur le sujet. Une situation similaire s’est produite en Amérique jusqu’en 1972, lorsque l’énorme volume de 1 237 pages intitulé Columbia History of the World, avec pourtant un co-éditeur juif, a consacré un chapitre entier à la Seconde Guerre mondiale, mais a limité sa discussion sur l’Holocauste à deux phrases courtes et quelque peu ambiguës. On a presque l’impression que beaucoup de ces historiens professionnels expérimentés ont traité la discussion sur l’Holocauste comme une honte considérable, un sujet qu’ils cherchaient à éviter ou du moins à minimiser complètement.

Dawidowicz fustige même Slaughterhouse-Five, le chef-d’œuvre fictif de 1969 de Kurt Vonnegut, lorsqu’il affirme que le bombardement de Dresde fut « le plus grand massacre de l’histoire européenne », une affirmation qui semble réduire l’Holocauste à une quasi non-existence.

J’avais moi-même remarqué quelque chose de semblable quelques années avant que le livre de Dawidowicz n’apparaisse. La traduction anglaise du livre du journaliste allemand Joachim Fest, Hitler, louangé par la critique, a été publiée en 1974 et je l’ai lue quelques années plus tard, la trouvant aussi excellente que les critiques le disaient. Mais je me souviens d’avoir été un peu perplexe de constater que ce livre de 800 pages ne contenait pas plus de deux pages sur les camps de la mort nazis et que le mot « juif » n’apparaissait pas du tout dans l’index.

La grande majorité des victimes juives d’Hitler venaient de Russie et des pays d’Europe de l’Est inclus dans le bloc soviétique. C’était aussi l’emplacement de tous les camps d’extermination qui sont au centre des études des érudits de l’Holocauste, et par conséquent les Soviétiques ont été la source de la plupart des preuves clés utilisées lors du procès de Nuremberg. Pourtant, Dawidowicz note qu’après que Staline a commencé à se méfier de plus en plus des juifs et d’Israël, quelques années après la fin de la guerre, presque toutes les mentions de l’Holocauste et des atrocités de la guerre allemande contre les juifs ont disparu des médias et des livres d’histoire soviétiques. Un processus similaire s’est produit dans les satellites du Pacte de Varsovie, même si les hauts dirigeants du Parti communiste de bon nombre de ces pays étaient encore des juifs pendant quelques années. En effet, je me souviens d’avoir lu un certain nombre d’articles de journaux mentionnant qu’après la chute du mur de Berlin et la réunification des deux moitiés de l’Europe, on s’est aperçu que la plupart des Européens de l’Est n’avaient jamais entendu parler de l’Holocauste.

Aujourd’hui, mes journaux du matin semblent publier des articles sur l’Holocauste avec une fréquence étonnante, et probablement aucun événement du XXe siècle n’occupe une place aussi importante dans notre conscience publique. Selon des données d’enquête publique datant de 1995, quelque 97 % des Américains connaissaient l’Holocauste, bien plus que l’attaque de Pearl Harbor ou l’utilisation par l’Amérique de bombes atomiques contre le Japon, alors que moins de la moitié de nos concitoyens savaient que l’Union soviétique avait été notre alliée en temps de guerre. Mais je soupçonne par contre que quiconque aurait puisé ses connaissances dans les principaux journaux et livres d’histoire publiés au cours des deux premières décennies qui ont suivi la fin de la Seconde Guerre mondiale n’aurait jamais été au courant de l’existence de l’Holocauste.

En 1999, Peter Novick a publié un livre sur ce thème général, intitulé The Holocaust in American Life, citant cette enquête, et son introduction commence par faire remarquer le modèle très étrange que l’Holocauste suivait dans son influence culturelle, modèle qui semble unique en comparaison à tous les événements historiques majeurs. Dans le cas de presque tous les autres événements historiques brûlants, comme la sanglante bataille de la Somme ou l’amère guerre du Vietnam, leur plus grand impact sur la conscience populaire et les médias est arrivé peu après, les principaux livres et films apparaissant souvent dans les cinq ou dix premières années lorsque les souvenirs étaient encore frais, l’influence culminant au bout d’une vingtaine d’années, après quoi ils étaient progressivement oubliés.

Pourtant, dans le cas de l’Holocauste, cette tendance est complètement inversée. Presque personne n’en a discuté pendant les vingt premières années qui ont suivi la fin de la Seconde Guerre mondiale, alors qu’elle s’est progressivement déplacée vers le centre de la vie américaine dans les années 1970, au moment même où les souvenirs de guerre s’estompaient et où bon nombre des personnalités les plus en vue et les mieux informées de cette époque avaient quitté la scène. Novick cite de nombreuses études et enquêtes démontrant que ce manque d’intérêt et de visibilité incluait certainement la communauté juive elle-même, qui avait apparemment beaucoup souffert de ces événements, mais qui, apparemment, les avait presque complètement oubliés pendant les années 1950 et une grande partie des années 1960.

Je peux certainement confirmer cette impression à partir de mon expérience personnelle. Avant le milieu ou la fin des années 1970, je n’avais que vaguement l’impression que pratiquement tous les juifs et les Tsiganes d’Europe avaient été exterminés pendant la Seconde Guerre mondiale, et bien que le terme « holocauste » soit largement utilisé, il faisait invariablement référence à un « holocauste nucléaire », terme qui a été remplacé depuis longtemps et qui est à peine utilisé aujourd’hui. Puis, après la chute du mur de Berlin, j’ai été assez surpris de découvrir que l’Europe de l’Est était encore remplie d’un grand nombre de Tsiganes non exterminés, qui ont rapidement inondé l’Ouest et provoqué toutes sortes de controverses politiques.

La redécouverte de l’Holocauste

Le regretté Raul Hilberg est universellement reconnu comme étant le fondateur des études modernes sur l’Holocauste, qui ont commencé avec la publication en 1961 de son énorme volume The Destruction of the European Jews. Dans la très intéressante notice nécrologique sur Hilberg, écrite en 2007, l’historien Norman Finkelstein souligne qu’avant le travail de Hilberg, il n’y avait pratiquement pas eu d’écrits sur l’Holocauste, et que la discussion sur le sujet était considérée comme presque « tabou ». Le fait qu’un événement récent d’une telle ampleur apparente ait été complètement effacé du débat public et de la conscience des historiens et des politologues peut être expliqué de plusieurs façons différentes. Mais une fois que j’ai commencé à enquêter sur les circonstances derrière le travail révolutionnaire de Hilberg, j’ai rencontré toutes sortes d’ironies étranges.

Selon Wikipedia, la famille de juifs autrichiens de Hilberg est arrivée par coïncidence aux États-Unis le jour exact où la guerre a éclaté en 1939 et, au début de son adolescence, il a rapidement été horrifié de lire tous les reportages sur l’extermination en cours de ses compatriotes juifs sur le continent que sa famille avait laissé derrière elle, et il a même téléphoné aux dirigeants juifs pour leur demander pourquoi ils faisaient si peu pour sauver leurs proches de l’anéantissement. Il a ensuite servi dans l’armée américaine en Europe, puis s’est spécialisé en sciences politiques au Brooklyn College après la fin du conflit. L’inspiration pour sa future orientation scientifique semble être venue quand il a été choqué par une remarque faite par l’un de ses professeurs, Hans Rosenberg :

« Les pires atrocités perpétrées sur une population civile dans les temps modernes se sont produites pendant l’occupation napoléonienne de l’Espagne. »

Quand Hilberg lui a demandé comment, alors qu’il est lui-même un réfugié juif allemand, il peut ignorer totalement le meurtre de 6 millions de juifs, un crime monstrueux commis quelques années plus tôt, Rosenberg a cherché à détourner la question, en disant que « c’est une affaire compliquée » et que « l’histoire n’enseigne pas l’époque actuelle ». Puisque Rosenberg était un étudiant de Meinecke, que Lipstadt dénonce amèrement comme un négationniste implicite de l’Holocauste, on peut se demander si Rosenberg a pu partager les croyances de son mentor, mais qu’il était réticent à admettre ce fait à ses étudiants juifs émotionnellement réactifs du Brooklyn de l’après-guerre.

Plus tard, Hilberg a effectué ses recherches doctorales à Columbia sous la direction de Franz Neumann, un autre chercheur juif allemand. Mais quand Hilberg a indiqué qu’il voulait que ses recherches se concentrent sur l’extermination des juifs d’Europe, Neumann a fortement découragé ce sujet, avertissant Hilberg que ce serait imprudent sur le plan professionnel et pourrait devenir « ses funérailles académiques ». Lorsqu’il a tenté de publier ses recherches sous forme de livre, il a reçu de nombreuses critiques négatives, le Yad Vashem d’Israël craignant de rencontrer des « critiques hostiles », et sur une période de six ans, il a été rejeté par plusieurs grandes maisons d’édition ainsi que par l’Université de Princeton, sur les conseils de l’influente intellectuelle juive Hannah Arendt. On se demande naturellement si tous ces érudits établis ont pu tranquillement savoir quelque chose qu’un jeune doctorant naïf comme Hilberg ne savait pas. Son livre n’est paru sous forme imprimée que parce qu’un immigrant juif dont l’entreprise avait souffert sous les nazis a financé l’ensemble de la publication.

Je n’avais jamais accordé beaucoup d’attention aux questions relatives à l’Holocauste, mais les membres de ma bibliothèque locale de Palo Alto organisent une vente mensuelle de livres et ma bibliothèque personnelle a augmenté de centaines de volumes au fil des ans, y compris plusieurs des textes les plus épais et les plus influents sur l’Holocauste. Outre l’étude classique de Hilberg, il s’agit de The Holocaust de Nora Levin (1968), de The War Against the Jews, 1933-1945 de Lucy Dawidowicz (1975), de The Holocaust de Martin Gilbert (1985) et de Hitler’s Willing Executioners de Daniel Goldhagen (1996).

