Le piège du grand maître Poutine | OrientalReview.org

Le piège du grand-maître Poutine

Les accusations de l’Occident envers Poutine sont traditionnellement fondées sur le fait qu’il travaillait au KGB. Et par conséquent, il est une personne cruelle et immorale. Poutine est blâmé pour tout. Mais personne n’a jamais accusé Poutine du manque d’intelligence.

Les accusations portées contre cet homme ne font qu’accentuer sa capacité à réfléchir rapidement et à prendre des décisions politiques et économiques claires et équilibrées.

Souvent, les médias occidentaux comparent cette capacité à la capacité d’un grand maître, en menant une simulation simultanée d’échecs. Les développements récents de l’économie américaine et de l’Occident en général nous permettent de conclure que dans cette partie de l’évaluation de la personnalité de Poutine, les médias occidentaux ont absolument raison.

Malgré de nombreux rapports de succès dans le style de Fox News et de CNN, l’économie occidentale, dirigée par les Etats-Unis, est aujourd’hui dans le piège de Poutine, dont nul en Occident ne peut voir ou trouver. Et plus l’Occident essaie d’échapper à ce piège, plus il devient coincé.

Quelle est la situation véritablement tragique de l’Occident et des États-Unis dans laquelle ils se trouvent? Et pourquoi tous les médias occidentaux et les principaux économistes occidentaux sont silencieux à ce sujet, comme un secret militaire bien gardé? Essayons de comprendre l’essence des événements économiques actuels, dans le contexte de l’économie, en mettant de côté les facteurs de moralité, d’éthique et de géopolitique.

Développement des prix du pétrole brut.
Développement des prix du pétrole brut.

Après avoir réalisé son échec en Ukraine, l’Occident, dirigé par les Etats-Unis, a entrepris de détruire l’économie russe en abaissant les prix du pétrole et en conséquence les principales sources de recettes d’exportation en Russie et les principales sources de reconstitution des réserves d’or russes. Il convient de noter que l’échec principal de l’Ouest en Ukraine n’est pas militaire ou politique. Mais dans le refus réel de Poutine de financer le projet occidental de l’Ukraine au détriment du budget de la Fédération de Russie. Ce qui rend ce projet occidental non viable dans un avenir proche et inévitable.

La dernière fois sous le président Reagan, de telles actions de l’abaissement des prix du pétrole de l’Ouest ont conduit au «succès» et à l’effondrement de l’URSS. Mais l’histoire ne se répète pas tout le temps. Cette fois, les choses sont différentes pour l’Occident. La réaction de Poutine à l’Ouest ressemble à la fois aux échecs et au judo, lorsque la force utilisée par l’ennemi est utilisée contre lui, mais avec un coût minime pour la force et les ressources du défenseur. Les vraies politiques de Poutine ne sont pas publiques. Par conséquent, la politique de Poutine a toujours mis l’accent non pas tant sur l’effet, mais sur l’efficacité.

Très peu de gens comprennent ce que Poutine est en train de faire . Et presque personne ne comprend ce qu’il va faire dans le futur.

Aussi étrange que cela puisse paraître, Poutine ne vend que du pétrole et du gaz russe pour l’or physique.

Poutine ne crie pas à ce sujet partout dans le monde. Et bien sûr, il accepte toujours les dollars américains comme moyen de paiement intermédiaire. Mais il échange immédiatement tous ces dollars obtenus de la vente de pétrole et de gaz pour de l’or physique!

Pour comprendre cela, il suffit de regarder la dynamique de la croissance des réserves d’or de la Russie et de comparer ces données avec les recettes en devises de la Russie provenant de la vente de pétrole et de gaz sur la même période.

orDe plus, au troisième trimestre, les achats d’or physique par la Russie sont à des niveaux records record. Au troisième trimestre de cette année, la Russie avait acheté une quantité incroyable d’or d’un montant de 55 tonnes.  C’est plus que toutes les banques centrales de tous les pays du monde réunis  (selon les données officielles)!

Au total, les banques centrales de tous les pays du monde ont acheté 93 tonnes de métaux précieux au troisième trimestre de 2014. Il s’agissait du 15e trimestre consécutif d’achats nets d’or par les banques centrales. Sur les 93 tonnes d’or achetées par les banques centrales dans le monde au cours de cette période, le volume stupéfiant des achats – 55 tonnes – appartient à la Russie .

