Où sont passés tous les nazis?

 

Où sont passés tous les nazis?

Donc, il semble qu’Antifa ait effrayé l’armée de nazis enhardie de Trump dans leurs trous hideux, ou du moins, c’est le tour que la Résistance met sur les événements profondément étranges de dimanche dernier. Au cas où vous l’auriez manqué, des milliers de manifestants «antifascistes» se sont rassemblés dans les rues de la capitale pour refuser une plate-forme à vingt ou trente idiots racistes qui tentaient de se rassembler. sur Lafayette Square et se crier des slogans racistes. L’organisateur de ce fiasco idiot (c’est-à-dire le fiasco raciste, pas la protestation) était le même imbécile raciste qui avait organisé l’événement original «Unite the Right» à Charlottesville en 2017. Au cours de ce week-end, Je suis sûr que vous vous en souviendrez, un suprémaciste blanc a conduit sa voiture dans une foule de manifestants, tuant une femme,

Dimanche dernier était un peu moins dramatique. Fondamentalement, ces vingt ou trente racistes ont été escortés par des centaines de policiers anti-émeute et des services secrets sur la place Lafayette, où ils se sont retrouvés entourés par des milliers de manifestants, dont beaucoup avaient l’intention de piétiner leurs entrailles. Cela a dû être un peu dérangeant, car les racistes auraient fui leur propre «rassemblement» avant même d’avoir eu la chance de se crier l’un contre l’autre. C’était extrêmement décevant pour le contingent militant «anti-fasciste», qui comptait sur un autre combat de rue. Selon  le  New York Times, un groupe de militants frustrés a essayé de brûler un drapeau confédéré, mais il ne s’embrasait pas, alors ils ont été obligés de le déchirer avec leurs mains et de sauter dessus. D’autres «antifascistes» militants ont lancé des œufs anti-nazis sur les flics, probablement comme une forme de «légitime défense préventive», ou simplement pour s’assurer que  Breitbart avait des vidéos pour les représenter comme des «terroristes». Le contingent «antifasciste», pas si militant, dont la plupart n’ont jamais entrevu les nazis «enhardis» auxquels ils avaient résisté, apparemment dispersés sans incident.

Les médias d’entreprise et le reste de la Résistance fouettaient cet événement depuis des mois. Cette  photo tristement célèbre  des nazis de la torche tikki avait été réimprimée à plusieurs reprises tout au long de l’été. Des reportages sur Kessler, l’organisateur, dont les activités semblent avoir été principalement financées par sa grand-mère, avec laquelle il vivait également, ont été publiés dans les grands journaux internationaux. La couverture a atteint son apogée au cours du week-end. Samedi, il a été présenté à la radio publique nationale, où il a partagé ses points de vue sur «l’intelligence raciale». Allez-y, google, et émerveillez-vous de la quantité de publicité gratuite accordée à ce geek.

Et ce n’était pas juste les médias d’entreprise. Non, la gauche «antifasciste» militante avait également fait la promotion de ce soi-disant «rassemblement» comme le retour de la revanche de la mariée de Charlottesville. Les groupes d’affinité ont été activés. Des affiches «antifascistes» avaient été imprimées. Création de hashtags Twitter militants. Des slogans «anti-fascistes» accrocheurs, comme «Il faut une balle pour frapper la mode» et «Conduire le régime fasciste de Pump / Trump», avaient été appliqués aux panneaux et aux bannières. Dimanche matin, les médias sociaux bourdonnaient de milliers de tweets et de messages de personnes espérant «frapper un nazi». De toute évidence, Antifa espérait une «autodéfense préventive» hardcore. Il ne leur manquait que quelques centaines de nazis.