Je ne prétends avoir aucune expertise dans le domaine de l’Holocauste, et l’analyse de la preuve et de l’argumentation que ces œuvres volumineuses offrent est tout à fait au-delà de mes capacités. Mais j’ai décidé d’essayer d’évaluer leur crédibilité globale en explorant quelques points particuliers, sans me donner la peine de lire les milliers de pages de texte qu’ils fournissaient.

Prenons le cas intéressant du maréchal Erhard Milch, le numéro deux du très puissant Hermann Goering dans la Luftwaffe allemande. Son père était certainement juif et, selon les chercheurs Robert Wistrich et Louis Snyder, il existe des preuves archivistiques que sa mère était également juive. Il n’est certainement pas impossible qu’un Troisième Reich prétendûment consacré à un fanatisme sinistre envers l’extermination de chaque Juif ait pu passer toute la guerre avec un juif complet ou à moitié juif près du sommet absolu de sa hiérarchie militaire, mais il est certain que cette anomalie déconcertante justifierait une explication minutieuse, et l’arrière-plan juif apparent de Milch était certainement connu pendant le procès de Nuremberg.

Pourtant, lorsque j’ai consulté avec soin les index très complets de ces cinq livres, totalisant plus de 3 500 pages, il n’y a pratiquement aucune discussion sur Milch, à l’exception de quelques brèves mentions de son nom en rapport avec diverses opérations militaires. Soit les auteurs n’étaient pas au courant de l’origine juive de Milch, soit ils espéraient peut-être garder ce fait caché à leurs lecteurs, de peur que cela ne cause de la « confusion ». Cela ne renforce pas la confiance que nous devrions accorder à leurs compétences en matière de recherche ou à leur objectivité scientifique.

En effet, le livre fascinant et très apprécié Hitler’s Jewish Soldiers de Bryan Mark Rigg, publié en 2002, note qu’à part Milch, l’armée d’Hitler contenait plus d’une douzaine de généraux et amiraux à moitié juifs et une douzaine d’autres quarts de juifs du même rang, plus un total d’environ 150 000 soldats supplémentaires à moitié ou quart juifs, dont une grande partie étaient des officiers. Tous ces individus auraient eu des parents ou des grands-parents entièrement juifs, ce qui semble décidément étrange pour un régime supposé si centré sur l’éradication totale de la race juive.

Une autre question évidente jette un doute supplémentaire sur la qualité historique de ces cinq volumes immensément épais d’histoire standard de l’Holocauste. Pour les procureurs de tout crime, l’établissement d’un motif plausible est certainement un objectif important, et dans le cas de l’Holocauste juif, ces auteurs semblent avoir une tâche facile à accomplir. Hitler et ses collègues allemands avaient toujours prétendu que les juifs dominaient massivement le communisme bolchévique et qu’une grande partie de leur lutte contre le premier visait à empêcher d’autres actes sanglants du second. Il est donc certain qu’en consacrant un premier chapitre ou presque à la description de cette doctrine nazie centrale, on pourrait fournir une bonne explication de ce qui a poussé les nazis à exécuter leurs diaboliques massacres, rendant pleinement explicables les événements horribles qui occuperaient le reste de leur texte.

Pourtant, curieusement, l’examen de leurs indices pour le terme « bolcheviks »« communisme » et toutes leurs variantes ne révèle presque aucune étude sur cette importante question. Le livre de Goldhagen de 1996 ne contient que quelques phrases courtes réparties sur ses 600 pages, et les autres œuvres semblent ne rien contenir du tout. Comme tous ces livres sur l’Holocauste évitent presque totalement le mobile auto-déclaré d’Hitler pour ses actions anti-juives, ils sont forcés de chercher désespérément des explications alternatives, cherchant des indices enfouis profondément dans le passé allemand ou se tournant vers des spéculations psychanalytiques ou peut-être décidant que ce qu’ils décrivent comme le plus grand massacre de toute l’histoire de l’humanité a été entrepris par pure méchanceté nazie.

La raison évidente de cette omission flagrante est que les auteurs construisent un jeu de moralité dans lequel les juifs doivent être dépeints comme des victimes absolument irréprochables, et même faire allusion à leur rôle dans les nombreuses atrocités communistes qui ont longtemps précédé la montée du Troisième Reich pourrait amener les lecteurs à considérer les deux côtés de la question. Lorsque de prétendus historiens font des efforts absurdes pour cacher des faits aussi flagrants, ils se démasquent en tant que propagandistes, et nous devons être très prudents quant à leur fiabilité et leur candeur dans tous les autres domaines, qu’ils soient grands ou petits.

En effet, la question du communisme soulève une question beaucoup plus vaste, dont les implications sont plutôt délicates. Parfois, deux composés simples sont inertes séparément, mais lorsqu’ils sont combinés ensemble, ils peuvent posséder une force explosive énorme. D’après mes cours d’introduction à l’histoire et mes lectures à l’école secondaire, certaines choses m’avaient toujours semblé évidentes, même si les conclusions ne pouvaient pas être mentionnées, et j’ai déjà supposé qu’elles étaient tout aussi évidentes pour la plupart des autres. Mais au fil des années, j’ai commencé à me demander si cela pouvait s’avérer exact.

À l’époque de la fin de la guerre froide, le nombre de civils innocents tués pendant la révolution bolchévique et les deux premières décennies du régime soviétique s’élevait généralement à plusieurs dizaines de millions lorsque l’on inclut les victimes de la guerre civile russe, les famines provoquées par le gouvernement, le Goulag et les exécutions. J’ai entendu dire que ces chiffres ont été considérablement revus à la baisse, à une vingtaine de millions peut-être, mais peu importe. Bien que les apologistes soviétiques déterminés puissent contester ces très grands nombres, ils ont toujours fait partie de l’histoire institutionnelle enseignée en Occident.

Parallèlement, tous les historiens savent parfaitement que les dirigeants bolchéviks étaient majoritairement juifs, trois des cinq révolutionnaires que Lénine a nommés comme ses successeurs plausibles venant de ce milieu. Bien qu’environ 4% seulement de la population russe ait été juive, Vladimir Poutine déclarait, il y a quelques années, que les juifs constituaient peut-être 80-85% du premier gouvernement soviétique, une estimation tout à fait cohérente avec les affirmations contemporaines de Winston Churchill, du correspondant du Times of London, Robert Wilton, et des officiers des services de renseignements militaires américains. Les livres récents d’Alexandre SoljenitsineYuri Slezkineet d’autres ont tous brossé un tableau très similaire. Et avant la Seconde Guerre mondiale, les juifs restaient énormément surreprésentés dans la direction communiste, en particulier dans l’administration du Goulag et dans les rangs supérieurs du redoutable NKVD.

Ces deux faits simples ont été largement acceptés en Amérique tout au long de ma vie. Mais combinez-les avec la taille relativement petite de la communauté juive mondiale, environ 16 millions avant la Seconde Guerre mondiale, et la conclusion inéluctable est que, ramené au nombre d’habitants, les Juifs formaient les plus grands assassins de masse du XXe siècle, méritant cette malheureuse distinction par une marge énorme et sans qu’aucune autre nationalité ne s’en approche, même de loin. Et pourtant, par l’étonnante alchimie d’Hollywood, les plus grands tueurs des cent dernières années ont en quelque sorte été transmutés pour être considérés comme les plus grandes victimes, une transformation si peu plausible que les générations futures en seront sûrement stupéfaites.

Les néocons américains d’aujourd’hui sont tout aussi juifs que l’étaient les bolcheviks d’il y a cent ans, et ils ont grandement bénéficié de l’immunité politique fournie par cette inversion totalement bizarre de la réalité historique. En partie à cause de leur statut de victimes fabriquées par les médias, ils ont réussi à prendre le contrôle d’une grande partie de notre système politique, en particulier de notre politique étrangère, et ils ont passé les dernières années à faire tout leur possible pour fomenter une guerre absolument insensée contre la Russie, pays doté de l’arme nucléaire. S’ils parviennent à atteindre ce but malheureux, ils surpasseront certainement le nombre impressionnant de corps humains accumulés par leurs ancêtres ethniques.

Fraudes et confusions liées à l’Holocauste

Puisque l’Holocauste n’est devenu un sujet public majeur qu’après que les souvenirs de guerre se sont estompés, son histoire semble toujours souffrir de problèmes traditionnellement associés au « syndrome de la mémoire retrouvée ». Les vérités et les mensonges y sont souvent mélangés d’une manière étrange, et la porte était donc ouverte à un nombre étonnant de fraudes et de menteurs.

Par exemple, à la fin des années 1970, je me souviens que beaucoup de mes camarades de classe du secondaire ont dévoré The Painted Bird de Jerzy Kosinski, peut-être le premier récit très populaire sur l’Holocauste. Mais quelques années plus tard, les médias révélèrent que ce best-seller national était tout simplement une fraude, et l’auteur du plagiat s’est finalement suicidé. En effet, il y a eu tellement de faux récits historiques sur l’Holocauste au fil des ans qu’ils constituent presque un genre littéraire à part entière.

Le survivant de l’Holocauste le plus célèbre au monde était sans doute Elie Wiesel, qui a fait de ses souffrances en temps de guerre une énorme célébrité politique. Sa carrière a été couronnée par un prix Nobel de la paix en 1986, et l’annonce l’a déclaré « messager de l’humanité ». Pourtant, le journaliste Alexander Cockburn a argumenté de façon convaincante que Wiesel n’était qu’un fraudeur, et son célèbre ouvrage autobiographique, Night, n’est qu’un autre canular littéraire.