Il n’y a pas si longtemps, les scientifiques britanniques sont parvenus à la même conclusion, comme cela a été publié dans la conclusion de l’enquête géologique des États-Unis il y a quelques années. A savoir: l’ Europe ne pourra pas survivre sans l’approvisionnement énergétique de la Russie. Traduit de l’anglais vers n’importe quelle autre langue dans le monde, cela signifie: « Le monde ne pourra pas survivre si le pétrole et le gaz russe sont soustraits de l’équilibre global de l’approvisionnement énergétique ».

Ainsi, le monde occidental, construit sur l’hégémonie du pétrodollar, est dans une situation catastrophique. Dans lequel il ne peut pas survivre sans l’approvisionnement en pétrole et gaz de la Russie. Et la Russie est maintenant prête à vendre son pétrole et son gaz à l’Occident uniquement en échange d’or physique! La torsion du jeu de Poutine est que le mécanisme pour la vente de l’énergie russe à l’Occident seulement pour l’or fonctionne maintenant indépendamment du fait que l’Occident accepte de payer pour le pétrole et le gaz russe avec son or artificiellement bon marché ou non.

Parce que la Russie, ayant un flux régulier de dollars provenant de la vente de pétrole et de gaz, en tout cas, sera en mesure de les convertir en or avec les prix actuels de l’or, déprimés par tous les moyens par l’Occident. C’est-à-dire au prix de l’or, qui avait été baissé artificiellement et méticuleusement par la Fed et le FSE à plusieurs reprises, contre le pouvoir d’achat artificiellement gonflé du dollar par la manipulation du marché.

Fait intéressant: la suppression des prix de l’or par le département spécial du gouvernement américain – ESF (Exchange Stabilization Fund) – dans le but de stabiliser le dollar a été transformé en loi aux États-Unis.

Dans le monde financier, il est accepté comme acquis que l’or est un antidollar.

  • En 1971, le président américain Richard Nixon a fermé la «fenêtre d’or», mettant fin au libre échange de dollars pour l’or, garanti par les États-Unis en 1944 à Bretton Woods.
  • En 2014, le président russe Vladimir Poutine a rouvert la «fenêtre d’or», sans demander la permission de Washington.

À l’heure actuelle, l’Occident consacre une grande partie de ses efforts et de ses ressources à la suppression des prix de l’or et du pétrole. Ainsi, d’une part, déformer la réalité économique existante en faveur du dollar américain et, d’autre part, détruire l’économie russe, refusant de jouer le rôle de vassal obéissant de l’Occident.

Aujourd’hui, les actifs tels que l’or et le pétrole semblent proportionnellement affaiblis et excessivement sous-évalués par rapport au dollar américain. C’est une conséquence de l’énorme effort économique de l’Occident.

Et maintenant, Poutine vend des ressources énergétiques russes en échange de ces dollars américains, artificiellement soutenus par les efforts de l’Occident. Avec lequel il achète immédiatement de l’or, artificiellement dévalué contre le dollar américain par les efforts de l’Occident lui-même!

sourcesIl y a un autre élément intéressant dans le jeu de Poutine. C’est de l’uranium russe. Chaque sixième ampoule aux États-Unis dépend de son approvisionnement. Ce que la Russie vend aux États-Unis aussi, pour les dollars.

Ainsi, en échange du pétrole, du gaz et de l’uranium russes, l’Occident paye à la Russie des dollars dont le pouvoir d’achat est artificiellement gonflé contre le pétrole et l’or par les efforts de l’Occident. Mais Poutine utilise ces dollars seulement pour retirer de l’or physique de l’Ouest en échange, pour le prix libellé en dollars américains, artificiellement abaissé par le même Occident.

Cette combinaison économique vraiment brillante de Poutine met l’Ouest dirigé par les États-Unis dans une position de serpent, dévorant agressivement et diligemment sa propre queue.

L’idée de ce piège économique en or pour l’Occident ne provient probablement pas de Poutine lui-même. C’était probablement l’idée du conseiller pour les affaires économiques de Poutine, le docteur Sergey Glazyev. Sinon, pourquoi apparemment pas impliqué dans le business bureaucrate Glazyev, ainsi que de nombreux hommes d’affaires russes, a été personnellement inclus par Washington sur la liste des sanctions? L’idée d’un économiste, le docteur Glazyev a été brillamment exécutée par Poutine, avec l’approbation complète de son collègue chinois – Xi Jinping.