Il était donc un peu embarrassant, pour ne rien dire, que seulement une douzaine ou deux racistes se présentaient, au lieu des hordes de nazis, Sieg-heiling, tatoués sur la croix gammée, espéraient la Résistance. Après toute l’énergie et l’argent investis pour convaincre des millions de libéraux crédules que l’Amérique est menacée par des légions de fascistes «enhardies» par Trump (et en quelque sorte liées à Vladimir Poutine), alors cette triste bande de racistes racistes montre pour le «grand rassemblement nazi»… en fait, il se moque du récit officiel qu’ils ont vendu à tout le monde.

Selon ce récit officiel, diffusé par les classes dominantes capitalistes mondiales et les médias d’entreprise depuis que Hillary Clinton a perdu les élections, l’Amérique et la démocratie sont attaquées par une vaste conspiration des Russes et des Nazis (je les qualifie de « les nazis Poutine « ), dirigés par Donald Trump, mais en réalité contrôlés par Vladimir Poutine, qui tente d’anéantir » l’Occident « et de créer un empire russo-nazi qu’il dirigera personnellement avec une main de fer.

Comme on le raconte, en 2015, Poutine et ses nazis russes, furieux de nous avoir fomenté un coup d’Etat avec nos nazis ukrainiens à leur frontière sud, ont finalement activé Donald Trump, qu’ils avaient recruté dans les années 1980 bande vingt ans plus tard) et qui avait posé comme un clown narcissique milliardaire en attendant le «code d’accès» de ses maîtres à Moscou. Trump est immédiatement entré en action, annonçant sa candidature le 16 juin, et a commencé à «encourager» les millions de nazis américains qui attendaient patiemment le jour où un inconditionnel de l’immobilier new-yorkais raciste sortirait des profondeurs de la télé-réalité pour diriger eux à la victoire dans RaHoWa, ou peu importe. Jusqu’à ce que Trump annonce sa course, ces nazis américains se sont fait discrets en se faisant tatouer des croix gammées, faire voler des drapeaux confédérés sur leurs chantiers, brûler des croix, publier des appels au génocide sur des sites Web nazis et, à l’occasion, assassiner des personnes de couleur et bombarder des églises et des garderies. Une fois que Trump a frappé les clous, les nazis ont abandonné toute retenue et se sont mis à poster des grenouilles nazies sur les réseaux sociaux, à visiter des campus avec des visites de livres nazis et à se faire photographier dans des restaurants italiens haut de gamme.

Tout cela a culminé avec le tristement célèbre rassemblement de Charlottesville l’été dernier, qui, comme le soulignait la Résistance, était comme Kristallnacht… sauf que Charlottesville n’était pas un programme et que quatre-vingt-onze personnes juives n’avaient pas été assassinées. Mais à part ça, c’était exactement la même chose. Trump l’a enhardi, puis l’a ouvertement toléré, et étant donné qu’il est un agent russe, nous pouvons supposer que les ordres sont venus directement de Poutine, qui a probablement des agents dans le fascisme souterrain, peut-être dans la cave de Kessler. (c’est-à-dire Poutine, pas la grand-mère de Kessler), et peut-être orchestrant la Nazification du Parti travailliste par Jeremy Corbyn, et qui a influencé les gens avec des messages Facebook, et Dieu sait quelles autres horreurs il a commises…

En tout état de cause, à la suite Charlottesville Kristallnacht, la Résistance est allé travailler chasse aux nazis, les faire arrêter ou renvoyés de leur emploi, ou tout simplement se présenter à leurs rassemblements pathétiques et piétiner la vie d’ Hitler sur eux. Étant principalement des idiots, ils n’étaient pas difficiles à trouver… ou du moins pas la variété tikki torche Kessler. Nous ne parlons pas de la Fraternité Aryenne ici. Nous parlons de chair de poule comme  le Pleurer nazi ,  Richard Spencer  (un autre chouchou des médias),  Andrew Auernheimer , a / k / a « VEEO, » des groupes comme le fier garçons (qui vous avez probablement jamais entendu parler , sauf si vous voyagez dans « cercles antifascistes) et d’autres idiots qui n’ont absolument rien à voir avec le pouvoir réel aux États-Unis ou ailleurs.