Bien que la figure emblématique des « Six Millions » ait été répétée à l’infini par nos médias, le nombre estimé de morts a été en fait très variable au fil des ans. Bien que je n’aie jamais prêté beaucoup d’attention aux questions sur l’Holocauste, j’ai lu attentivement mes principaux journaux et magazines pendant des décennies, et j’ai vu régulièrement la déclaration selon laquelle la machine à tuer nazie avait brutalement exterminé cinq millions de Gentils et six millions de juifs. Mais l’année dernière, j’ai été stupéfait de découvrir que l’ancien total n’était qu’une invention de l’éminent militant de l’Holocauste, Simon Wiesenthal, qui a simplement inventé ce chiffre un jour dans l’intention de donner aux non-juifs un rôle plus important dans l’histoire de l’Holocauste. Et bien qu’il ne repose sur aucune preuve ou recherche, sa désinvolte affirmation n’a jamais été réfutée par de véritables spécialistes de l’Holocauste qui savaient qu’il s’agissait d’un non-sens total et c’est pourquoi il a été si régulièrement répété dans les médias que je l’ai probablement lu des centaines de fois au fil des ans, en supposant toujours qu’il avait une base solide et prouvée dans la réalité.

De même, pendant des décennies, j’avais toujours cru que le fait que les nazis avaient exterminé 4 millions de détenus à Auschwitz dont la plupart des victimes étaient des juifs était indéniable, et Lipstadt a certainement traité ce chiffre comme une réalité historique absolument inébranlable. Mais au début des années 1990, après la chute du communisme, le total officiel a été révisé discrètement à la baisse pour atteindre seulement 1,1 million. Le fait qu’une réduction soudaine du nombre officiel de victimes de l’Holocauste de 3 millions a eu si peu d’impact sur le récit public de l’Holocauste dans les médias n’inspire guère confiance dans les chiffres ou dans les reportages des médias à ce sujet.

Au cours des deux dernières générations, nos médias ont gravé ce chiffre de six millions si profondément dans l’esprit de chaque citoyen occidental que la signification du nombre iconique est universellement comprise, et ceux qui le remettent en question risquent une peine de prison dans de nombreux pays européens. Pourtant, son origine réelle est quelque peu obscure. Selon certains récits, des groupes juifs ont fait pression sur le président Truman pour qu’il l’insère de façon décontractée dans l’un de ses discours et, par la suite, les médias n’ont cessé d’en faire écho jusqu’à aujourd’hui. Un activiste d’Internet en colère a rassemblé un graphique montrant des extraits de douzaines d’articles du New York Times écrits entre 1869 et 1941, tous citant le chiffre de 6 millions de juifs d’Europe de l’Est comme étant menacés de mort, suggérant que les chiffres officiels concernant l’Holocauste ont en fait précédé la Seconde Guerre mondiale de pas moins de trois générations. Je ne serais pas vraiment surpris si cela pouvait être la source originale de ce nombre.

Parfois, la création d’un nouveau canular sur l’Holocauste ne fut évitée que de justesse. Pendant la majeure partie du XXe siècle, les juifs et les Noirs ont été des alliés politiques proches en Amérique, les dirigeants de la NAACP étant presque toujours juifs, tout comme la quasi-totalité des principaux conseillers blancs de Martin Luther King Jr et une très grande partie des principaux activistes blancs impliqués dans le mouvement pour les droits civiques des Noirs dans les années 1950 et 1960. Mais à la fin des années 1960, un schisme a éclaté, de nombreux jeunes militants noirs devenant profondément hostiles à ce qu’ils percevaient comme une influence juive écrasante, tandis que d’autres Noirs, qu’ils soient musulmans ou non, commençaient à se ranger du côté des Palestiniens contre Israël. Ce conflit croissant est devenu particulièrement amer pendant la campagne présidentielle de Jesse Jackson en 1988 et a atteint un point culminant dans la ville de New York au début des années 1990.

Un couple de cinéastes a cherché à résoudre cette dispute en produisant en 1992 un grand documentaire de PBS intitulé The Liberators, racontant comment les troupes noires américaines avaient été parmi les premières unités à capturer les camps de concentration de Buchenwald et de Dachau, libérant ainsi les dizaines de milliers de détenus juifs de la captivité nazie. Un récit historique d’une telle résonance symbolique profonde a rapidement attiré le soutien écrasant des dirigeants noirs et juifs, Jesse Jackson partageant la scène avec des survivants de l’Holocauste et de nombreuses personnalités juives lors de la première à Harlem, et le film a reçu une nomination aux Oscars. Cependant, au début du mois de février 1993, Jeffrey Goldberg s’est confié à The New Republic pour révéler que l’histoire n’était qu’un canular, basé sur une histoire falsifiée. Bien que la coproductrice juive du film ait dénoncé avec colère ces critiques comme étant racistes et négationnistes de l’Holocauste, les accusations ont été maintenues et ont finalement été reprisespar le New York Times et d’autres grands médias. Les principales organisations juives et les centres de l’Holocauste qui avaient fait la promotion du film ont rapidement pris leurs distances et, en 2013, le Times of Israel a même marqué le vingtième anniversaire de ce qu’il a décrit comme un canular notoire. Mais je soupçonne que si les choses s’étaient passées un peu différemment, l’histoire serait bientôt devenue si profondément ancrée dans le récit canonique de l’Holocauste que quiconque remettrait en question les faits aurait été vilipendé et traité de raciste.

Quelques années plus tôt, The New Republic avait en fait été à l’avant-garde de la promotion d’un canular différent concernant également les questions juives, un canular qui aurait pu avoir une signification politique internationale beaucoup plus importante lorsque Joan Peters, un écrivain juif inconnu, a publié un ouvrage historique majeur, en 1984. Elle a affirmé que ses recherches archivistiques approfondies avaient révélé que la majorité des Palestiniens d’aujourd’hui n’étaient en fait pas originaires de Palestine, mais plutôt des immigrants récemment arrivés, attirés par l’important développement économique produit par les colons sionistes qui les avaient en réalité précédés.

Ses conclusions choquantes ont fait l’objet de centaines de critiques élogieuses et d’approbations académiques dans l’ensemble du spectre des médias grand public et d’élite américains, et son livre est rapidement devenu un énorme best-seller. Dawidowicz et Wiesel, deux éminentes personnalités juives de l’Holocauste, ont pris le devant de la scène en louant sa remarquable étude, qui semblait susceptible de démolir complètement les revendications des Palestiniens expulsés, remodelant ainsi la nature du conflit au Moyen-Orient au grand avantage d’Israël.

Cependant, un jeune étudiant diplômé en histoire à Princeton nommé Norman Finkelstein avait un intérêt considérable dans l’histoire du sionisme et, étant très surpris par ses découvertes, il a décidé d’enquêter sur ces affirmations. Une fois qu’il a commencé à vérifier soigneusement ces notes de bas de page et ces sources présumées, il a découvert qu’elles étaient entièrement frauduleuses, et ces recherches soit disant révolutionnaires ne s’avérèrent qu’un canular, dont certains ont suggéré plus tard qu’il avait été concocté par un service de renseignements et simplement publié sous son nom.

Bien que Finkelstein ait largement diffusé ses importantes conclusions, elles ont été totalement ignorées par tous les journalistes, universitaires et organisations de médias américains qu’il a contactés, à la seule exception de Noam Chomsky, et la fraude de Joan Peters aurait pu aboutir à détruire le fondement juridique des revendications palestiniennes internationales sur leur propre patrie. Mais certaines publications britanniques indépendantes ont fini par recueillir ses informations, et la vague d’embarras médiatique qui en a résulté a fait que les affirmations de Peters sont tombées dans l’oubli. Pendant ce temps, Finkelstein lui-même a subi de graves représailles et, selon Chomsky, a été complètement mis à l’écart par son département de Princeton et la communauté académique au sens large.

Plus d’une douzaine d’années plus tard, les travaux de Finkelstein ont fait l’objet d’une deuxième grande controverse. À la fin des années 1990, des organisations juives internationales ont lancé un effort majeur pour extorquer plusieurs milliards de dollars des plus grandes banques suisses, arguant que ces fonds étaient la propriété légitime des juifs européens morts pendant l’Holocauste. Lorsque les banques ont d’abord résisté, arguant qu’aucune preuve solide n’était présentée à l’appui de revendications aussi énormes, elles ont été sévèrement dénoncées dans les médias dominés par les juifs américains, et le lobbying juif a conduit le gouvernement américain à les menacer de sanctions financières sévères qui auraient pu détruire leurs entreprises. Face à de telles pressions extorsionnistes, les banques ont finalement cédé et ont payé l’essentiel des fonds exigés, ces milliards étant pour la plupart conservés par les organisations juives qui menèrent la campagne et dépensés pour leurs propres projets puisque les prétendus héritiers juifs étaient impossibles à localiser.

Cette situation a conduit l’historien Finkelstein à publier en 2000 un court livre intitulé The Holocaust Industry (en fançais L’Industrie de l’Holocauste), dans lequel il critique sévèrement ce qu’il qualifie d’entreprise juive mondiale lucrative visant à extraire injustement des richesses au nom des victimes supposées de l’Holocauste, souvent avec peu de considération pour la vérité ou la justice. Bien que presque entièrement ignoré par les médias américains, il est devenu un best-seller majeur en Europe, ce qui a fini par obliger les publications américaines à lui accorder une certaine attention. Entre autres choses, Finkelstein y notait que plus d’un demi-siècle après la fin de l’Holocauste, le nombre de survivants officiellement désignés de l’Holocauste avait tellement augmenté que de simples considérations de mortalité semblaient impliquer qu’un grand nombre de juifs européens devaient avoir survécu à la guerre. Cela a évidemment soulevé de sérieuses questions sur le nombre de personnes qui auraient pu mourir pendant ce conflit et l’Holocauste qui l’accompagnait.