Particulièrement intéressant dans ce contexte regarde la déclaration de Novembre du premier vice-président de la Banque centrale de Russie Ksenia Yudaeva, qui a souligné que la Banque centrale de Russie peut utiliser l’or de ses réserves pour payer les importations, si nécessaire. Il est évident qu’en termes de sanctions du monde occidental, cette déclaration s’adresse aux pays BRICS, et en premier lieu à la Chine. Pour la Chine, la volonté de la Russie de payer des marchandises avec de l’or occidental est très pratique. Et voici pourquoi:

La Chine a récemment annoncé qu’elle cesserait d’augmenter ses réserves d’or et de devises libellées en dollars américains. Considérant le déficit commercial croissant entre les États-Unis et la Chine (la différence actuelle est cinq fois en faveur de la Chine), cette déclaration traduit du langage financier: «La Chine cesse de vendre ses produits pour des dollars». Les médias du monde ont choisi de ne pas remarquer ce plus grand dans le récent événement de l’histoire monétaire.Le problème n’est pas que la Chine refuse littéralement de vendre ses produits pour les dollars américains. Bien entendu, la Chine continuera à accepter le dollar américain comme moyen de paiement intermédiaire pour ses produits. Mais, ayant pris des dollars, la Chine s’en débarrassera immédiatement et les remplacera par quelque chose d’autre dans la structure de ses réserves d’or et de devises. Autrement, la déclaration faite par les autorités monétaires de la Chine perd son sens: « Nous arrêtons l’augmentation de nos réserves d’or et de devises libellées en dollars américains ». Autrement dit, la Chine n’achètera plus d’obligations du Trésor des États-Unis avec tous les pays, comme ils l’ont fait auparavant.

Ainsi, la Chine remplacera tous les dollars qu’elle recevra pour ses produits non seulement des États-Unis, mais du monde entier avec quelque chose d’autre pour ne pas augmenter leurs réserves de devises en or, libellées en dollars américains. Et voici une question intéressante: à quoi la Chine va-t-elle remplacer tous les dollars commerciaux? Quelle monnaie ou un atout? L’analyse de la politique monétaire actuelle de la Chine montre que très probablement les dollars provenant du commerce, ou d’une grande partie d’entre eux, la Chine remplacera tranquillement et de fait remplace déjà par l’or.

Sommes-nous témoins de la fin de l'ère du dollar?
Sommes-nous témoins de la fin de l’ère du dollar?

Dans cet aspect, le solitaire des relations russo-chinoises est extrêmement réussi pour Moscou et Pékin. La Russie achète directement des marchandises en provenance de Chine pour obtenir de l’or à son prix actuel. Alors que la Chine achète des ressources énergétiques russes pour l’or à son prix actuel. Dans cette fête russo-chinoise de la vie, il y a une place pour tout: les produits chinois, les ressources énergétiques russes et l’or – comme moyen de paiement mutuel. Seul le dollar américain n’a pas sa place dans ce festival de la vie.  Et ce n’est pas surprenant. Parce que le dollar américain n’est pas un produit chinois, ni une ressource énergétique russe. C’est seulement un instrument financier intermédiaire de règlement – et un intermédiaire inutile. Et il est d’usage d’exclure les intermédiaires inutiles de l’interaction de deux partenaires commerciaux indépendants.

Il convient de noter séparément que le marché mondial de l’or physique est extrêmement faible par rapport au marché mondial de l’approvisionnement en pétrole physique. Et en particulier, le marché mondial de l’or physique est microscopique par rapport à l’ensemble des marchés mondiaux pour la livraison physique de pétrole, de gaz, d’uranium et de biens.

L’accent est mis sur l’expression « or physique » parce que, en échange de ses ressources énergétiques physiques et non « papier », la Russie retire maintenant de l’or de l’Occident, mais seulement sous sa forme physique et non sur papier. De même que la Chine, en acquérant de l’Occident l’or physique artificiellement dévalué comme un paiement pour la livraison physique de produits réels à l’Occident.

Les espoirs occidentaux que la Russie et la Chine accepteront comme paiement pour leurs ressources énergétiques et leurs biens « shitcoin » ou « or papier » de toutes sortes ne se sont pas concrétisés. La Russie et la Chine ne s’intéressent qu’à l’or et seulement au métal physique comme moyen de paiement final.

Pour référence: le chiffre d’affaires du marché de l’or papier, uniquement des contrats à terme sur l’or, est estimé à 360 milliards de dollars par mois. Mais la livraison physique de l’or n’est que de 280 millions de dollars par mois. Ce qui rend le ratio du commerce de l’or papier par rapport à l’or physique: 1000 à 1.