Ce qui, bien sûr, est le point de l’hystérie nazie avec laquelle la Résistance nous a barrés, c’est-à-dire qu’ils ne sont pas trop occupés avec l’hystérie de Trump-is-a-Russian-Agent. Comme je l’ai souligné dans  plusieurs autres essais , il n’ya pas «d’attaque russe contre la démocratie», ni de «marée sanglante» du nazisme enraciné menaçant l’Occident. Tout ce qui se passe réellement, c’est que les classes dirigeantes capitalistes mondiales mènent une PSYOP contre-insurrectionnelle dont  l’objectif est de mettre un terme à la résistance «populiste» à la propagation du capitalisme mondial.. Il n’y a pas de capitaliste mondial dans une salle qui conspire pour le faire. C’est simplement le système qui répond (en tant que système) pour éliminer une menace interne et rétablir le contrôle de son environnement, qui, dans ce cas, se trouve être la planète entière (car le capitalisme mondial n’a pas d’ennemis externes).

Une partie de cette PSYOP contre-insurrectionnelle consiste à délégitimer toute personne et tout ce qui fait obstacle au capitalisme mondial. Peu importe que l’opposition provienne de ce que la plupart d’entre nous considèrent comme la «gauche» ou le «droit». Le capitalisme mondial s’en fiche. Il ne peut tout simplement pas y avoir de perturbations majeures comme le référendum sur le Brexit et l’élection de Trump avec sa privatisation de tout (qui a commencé au début des années 1990, immédiatement après la fin de la guerre froide). Ces insurrections populistes se nourrissent mutuellement. Un jour, ce sont les nationalistes qui abandonnent l’UE, le lendemain, ce sont les socialistes qui boycottent Israël. Le lendemain, les Américains pourraient exiger des soins de santé universels, des études universitaires subventionnées ou la démilitarisation de la police. Les choses pourraient rapidement devenir incontrôlables.

L’autre partie de cette PSYOP contre-insurrectionnelle fabrique autant d’hystérie de masse et de paranoïa à propos des agents russes et enhardit les nazis que humainement possible. Cet aspect du PSYOP se vend tout seul… s’opposer au capitalisme mondial est un travail difficile et pas très gratifiant. C’est tellement plus facile (et beaucoup plus amusant) de traquer des Russes et des Nazis imaginaires. Et si vous ne connaissez aucun membre russe, ou si vous ne trouvez pas de nazis, pas d’inquiétude, il y a beaucoup d’apadiens, d’apologistes Poutine, d’apologistes Alex Jones, d’apologistes terroristes, de racistes transphobes, d’antisémites. Les socialistes britanniques et les fascistes-fascistes crypto-Red-Brown, sans parler de Susan Sarandon et de tous ceux qui n’ont pas voté pour Clinton. Vous pouvez les traquer et les appeler sur Facebook dans le confort de votre foyer. Je suis relativement sûr les moniteurs Internet du Conseil de l’Atlantique ne vous dérangeront pas si vous le faites. Il suffit de regarder ce que vous dites à propos de la CIA, du FBI, de la NSA et des autres sociétés et organisations non gouvernementales courageuses qui « travaillent ensemble pour assurer l’avenir ».

Oh, et si vous voyez l’un de ces nazis sortir de leur cachette, ou quelqu’un qui regarde, il pourrait être sur le point de commettre un acte de génocide verbal, allez-y et arrachez les yeux… parce que nous ne pouvons pas permettre de donner à ces nazis un pouce. Bonne journée et bonne chasse!

 

Plus d’articles de: 

CJ Hopkins est un dramaturge, romancier et satiriste américain primé basé à Berlin. Ses pièces sont publiées par Bloomsbury Publishing (Royaume-Uni) et Broadway Play Publishing (États-Unis). Son premier roman, ZONE 23 , est publié par Snoggsworthy, Swaine & Cormorant. Il peut joindre à cjhopkins.com ou  consentfactory.org .

Source : Où sont passés tous les nazis?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s