Au fil des ans, j’avais remarqué le même genre de reportages médiatiques qui faisaient état d’énormes quantités de survivants de l’Holocauste encore en vie aujourd’hui, six ou sept décennies après l’événement. Par exemple, même en 2009, un fonctionnaire de l’Agence juive d’Israël a justifié les lois criminalisant le déni de l’Holocauste en expliquantque près de 65 ans après la fin de la guerre « il y a encore des centaines de milliers de survivants de l’Holocauste », une déclaration qui en elle-même semble constituer un déni assez explicite de l’Holocauste. En effet, un nombre très remarquable de toutes les notices nécrologiques du New York Times que je lis ces jours-ci dans mes journaux du matin semblent inclure des survivants de l’Holocauste qui expirent encore dans leurs quatre-vingt, quatre-vingt-dixième années.

Quiconque lit des livres d’histoire sérieux sait que les juifs ont généralement la réputation de produire les plus grands escrocs et fraudeurs du monde, ce qui n’est guère surprenant étant donné leur tendance notoire à mentir et à distordre la réalité. Entre-temps, la communauté juive semble aussi contenir beaucoup plus que sa juste part de personnes souffrant de troubles émotionnels et de maladies mentales, ce qui a peut-être servi de tremplin à de nombreux cultes religieux et mouvements idéologiques fanatiques dans le monde. Toute exploration de l’Holocauste tend certainement à appuyer cette évaluation plutôt négative.

L’Holocauste et Hollywood

Bien que l’Holocauste ait commencé à entrer dans la conscience américaine au cours des années 1960 et 1970 avec la publication de grands livres écrits par Hilberg, Levin, Dawidowicz et d’autres, ainsi que les articles et les critiques qui en ont résulté, l’impact social initial ne fut probablement pas conséquent, du moins en dehors de la communauté juive. Même les livres qui se vendirent avec beaucoup de succès, dans les dizaines de milliers d’exemplaires, n’auraient eu que peu d’impact sur une population de plus de 200 millions d’habitants.

Nos médias façonnent complètement notre réalité perçue du monde, et bien que les intellectuels et beaucoup de gens très instruits soient grandement influencés par les livres et autres formes de contenu imprimé, la grande majorité de la population comprend le monde par le biais des médias électroniques, en particulier celui du divertissement populaire.

Prenons, par exemple, la publication en 1974 de Time on the Cross : The Economics of American Negro Slavery, une analyse magistrale en deux volumes faite par les économistes Robert William Fogel et Stanley L. Engerman. En appliquant des méthodes quantitatives, l’étude a renversé des générations d’hypothèses sur l’institution sociale américaine, démontrant que les esclaves noirs du Sud étaient encouragés à se marier et à entretenir leur foyer, tout en ayant un régime alimentaire et des soins médicaux comparables à ceux de la population blanche libre et souvent supérieurs à ceux des salariés industriels du Nord. De plus, à la suite de l’émancipation, l’espérance de vie des hommes affranchis a diminué de dix pour cent et leurs maladies ont augmenté de vingt pour cent. Tout cela est résumé dans un vaste article de Wikipedia.

Bien que leurs résultats aient été controversés, les auteurs avaient la plus forte crédibilité académique possible, Fogel, un éminent érudit, étant une figure de proue dans une école d’économie qui a remporté un prix Nobel. Et les références idéologiques de Fogel étaient encore plus solides, étant donné qu’il s’était engagé à vie en faveur des droits civiques des Noirs à partir des huit années qu’il avait passées comme jeune organisateur du Parti communiste, tandis que son mariage de 1949 avec une femme noire avait souvent soumis le couple aux indignités des lois anti-métissage de l’époque. Par conséquent, leurs conclusions ont bénéficié d’une couverture médiatique sans précédent pour une étude universitaire dans les médias grand public et ont certainement influencé de nombreux historiens et journalistes. Cependant, je constate que l’impact à long terme sur les perceptions populaires au sujet de l’esclavage a été presque nul.

Par contraste, en 1976, le réseau de télévision ABC dirigeait la mini-série Roots, un récit multigénérationnel d’une famille d’esclaves aux heures de grande écoute. L’histoire était étroitement liée au récit de l’esclavage traditionnellement dur, tout en étant censée être basée sur l’histoire familiale enregistrée d’Alex Haley, l’auteur du best-seller du même titre. Mais bien que son travail ait été considéré plus tard comme frauduleux et apparemment plagié, les cotes d’écoute ont été stratosphériques et l’impact social énorme en raison de l’audience de 100 millions d’Américains qui ont regardé ces épisodes. Ainsi, même l’érudition écrite la plus impressionnante n’avait absolument aucune chance de rivaliser avec les drames télévisés.

Comme les trois réseaux télévisés sont sous contrôle juif, il n’est donc pas surprenant que deux ans plus tard, en 1978, ABC ait décidé de répéter ce processus avec la mini-série télévisée Holocauste, qui a également atteint une audience de 100 millions de téléspectateurs et généré d’énormes profits. Il semble tout à fait possible que ce soit la première fois que de nombreuses familles américaines aient découvert cet événement colossal, mais quasiment invisible à l’époque, de la Seconde Guerre mondiale.

L’année suivante, William Styron a publié Le Choix de Sophie, un conte déchirant qui raconte des souvenirs profondément enfouis de l’extermination d’enfants chrétiens polonais dans les chambres à gaz d’Auschwitz. Bien qu’un tel événement soit absolument contraire aux doctrines de tous les spécialistes juifs de l’Holocauste, le roman devint de toute façon un énorme best-seller national, et un film du même nom suivit bientôt, en 1982, avec Meryl Streep remportant l’Oscar de la meilleure actrice. Une décennie plus tard, en 1993, La Liste de Schindler de Steven Spielberg remportait sept Oscars, tout en réalisant un chiffre d’affaires de près de 100 millions de dollars.

Avec Hollywood si majoritairement juif, les conséquences n’étaient guère surprenantes, et un genre cinématographique énorme s’est rapidement développé. Selon Finkelstein, Hollywood a produit quelque 180 films sur l’Holocauste rien que pendant les années 1989-2004. Même le sous-ensemble très partiel de films sur l’Holocauste répertoriés sur Wikipedia s’est considérablement allongé, mais heureusement, la base de données des films a vidé le catalogue en fournissant une liste des 50 films les plus émouvants sur l’Holocauste.

Plusieurs milliards de dollars ont sûrement été investis au fil des ans sur les coûts totaux de production de cette entreprise. Pour la plupart des gens ordinaires, « voir c’est croire », et comment peut-on sérieusement douter de la réalité de l’Holocauste après avoir vu toutes les chambres à gaz et les monticules de cadavres de juifs assassinés construits par des scénographes hollywoodiens hautement rémunérés ? Douter de l’existence de Spiderman et de l’Incroyable Hulk serait presque aussi absurde.

Quelque 2% des Américains sont d’origine juive, alors que peut-être 95% possèdent des racines chrétiennes, mais la liste des films sur les chrétiens donnée par Wikipedia semble plutôt maigre et rudimentaire en comparaison. Très peu de ces films ont été largement diffusés, et la sélection s’étend jusqu’à inclure Le Monde de Narnia, qui ne contient aucune mention du christianisme. L’une des rares exceptions importantes sur la liste est La Passion du Christ de Mel Gibson en 2004, qu’il a été contraint de financer lui-même. Et malgré l’énorme succès financier de ce film, l’une des sorties domestiques les plus rentables de tous les temps, le projet a fait de Gibson un paria extrêmement vilipendé dans une industrie sur laquelle il avait autrefois régné en tant que grande star, surtout après que l’on eut appris que son propre père était un négationniste de l’Holocauste.

À bien des égards, Hollywood et les médias de divertissement en général fournissent aujourd’hui la base spirituelle unificatrice de notre société profondément laïque, et la prédominance écrasante des films sur le thème de l’Holocauste par rapport aux films chrétiens a des implications évidentes. Pendant ce temps, dans notre monde globalisé, le système divertissement/média américain domine totalement l’Europe et le reste de l’Occident, de sorte que les idées générées ici façonnent efficacement l’esprit de plusieurs centaines de millions de personnes vivant ailleurs, qu’elles le reconnaissent ou non.

En 2009, le Pape Benoît XVI a cherché à arrêter la dispute dite Vatican II au sein de l’Église catholique et à se réconcilier avec la Société sécessionniste de la faction saint Pie X. Mais cela a tourné à la controverse médiatique lorsqu’on a découvert que l’évêque Richard Williamson, l’un des principaux membres de cette dernière organisation, était depuis longtemps un négationniste de l’Holocauste et pensait aussi que les juifs devraient se convertir au christianisme. Bien que les autres nombreuses différences dans la foi doctrinale catholique fussent tout à fait négociables, le refus apparent d’accepter la réalité de l’Holocauste ne l’était pas, et Williamson est resté éloigné de l’Église catholique. Peu de temps après, il a même été poursuivi pour hérésie par le gouvernement allemand.

Des critiques sur internet laissent entendre qu’au cours des deux dernières générations, des militants juifs énergiques ont réussi à convaincre les nations occidentales de remplacer leur christianisme traditionnel par une nouvelle religion, l’Holocaustianité, et l’affaire Williamson semble certainement appuyer cette conclusion.

Prenons l’exemple du magazine satirique français Charlie Hebdo. Financé par des intérêts juifs, il a passé des années à lancer des attaques vicieuses contre le christianisme, parfois de manière grossièrement pornographique, et a aussi périodiquement vilipendé l’islam. De telles activités ont été saluées par les politiciens français comme la preuve de la totale liberté de pensée permise dans le pays de Voltaire. Mais au moment où l’un de ses principaux caricaturistes a fait une très légère blague sur les juifs, il a été immédiatement licencié, et si la publication avait ridiculisé l’Holocauste, elle aurait certainement été immédiatement fermée, et tout son personnel aurait pu être jeté en prison.

Les journalistes occidentaux et les défenseurs des droits de l’homme ont souvent exprimé leur soutien aux activités audacieuses et transgressives des militantes du Femen, financés par les juifs, lorsqu’elles profanent des églises chrétiennes dans le monde entier. Mais de tels experts seraient certainement en ébullition si quelqu’un devait agir de la même manière envers le réseau international croissant des musées de l’Holocauste, la plupart d’entre eux étant construits aux frais de l’État.

En plus, l’une des sources sous-jacentes du conflit occidental avec la Russie de Vladimir Poutine semble être qu’il a restauré le christianisme à une place privilégiée dans une société où les premiers bolcheviks avaient autrefois dynamité des églises et massacré des milliers de prêtres. Les élites intellectuelles occidentales avaient des sentiments beaucoup plus positifs à l’égard de l’URSS tant que ses dirigeants conservaient une attitude résolument anti-chrétienne.

La montée et la répression du déni de l’Holocauste

Comme il était presque inconnu en Amérique jusqu’au milieu des années 1960, le déni explicite de l’Holocauste était tout aussi inexistant, mais comme le premier devenait de plus en plus visible après la publication du livre de Hilberg en 1961, le second est rapidement apparu. La diffamation lancée par Lipstadt contre Barnes en le traitant de « parrain » du négationnisme contient une pépite de vérité. Sa revue, publiée à titre posthume en 1968, approuvant l’analyse négationniste de Rassinier, semble être la première déclaration aussi substantielle publiée en Amérique, du moins si l’on exclut le rejet des affirmations juives par Beaty en 1951, qui semble avoir attiré une attention publique négligeable.

Vers la fin des années 1960, un éditeur de droite nommé Willis Carto est tombé sur un manuscrit court et brut, apparemment produit quelques années plus tôt, et il a ignoré les subtilités juridiques en le faisant tout simplement imprimer. L’auteur présumé a ensuite intenté une poursuite pour plagiat, et même si l’affaire a finalement été réglée, son identité s’est finalement révélée être celle de David L. Hoggan, un protégé de Barnes avec un doctorat en histoire de Harvard servant comme membre junior du corps professoral à Stanford. Son désir d’anonymat visait à empêcher la destruction de sa carrière, mais il a échoué dans cet effort, et d’autres nominations académiques se sont rapidement asséchées.

Pendant ce temps, Murray Rothbard, le père fondateur du libertarianisme moderne, avait toujours été un fervent partisan du révisionnisme historique et admirait grandement Barnes qui pendant des décennies a été la figure dominante dans ce domaine. Barnes avait aussi brièvement fait allusion à son scepticisme général au sujet de l’Holocauste dans un long article paru en 1967 dans le Rampart Journal, une publication libertarienne qui ne dura guère, et cela a pu être remarqué au sein de ces cercles idéologiques. Il semble qu’au début des années 1970, le déni de l’Holocauste était devenu un sujet de discussion au sein de la communauté libertarienne américaine, fortement juive mais farouchement libre-penseuse, ce qui allait avoir des conséquences importantes.

Un professeur de génie électrique à Northwestern nommé Arthur R. Butz assistait à un rassemblement libertarien pendant cette période quand il a remarqué un pamphlet dénonçant l’Holocauste comme étant une fraude. Il n’avait jamais réfléchi à la question, mais une affirmation aussi choquante a retenu son attention, et il a commencé à se pencher sur la question au début de 1972. Il a rapidement décidé que l’accusation était probablement correcte, mais a trouvé les preuves à l’appui, y compris celles présentées dans le livre inachevé et anonyme de Hoggan, beaucoup trop sommaire, et a décidé qu’il fallait l’étoffer de façon beaucoup plus détaillée et complète. Il a entrepris ce projet au cours des  années suivantes, en travaillant avec la diligence méthodique d’un ingénieur de formation académique.

Son œuvre majeureThe Hoax of the Twentieth Century, a été publiée pour la première fois fin 1976 et est immédiatement devenue le texte central de la communauté négationniste de l’Holocauste, une position qu’elle semble conserver jusqu’à aujourd’hui, alors qu’avec toutes les mises à jour et les annexes, sa longueur dépasse les 200 000 mots. Bien qu’aucune mention de ce livre encore à paraître n’ait été visible dans le numéro de février 1976 de Reason, il est possible que l’on en parlait déjà dans les cercles libertariens et que cela ait provoqué le soudain renouveau d’intérêt soudain pour le révisionnisme historique.

Butz était un professeur titulaire respectable à la Northwestern, et la publication de son livre exposant l’affaire de la négation de l’Holocauste est rapidement devenue un petit évènement couvert par le New York Times et d’autres médias, en janvier 1977. Dans l’un de ses livres, Lipstadt consacre un chapitre complet intitulé « Entering the Mainstream » à l’œuvre de Butz. Selon un article datant de décembre 1980 écrit par Dawidowicz, des donateurs juifs et des militants juifs se sont rapidement mobilisés pour tenter de faire virer Butz pour ses opinions hérétiques, mais à l’époque la rigueur universitaire était toujours ferme et Butz a survécu, un résultat qui semble avoir grandement irrité Dawidowicz.

Un livre aussi détaillé et complet exposant l’affaire du déni de l’Holocauste a naturellement eu un impact considérable sur le débat national, d’autant plus que l’auteur était un universitaire réputé et apparemment apolitique, et qu’une édition américaine du livre de Butz est vite apparue en 1977. Je suis très heureux d’avoir pris des dispositions pour inclure le volume dans ma collection de livres HTML controversés, afin que les personnes intéressées puissent facilement le lire et décider par elles-mêmes.

The hoax of the XXe century – Les arguments contre l’extermination présumée des juifs européens – ARTHUR R. BUTZ – 1976/2015 – 225 000 MOTS

L’année suivante, les tendances négationnistes de l’Holocauste semblaient prendre de l’ampleur avec l’ouverture par Carto d’une petite maison d’édition en Californie, l’Institute for Historical Review (IHR), qui a lancé un périodique trimestriel intitulé The Journal of Historical Review (JHR), en 1980. Tant le IHR que le JHR ont centré leurs efforts sur le révisionnisme en général, mais avec le négationnisme de l’Holocauste au centre de leurs préoccupations. Lipstadt consacre un chapitre entier au IHR, notant plus tard que la plupart des principaux auteurs du numéro de février 1976 de Reason se sont rapidement affiliés à ce projet ou à d’autres entreprises de Carto, tout comme Butz, tandis que le comité de rédaction du JHR s’est rapidement étoffé de nombreux doctorants, souvent obtenus dans des universités très réputées. Au cours du quart de siècle suivant, le IHR tiendra de petites conférences, tous les ans ou tous les deux ans, David Irving en devenant par la suite un présentateur régulier, et même des figures incontournables telles que l’historien John Toland, lauréat du prix Pulitzer, y ont participé à l’occasion comme conférenciers.

Comme exemple important des efforts de l’IHR, l’organisation a publié en 1983 The Dissolution of Eastern Europe Jewry (La dissolution des juifs d’Europe de l’Est), une analyse quantitative très détaillée de la démographie sous-jacente et des mouvements de population au cours de la période englobant la Seconde Guerre mondiale, apparemment la première étude de ce genre. L’auteur, écrivant sous le nom de plume de Walter N. Sanning, a cherché à réviser l’analyse extrêmement simpliste de la population que les historiens institutionnels de l’Holocauste assument sans sourciller.

Avant la guerre, des millions de juifs vivaient en Europe de l’Est, et après la guerre, ces communautés avaient pour la plupart disparu. Ce fait indéniable est depuis longtemps un pilier central implicite du récit traditionnel de l’Holocauste. Mais en s’appuyant sur des sources entièrement publiques, Sanning démontre de manière convaincante que la situation était en fait beaucoup plus compliquée qu’il n’y paraît. Par exemple, il a été largement rapporté à l’époque qu’un grand nombre de juifs polonais avaient été transportés par les Soviétiques dans les profondeurs de leur territoire, sur une base volontaire ou involontaire, le futur Premier ministre israélien Menachem Begin étant inclus dans ces transferts. En outre, un grand nombre de juifs soviétiques fortement urbanisés furent également évacués avant l’avancée des forces allemandes en 1941. L’ampleur exacte de ces mouvements de population a longtemps été incertaine et contestée, mais l’analyse minutieuse par Sanning des données du recensement soviétique d’après-guerre et d’autres sources suggère que les totaux se situaient probablement vers la limite supérieure de la plupart des estimations. Sanning ne prétend pas que ses conclusions soient définitives, mais même si elles ne sont que partiellement correctes, de tels résultats excluraient certainement la réalité des chiffres traditionnels de l’Holocauste.

Un autre participant régulier du IHR était Robert Faurisson. En tant que professeur de littérature à l’Université de Lyon 2, il a commencé à exprimerson scepticisme public au sujet de l’Holocauste au cours des années 1970, et le tumulte médiatique qui en a résulté a conduit à des efforts pour le retirer de son poste, tandis qu’une pétition a été signée en son nom par 200 universitaires internationaux, dont le célèbre professeur Noam Chomsky du MIT. Faurisson s’est accroché à ses opinions, mais les attaques ont persisté, y compris un brutal passage à tabac par des militants juifs qui nécessita une hospitalisation, tandis qu’un candidat politique français épousant des opinions similaires fut assassiné. En 1990, peu après la chute du mur de Berlin et alors que la recherche à Auschwitz et dans d’autres sites de l’Holocauste était soudainement devenue beaucoup plus facile, la France a adopté une loi criminalisant le déni de l’Holocauste, apparemment la première nation après la défaite de l’Allemagne à le faire. Au cours des années qui ont suivi, un grand nombre d’autres pays occidentaux ont fait de même, créant un précédent troublant de résolution de conflits scientifiques par le biais de peines d’emprisonnement, une forme plus douce de la politique que connut la Russie stalinienne.

Faurisson étant un érudit littéraire, il n’est pas tout à fait surprenant que l’un de ses intérêts majeurs fut Le Journal d’Anne Frank, généralement considéré comme le classique littéraire emblématique de l’Holocauste, racontant l’histoire d’une jeune fille juive morte après avoir été déportée des Pays-Bas à Auschwitz. Il a fait valoir que le texte était essentiellement frauduleux, écrit par quelqu’un d’autre après la fin de la guerre, et pendant des décennies, diverses personnes déterminées ont défendu l’affaire dans les deux sens. Je ne peux évaluer correctement aucun de leurs complexes arguments, qui impliquent apparemment des questions de technologie du stylo à bille et d’émendations textuelles, et je n’ai jamais lu le livre lui-même.

Mais pour moi, l’aspect le plus frappant de l’histoire est le destin réel de la jeune fille dans le récit officiel, tel que raconté dans l’article de Wikipedia. Apparemment, la maladie faisait rage dans son camp malgré les meilleurs efforts des Allemands pour la contrôler, et elle est rapidement tombée malade, la plupart du temps alitée à l’infirmerie, avant de mourir du typhus au printemps 1945 dans un autre camp environ six mois après son arrivée initiale. Il me semble plutôt étrange qu’une jeune fille juive tombée gravement malade à Auschwitz aurait passé tant de temps dans les hôpitaux du camp et y soit finalement morte, étant donné qu’on nous dit que le but premier d’Auschwitz et d’autres camps de ce genre était l’extermination efficace de ses détenus juifs.

Au milieu des années 1990, le mouvement de négation de l’Holocauste semblait gagner en visibilité publique, probablement aidé par les doutes soulevés après l’annonce officielle de 1992 selon laquelle le nombre estimé de morts à Auschwitz avait été réduit d’environ 3 millions.

Par exemple, le numéro de février 1995 de Marco Polo, un magazine japonais brillant tiré à 250 000 exemplaires, contenait un long article déclarant que les chambres à gaz de l’Holocauste étaient un canular de propagande. Israël et les groupes militants juifs ont rapidement réagi en organisant un boycott publicitaire généralisé de toutes les publications de la maison mère, l’un des éditeurs les plus respectés du Japon, qui a rapidement plié face à cette grave menace. Tous les exemplaires du numéro ont été rappelés, les membres du personnel ont été licenciés et le magazine a rapidement été fermé, tandis que le président de la société mère a été contraint de démissionner.

En explorant l’histoire du déni de l’Holocauste, j’ai remarqué ce même type de tendance récurrente, le plus souvent de la part d’individus plutôt que d’institutions. Quelqu’un de très respecté et pleinement reconnu décide d’enquêter sur ce sujet controversé, et arrive bientôt à des conclusions qui s’écartent fortement de la vérité officielle en place depuis les deux dernières générations. Pour diverses raisons, ces opinions deviennent publiques, et il est immédiatement diabolisé par les médias dominés par les juifs en tant qu’horrible extrémiste, peut-être mentalement dérangé, tout en étant poursuivi sans relâche par une bande de militants juifs fanatiques. Cela entraîne généralement la destruction de sa carrière.

Au début des années 1960, l’historien de Stanford, David Hoggan, a écrit un manuscrit anonyme The Myth of the Six Million, mais une fois qu’il a été mis en circulation et que son identité a été connue, sa carrière universitaire a été détruite. Une douzaine d’années plus tard, quelque chose de semblable s’est produit avec Arthur Butz, professeur de génie électrique du Nord-Ouest, et seul son mandat universitaire lui a permis d’échapper à un sort similaire.

Fred Leuchter était largement considéré comme l’un des plus grands spécialistes américains de la technologie des exécutions, et un long article dans The Atlantic le présentait comme tel. Au cours des années 1980, Ernst Zundel, un éminent négationniste canadien de l’Holocauste, s’est retrouvé en procès pour avoir douté des chambres à gaz d’Auschwitz, et l’un de ses témoins experts était un gardien de prison américain ayant une certaine expérience de tels systèmes, qui a recommandé l’implication de Leuchter, l’une des figures de proue dans le domaine. Leuchter se rendit bientôt en Pologne et inspecta de près les prétendues chambres à gaz d’Auschwitz, puis publia le rapport Leuchter, concluant qu’il s’agissait manifestement d’une fraude et qu’il était impossible qu’elles aient pu fonctionner de la manière dont les spécialistes de l’Holocauste l’avaient toujours prétendu. Les attaques féroces qui ont suivi lui ont rapidement coûté toute sa carrière professionnelle et ont détruit son mariage.

David Irving était classé comme l’historien de la Seconde Guerre mondiale ayant connu le plus de succès, ses livres se vendant par millions car encensés par les plus grands journaux britanniques lorsqu’il a accepté de comparaître comme témoin expert au procès Zundel. Il avait toujours accepté auparavant le récit conventionnel de l’Holocauste, mais la lecture du rapport Leuchter l’a fait changer d’avis et il en a conclu que les chambres à gaz d’Auschwitz n’étaient qu’un mythe. Il a été rapidement soumis à des attaques médiatiques incessantes, qui ont d’abord gravement endommagé puis détruit sa très illustre carrière d’éditeur, et plus tard, il a même purgé une peine dans une prison autrichienne pour ses opinions inacceptables.

Germar Rudolf était un jeune chimiste allemand qui travaillait avec succès au prestigieux Institut Max Planck lorsqu’il a entendu parler de la controverse concernant le rapport Leuchter, qu’il a trouvé raisonnablement convaincant mais contenant certaines faiblesses. Par conséquent, il a répété l’analyse sur une base plus approfondie, et a publié ses résultats sous le titre The Chemistry of Auschwitz, qui sont les mêmes que Leuchter. Et tout comme Leuchter avant lui, Rudolf a subi la destruction de sa carrière et de son mariage, et comme l’Allemagne traite ces questions de manière plus sévère, il a fini par purger cinq ans de prison pour son impudence scientifique.

Plus récemment, en 2008, le Dr Nicholas Kollerstrom, qui avait passé onze ans comme historien des sciences au sein du personnel de l’University College de Londres, a subi le même sort. Ses intérêts scientifiques dans l’Holocauste ont provoqué une tempête médiatique de diffamation, et il a été licencié avec un préavis d’un jour, devenant ainsi le premier membre de son institution de recherche à avoir été expulsé pour des raisons idéologiques. Il avait auparavant écrit le paragraphe sur Isaac Newton pour une encyclopédie biographique sur les astronomes, et la revue scientifique la plus prestigieuse d’Amérique a exigé que l’encyclopédie entière soit retirée de la vente, détruisant l’œuvre de plus de 100 écrivains, parce qu’elle avait été fatalement entachée par la présence d’un contributeur aussi vilain. Il a raconté cette malheureuse histoire personnelle en guise d’introduction à son livre Breaking the Spell, écrit en 2014, que je recommande vivement.

Le texte de Kollerstrom résume parfaitement une grande partie des preuves plus récentes du déni de l’Holocauste, y compris les livres officiels sur les morts d’Auschwitz rendus par Gorbatchev après la fin de la guerre froide, qui indiquent que le nombre de victimes juives était inférieur d’environ 99% au total largement reconnu. En outre, le nombre de morts juives a en réalité fortement diminué une fois que le Zyklon B était disponible en abondance, contrairement à ce que l’on aurait pu s’attendre d’un compte conventionnel. Il discute également de nouvelles preuves intéressantes contenues dans les décryptages britanniques du temps de guerre de toutes les communications allemandes entre les différents camps de concentration et le quartier général de Berlin. Une grande partie de ce matériel est présentée dans une entrevue intéressante de deux heures sur Red Ice Radio, disponible sur YouTube :

La vie et la carrière d’un nombre très important d’autres personnes ont connu cette même suite d’évènements malheureux qui, dans une grande partie de l’Europe, aboutissent souvent à des poursuites pénales et à l’emprisonnement. Plus particulièrement, une avocate allemande qui était devenue un peu trop audacieuse dans ses arguments juridiques a rapidement rejoint son client derrière les barreaux, et par conséquent, il est devenu de plus en plus difficile pour les accusés des négationnistes de l’Holocauste d’obtenir une représentation juridique efficace. Selon les estimations de Kollerstrom, plusieurs milliers de personnes purgent actuellement leur peine en Europe pour négation de l’Holocauste.

Pays ou la négation de l’Holocauste est interdite

Le déni européen

J’ai l’impression qu’à la fin des années 1960, les anciens pays du bloc soviétique avaient pour la plupart cessé d’emprisonner des gens simplement pour avoir remis en question le dogme marxiste-léniniste, et réservé leurs prisons politiques uniquement à ceux qui s’organisaient activement contre le régime, tandis que le déni de l’Holocauste est aujourd’hui traité beaucoup plus sévèrement. Une différence évidente est que la croyance réelle en la doctrine communiste a entièrement disparu et n’existe presque plus, même au sein des directions communistes elles-mêmes, alors que de nos jours, l’Holocauste est encore une foi jeune et profondément ancrée, du moins au sein d’une petite partie de la population qui exerce une influence extrêmement disproportionnée sur nos institutions publiques.

Un autre facteur évident est les nombreux milliards de dollars actuellement en jeu dans ce que Finkelstein a justement qualifié d’« industrie de l’Holocauste ». Par exemple, de nouvelles demandes de compensations potentiellement énormes sont en cours de réouverture à l’encontre de la Pologne pour des biens juifs perdus ou confisqués pendant la Seconde Guerre mondiale.

En Amérique, la situation est quelque peu différente, et notre premier amendement protège toujours les négationnistes de l’Holocauste contre l’emprisonnement, bien que les efforts de l’ADL et de divers autres groupes pour criminaliser le « discours de haine » visent clairement à éliminer cet obstacle. Mais pendant ce temps, des sanctions sociales et économiques paralysantes sont souvent utilisées pour poursuivre les mêmes objectifs.

En outre, divers monopoles Internet ont été progressivement persuadés ou cooptés pour empêcher la diffusion facile d’informations dissidentes. Au cours des dernières années, les médias ont rapporté que Google a censuré ou redirigé les résultats de ses recherches sur l’Holocauste loin de ceux qui contestent le récit officiel. Plus inquiétant encore, Amazon, notre détaillant de livres quasi-monopolistique actuel, a pris l’année dernière la mesure sans précédent d’interdire des milliers d’ouvrages sur la négation de l’Holocauste, sans doute pour éviter qu’ils ne « confondent » les lecteurs curieux, alors c’est une chance que j’aie acheté le mien quelques années plus tôt. Ces parallèles avec 1984 de George Orwell sont vraiment frappants, et le « rideau de fer sur l’Amérique » contre lequel Beaty nous mettait en garde dans son livre de 1951 semble proche de devenir une réalité.

Quelques personnes du groupe des négationnistes de l’Holocauste ont tenté de pallier cette censure et Rudolf a créé, il y a quelque temps, un site internetnommé HolocaustHandbooks.com, qui permet d’acheter un grand nombre de livres clés ou de les lire facilement en ligne dans une variété de formats différents. Mais la censure croissante d’Amazon, de Google et d’autres monopoles Internet réduit considérablement la probabilité que quiconque rencontre facilement cette information.

De toute évidence, la plupart des partisans du récit conventionnel de l’Holocauste préféreraient gagner leurs batailles sur le terrain de l’analyse plutôt que d’utiliser des moyens économiques ou administratifs pour neutraliser leurs adversaires. Mais j’ai vu peu de preuves qu’ils aient connu un succès sérieux à cet égard.

À part les différents livres de Lipstadt, que j’ai trouvés de mauvaise qualité et assez peu convaincants, l’un des partisans les plus énergiques de l’Holocauste des deux dernières décennies semble avoir été Michael Shermer, l’éditeur du magazine Skeptic, un diplômé en psychologie et en histoire des sciences.

En 1997, il a publié Why People Believe Weird Things, (Pourquoi les gens croient aux choses bizarres), cherchant à démystifier toutes sortes de croyances irrationnelles populaires dans certains cercles, avec le sous-titre du livre décrivant ces croyances comme des « pseudo-sciences » et des « superstitions ». Son texte de couverture se concentrait sur l’ESP, les enlèvements d’extraterrestres et la sorcellerie, mais réfuter la négation de l’Holocauste remplit en réalité la plus grande partie de ce livre, englobant trois chapitres complets. Sa discussion sur ce dernier sujet est assez superficielle, et il a probablement sapé sa crédibilité en prétendant que la réalité scientifique de « race » est un sophisme d’extrême droite similaire, fait également réfuté depuis longtemps par les scientifiques du courant dominant. En ce qui concerne cette dernière question, il continue en affirmant que les prétendues différences entre Noirs et Blancs revendiquées dans des œuvres telles que The Bell Curve de Richard Herrnstein et Charles Murray sont entièrement pseudo-scientifiques, et il fait remarquer que ce livre et d’autres ouvrages similaires auraient été promus par les mêmes groupes pro-nazis qui prônaient le déni de l’Holocauste, ces deux doctrines pernicieuses étant étroitement liées entre elles. Shermer avait recruté Stephen Jay Gould, professeur à Harvard, pour écrire l’avant-propos de son livre, ce qui soulève de sérieuses questions sur ses connaissances ou son jugement, car Gould est largement considéré comme l’un des fraudeurs scientifiques les plus notoires de la fin du XXe siècle.

En 2000, Shermer réattaque en publiant Denying History, livre cette fois entièrement consacré à réfuter la négation de l’Holocauste. Il a recruté Alex Grobman, spécialiste de l’Holocauste, comme co-auteur et a reconnu le généreux soutien financier qu’il avait reçu de diverses organisations juives. Une grande partie du texte semblait se concentrer sur la psychologie et la sociologie des négationnistes de l’Holocauste, essayant d’expliquer pourquoi les gens pouvaient croire à de telles absurdités. En effet, tant d’espace était consacré à ces questions qu’il a été contraint de sauter entièrement l’explication de la réduction officielle de 3 millions du nombre de corps comptés à Auschwitz, quelques années auparavant, évitant ainsi d’avoir à expliquer pourquoi ce grand changement de nombre n’avait eu aucun impact sur le chiffre canonique de six millions de juifs tués pendant l’Holocauste.

Pendant que des écrivains comme Shermer ont été encouragés par de généreuses subventions financières à se ridiculiser, leurs alliés extrémistes les plus violents ont probablement eu un plus grand impact sur le débat sur l’Holocauste. Bien que les sanctions judiciaires et économiques puissent dissuader la grande majorité des négationnistes de l’Holocauste de montrer leur visage, la violence extrajudiciaire a aussi souvent été déployée contre ces âmes fortes qui n’ont pas reculé pour autant.

Par exemple, au cours des années 1980, les bureaux et les entrepôts de l’IHR, en Californie du Sud, ont été incendiés et totalement détruits par des militants juifs. Et bien que le Canada ait traditionnellement connu peu de violence politique, en 1995, la grande maison délabrée qui servait de résidence et de bureau d’affaires à Ernst Zundel, l’un des principaux éditeurs et distributeurs de littérature sur la négation de l’Holocauste, a également été incendiée et rasée. Zundel avait déjà fait l’objet de plusieurs poursuites pénales pour diffusion de « fausses nouvelles » et a finalement passé des années en prison, avant d’être expulsé vers son Allemagne natale, où il a purgé une peine d’emprisonnement supplémentaire. Divers autres éminents négationnistes de l’Holocauste ont même fait l’objet de menaces d’assassinat.

La plupart des historiens et autres universitaires sont des âmes tranquilles, et la menace imminente d’une violence terroriste aussi grave a dû dissuader nombre d’entre eux de s’impliquer dans des questions aussi manifestement controversées. Pendant ce temps, les pressions financières et sociales incessantes peuvent user graduellement les individus et les organisations, les amenant à abandonner le domaine ou à devenir beaucoup moins actifs, leur place étant parfois prise par de nouveaux arrivants.

L’année suivant les attentats du 11 septembre, le JHR a cessé de paraître dans la presse écrite. La croissance de l’Internet a probablement été un facteur contributif important, et comme l’attention nationale s’était totalement déplacée vers la politique étrangère et le Moyen-Orient, l’organisation mère de l’IHR est devenue beaucoup moins active, tandis qu’une grande partie du débat en cours sur le révisionnisme et le déni de l’Holocauste s’est déplacée vers d’autres sites en ligne. Mais à un moment donné, le JHR a numérisé plusieurs centaines de ses articles et les a postés sur son site internet, fournissant plus de trois millions de mots d’un contenu historique généralement de très grande qualité.

Au cours des deux derniers mois, j’ai été plusieurs fois surpris de découvrir que les historiens associés à l’IHR avaient publié depuis longtemps des articles sur des sujets assez parallèles aux miens. Par exemple, après avoir publié un article sur l’hypothèse de Souvorov selon laquelle l’attaque allemande de Barbarossa avait précédé l’attaque planifiée par Staline pour conquérir l’Europe, quelqu’un m’a informé qu’un critique avait longuement discuté du même livre de Souvorov vingt ans plus tôt dans un numéro du JHR. J’ai également découvert plusieurs articles du transfuge de la CIA Victor Marchetti, un personnage important pour les chercheurs sur l’assassinat de JFK, qui avait reçu peu d’attention dans les médias grand public. Il y avait aussi des articles sur le sujet de l’attaque israélienne contre l’USS Liberty, un sujet presque entièrement exclu des médias grand public.

En parcourant occasionnellement certaines archives, j’ai été très impressionné par leur qualité, et comme les archives étaient librement disponibles pour que quiconque puisse les republier, je les ai incorporées, rendant ainsi les millions de mots de leur contenu révisionniste et négationniste de l’Holocauste beaucoup plus facilement accessibles aux lecteurs intéressés. Le matériel est entièrement consultable et organisé par auteur, sujet et période de temps, avec quelques exemples de liens ci-dessous :

The Journal of Historical Review (JHR), numéros 1980-2002

Archives des auteurs :

Archives thématiques :

Ainsi, pour ceux qui s’intéressent particulièrement à la négation de l’Holocauste, plus d’un million de mots peuvent maintenant être commodément disponibles, y compris des œuvres de nombreux auteurs autrefois si bien considérés par les premiers éditeurs du magazine Reason.

La partie souterraine du déni de l’Holocauste

Le pouvoir économique et politique sans cesse croissant des groupes juifs organisés, soutenu par l’imagerie hollywoodienne, a finit par gagner la partie visible de cette guerre et écraser le mouvement de négation de l’Holocauste dans l’arène publique, faisant respecter un récit historique particulier par la menace de poursuites pénales dans la plupart des pays d’Europe et de sévères sanctions sociales et économiques en Amérique. Mais il existe toujours une résistance souterraine obstinée, dont la taille est difficile à estimer.

Comme mon intérêt pour l’Holocauste a toujours été plutôt minime, une fois qu’Internet a vu le jour et que mon cercle d’amis et de connaissances s’est considérablement élargi, j’avais rarement l’occasion d’aborder le sujet. Au fil des ans, un nombre considérable de personnes apparemment rationnelles ont, à un moment ou à un autre, laissé échapper leur scepticisme extrême au sujet de divers éléments du récit canonique de l’Holocauste, et de tels doutes semblaient ne représenter que la pointe de l’iceberg.

De temps à autre, quelqu’un de cette catégorie parlait un peu trop librement ou devenait la cible de représailles sur une autre affaire, et nos médias se lançaient alors dans une frénésie d’accusations et de contre-accusations contre ce négationniste de l’Holocauste.

Par exemple, pendant la bataille pour la destitution de Clinton à la fin des années 1990, les partisans de Clinton pensaient que Christopher Hitchens, éminent expert libéral, avait trahi les confidences personnelles de l’assistant présidentiel, Sidney Blumenthal, et le journaliste Edward Jay Epstein a décidé de riposter en diffusant largement une note de service aux médias accusant Hitchens d’être secrètement un négationniste de l’Holocauste. Il a allégué que lors d’un dîner organisé en 1995, Hitchens avait bu un peu trop de vin et avait commencé à expliquer à ses camarades de table que l’Holocauste n’était qu’un canular. Epstein a soutenu son affirmation en disant qu’il avait été tellement choqué par de telles déclarations qu’il les avait inscrites dans son journal personnel. Ce détail révélateur et le fait que la plupart des autres témoins semblaient suspicieusement vagues dans leurs souvenirs m’ont persuadé qu’Epstein disait probablement vrai. Une querelle amère entre Hitchens et Epstein n’a pas tardé à éclater.

En 2005, Hitchens a traité divers opposants à la guerre d’Irak de Bush d’antisémites, et en représailles, Alexander Cockburn a publié quelquescolonnes dans Counterpunch qui ont ressuscité la controverse de 1999, et c’est à ce moment que je l’ai découvert pour la première fois. En tant que lecteur régulier de Counterpunch, j’ai été intrigué et une rapide recherche sur Google m’a permis de rapidement localiser les comptes rendus médiatiques des accusations explicites d’Epstein. De nombreux rapports de l’incident survivent encore sur le Web, y compris un article du NY Daily News ainsi qu’une partie d’un article de MSNBC, et bien que certains des plus importants aient disparu au cours des douze dernières années, le texte médiatique que je me souviens avoir lu en 2005 a été préservé sur les pages HTML statiques de plusieurs sites internet :

« Epstein a dit à MSNBC que Hitchens s’était mal exprimé sur l’Holocauste le 12 février 1995 – en fait, il y a pratiquement quatre ans – au cours d’un diner à New York avec d’autres amis.

Epstein était si choqué, dit-il, et considérait les doutes de Hitchens comme si graves, qu’il est rentré chez lui et les a notés dans son journal intime !

Selon le journal d’Epstein : ‘Une fois assis dans un fauteuil, et sirotant tranquillement son vin rouge gratuit, Hitchens a avancé une théorie plus révélatrice que tout autre sur ce qui se passe au théâtre Hudson. Sa thèse, au grand choc de tous les participants, était que l’Holocauste était une fiction développée par une conspiration d’intérêts visant à criminaliser la nation allemande’.

‘Il a expliqué qu’aucune preuve d’un massacre allemand n’avait jamais été trouvée – et que les horribles artefacts trouvés avaient été fabriqués après l’événement’, confie Epstein à son journal intime.

‘Qu’en est-il du témoignage des généraux nazis à Nuremberg sur les camps de la mort ?’ a demandé Epstein.

Hitchens, selon ce qu’Epstein a écrit dans son journal, a expliqué que ‘… pour sûr, de tels aveux ont été obtenus sous la torture anglo-américaine’. Epstein a ensuite demandé, comme indiqué dans son journal intime ‘mais qu’est il arrivé aux juifs d’Europe ?’ : ‘Hitchens haussa les épaules et dit : ‘Beaucoup ont été tués par les villageois quand ils se sont enfuis, d’autres sont morts naturellement, et les autres sont partis en Israël’. »

Après avoir lu ces colonnes intéressantes, j’ai commencé à remarquer que Cockburn lui-même donnait parfois des indices suggérant que son opinion personnelle sur l’Holocauste pourrait être quelque peu hérétique, y compris ses remarques énigmatiques disant que les canulars énormes sont en fait beaucoup plus faciles à créer et à entretenir que la plupart des gens ne l’imaginent.

Quelques mois seulement après son attaque contre Hitchens, Cockburn publia un article en deux parties dans lequel il affirmait avec force que le prix Nobel de la paix Elie Wiesel, le plus célèbre de tous les survivants de l’Holocauste, n’était qu’une fraude. On m’avait toujours enseigné que le Zyklon B est l’agent mortel qui fut utilisé par les nazis pour exterminer les juifs d’Auschwitz et j’avais vaguement pris conscience que les négationnistes de l’Holocauste prétendaient absurdement que le composé avait été employé comme agent désinfectant dans les camps, pour empêcher la propagation du typhus ; mais l’année suivante, j’ai été choqué de découvrir dans l’une des colonnes de Cockburn que pendant des décennies le gouvernement des États-Unis avait lui-même utilisé le Zyklon B comme agent désinfectant pour les immigrants entrant à sa frontière mexicaine. Je me souviens de plusieurs autres articles du milieu des années 2000 tournant autour de l’Holocauste, mais je suis maintenant incapable de les localiser dans les archives de Counterpunch.

Il y a 15 ans, j’ai pris conscience qu’un grand nombre de personnes bien informées semblaient être des adeptes secrets du négationnisme de l’Holocauste, ce qui a certainement remodelé mes propres hypothèses encore non remises en question à ce sujet. Le fait qu’un compte rendu occasionnel dans les journaux d’un négationniste de l’Holocauste soit découvert, puis écorché et détruit par les médias, explique facilement pourquoi les positions publiques sur ce sujet sont restées si unanimes. Étant occupé à d’autres choses, je ne pense pas avoir jamais eu une conversation avec quelqu’un sur ce sujet controversé ou même un échange de courriels, mais j’ai gardé les yeux et les oreilles ouverts, et des doutes énormes étaient certainement entrés dans mon esprit bien des années avant que je me donne la peine de lire mon premier livre sur le sujet.

Pendant ce temps, l’effondrement concomitant de ma croyance en notre récit officiel, ce que je nomme la Pravda américaine, sur tant d’autres sujets controversés a également joué un rôle majeur. Une fois que j’ai réalisé, à mon grand désarroi, que je ne pouvais plus croire un mot de ce que nos médias et nos dirigeants politiques disent sur les événements majeurs d’ici et maintenant, leur crédibilité sur les événements controversés d’il y a si longtemps et de si loin a complètement disparu. Pour ces raisons, j’étais devenu assez suspicieux et j’avais un esprit très ouvert sur les questions relatives à l’Holocauste, puisque j’ai fini par lire des livres des deux bords sur le sujet dans la foulée de la controverse du magazine Reason.

L’avenir du déni de l’Holocauste

Pendant de nombreuses années après la fin de la Seconde Guerre mondiale, très peu de choses semblent avoir été écrites sur le sujet crucial que l’on connaît aujourd’hui sous le nom d’Holocauste. Mais à partir des années 1960, l’intérêt a connu un tel essor que des milliers, voire des dizaines de milliers, de volumes sur cet événement jadis ignoré ont été produits. Par conséquent, les quinze ou vingt livres que j’ai personnellement lus ne forment qu’une partie de ce total.

Je n’ai investi que quelques semaines de lecture et de recherche à l’étude de ce sujet vaste et complexe, et ma connaissance est évidemment éclipsée par celle du nombre considérable d’individus qui ont consacré de nombreuses années ou décennies de leur vie à cette activité. Pour ces raisons, l’analyse que j’ai présentée ci-dessus doit sûrement contenir de nombreuses erreurs béantes que d’autres pourraient facilement corriger. Mais parfois un nouveau venu peut remarquer des choses que les professionnels profondément impliqués pourraient normalement manquer, et peut aussi mieux comprendre les points de vue de ceux qui n’ont jamais prêté beaucoup d’attention au sujet.

Toutes les conclusions que j’en ai tirées sont évidemment préliminaires, et l’intérêt que les lecteurs devraient y attacher doit absolument refléter mon statut strictement amateur. Cependant, en tant que personne de l’extérieur qui explore ce sujet litigieux, je pense qu’il est beaucoup plus probable qu’improbable que le récit standard de l’Holocauste soit au moins substantiellement faux, et tout à fait possible qu’il le soit presque entièrement.

Malgré cette situation, l’importance accordée par les médias au soutien de l’Holocauste au cours des dernières décennies l’a élevé à une position centrale dans la culture occidentale. Je ne serais pas surpris qu’elle occupe en fait une plus grande place dans l’esprit de la plupart des gens ordinaires que la Seconde Guerre mondiale elle même, et possèderait donc une plus grande réalité apparente.

Cependant, certaines formes de croyances communes peuvent avoir une grande largeur mais une faible profondeur, et les hypothèses occasionnelles de personnes qui n’ont jamais enquêté sur un sujet donné peuvent changer rapidement. De plus, la force sur la conscience collective de doctrines qui ont longtemps été maintenues en place par des sanctions sociales et économiques sévères, souvent couplées à des sanctions criminelles, peut être beaucoup plus faible que tout le monde ne le pense.

Jusqu’à il y a trente ans, la domination communiste sur l’URSS et ses alliés du Pacte de Varsovie semblait absolument permanente et inébranlable, mais les racines de cette croyance avaient totalement pourri, ne laissant derrière elles qu’une façade creuse. Puis un jour, une rafale de vent est arrivée, et toute la gigantesque structure s’est effondrée. Je ne serais pas surpris que notre récit actuel sur l’Holocauste finisse par subir le même sort, avec peut-être des conséquences malheureuses pour ceux qui sont trop étroitement liés à son maintien.

Ron Unz

Liens

Israël Adam Shamir : Ron Unz, un kamikaze en Californie

Traduit par Wayan, relu par Cat, vérifié par Diane pour le Saker francophone.

PDF24   Send article as PDF     

Navigation de l’article

Source : La Pravda américaine. Le déni de l’Holocauste. – Le Saker Francophone

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s