Utilisant le mécanisme de retrait actif du marché de celui artificiellement abaissé par l’actif financier occidental (or) en échange d’un autre artificiellement gonflé par l’actif financier occidental (USD), Poutine a ainsi commencé le compte à rebours jusqu’à la fin de l’hégémonie mondiale pétrodollar. Ainsi, Poutine a mis l’Occident dans une impasse de l’absence de perspectives économiques positives. L’Occident peut dépenser autant d’efforts et de ressources pour augmenter artificiellement le pouvoir d’achat du dollar, baisser les prix du pétrole et baisser artificiellement le pouvoir d’achat de l’or. Le problème de l’Occident est que les stocks d’or physique en possession de l’Occident ne sont pas illimités. Par conséquent, plus l’Occident dévalorise le pétrole et l’or par rapport au dollar américain, plus vite il perd de la dévaluation de l’or de ses réserves non infinies.Dans cette combinaison économique brillamment jouée par Poutine, l’or physique coule rapidement vers la Russie, la Chine, le Brésil, le Kazakhstan et l’Inde, les pays BRICS, à partir des réserves de l’Ouest. Au rythme actuel de réduction des réserves d’or physique, l’Occident n’a tout simplement pas le temps de faire quoi que ce soit contre la Russie de Poutine jusqu’à l’effondrement de l’ensemble du monde pétrodollar occidental. Aux échecs, la situation dans laquelle Poutine a placé l’Occident, dirigé par les Etats-Unis, est appelée « trouble du temps ».

Le monde occidental n’a jamais fait face à de tels événements et phénomènes économiques qui se produisent actuellement. L’URSS a rapidement vendu de l’or pendant la chute des prix du pétrole. La Russie achète rapidement de l’or pendant la chute des prix du pétrole. Ainsi, la Russie constitue une menace réelle pour le modèle américain de domination mondiale pétrodollar.

Le principe principal du modèle pétrodollar mondial est de permettre aux pays occidentaux dirigés par les États-Unis de vivre au détriment du travail et des ressources d’autres pays et peuples basés sur le rôle de la monnaie américaine, dominante dans le système monétaire mondial (GMS). Le rôle du dollar américain dans le GMS est qu’il est le moyen de paiement ultime. Cela signifie que la monnaie nationale des États-Unis dans la structure de la GMS est l’accumulateur d’actifs ultime, d’échanger qui à tout autre actif n’a pas de sens. Ce que les pays du BRICS, menés par la Russie et la Chine, sont en train de faire, c’est en fait de changer le rôle et le statut du dollar américain dans le système monétaire mondial.De l’ultime moyen de paiement et de l’accumulation d’actifs, la monnaie nationale des États-Unis, par les actions conjointes de Moscou et de Pékin est transformé en un moyen de paiement intermédiaire. Destiné uniquement à échanger ce paiement intermédiaire pour un autre et l’actif financier ulimate – or. Ainsi, le dollar américain perd en fait son rôle de moyen ultime de paiement et d’accumulation d’actifs, cédant ces deux rôles à un autre actif monétaire reconnu, dénationalisé et dépolitisé – l’or.

Traditionnellement, l’Occident a utilisé deux méthodes pour éliminer la menace à l’hégémonie du modèle pétrodollar dans le monde et les privilèges excessifs conséquents pour l’Occident.

Carte des révolutions colorées
Carte des révolutions colorées

Une de ces méthodes – les révolutions colorées. La deuxième méthode, qui est généralement appliquée par l’Occident, si le premier échoue – l’agression militaire et les bombardements.

Mais dans le cas de la Russie, ces deux méthodes sont soit impossibles, soit inacceptables pour l’Occident.

Parce que, d’une part, la population de la Russie, contrairement aux habitants de nombreux autres pays, ne souhaite pas échanger sa liberté et l’avenir de ses enfants contre la saucisse occidentale. Cela ressort clairement des notes record de Poutine, publiées régulièrement par les principales agences de notation occidentales. L’amitié personnelle du protégé de Washington, Navalny, avec le sénateur McCain a joué pour lui et pour Washington un rôle très négatif. Ayant appris ce fait par les médias, 98% de la population russe perçoit maintenant Navalny seulement comme un vassal de Washington et un traître des intérêts nationaux de la Russie . Par conséquent, les professionnels occidentaux, qui n’ont pas encore perdu la tête, ne peuvent rêver d’une révolution de la couleur en Russie.

Quant à la deuxième voie occidentale traditionnelle d’agression militaire directe, la Russie n’est certainement pas la Yougoslavie, ni l’Irak ni la Libye.Dans toute opération militaire non nucléaire contre la Russie, sur le territoire de la Russie, l’Occident dirigé par les États-Unis est voué à la défaite. Et les généraux du Pentagone qui exercent une véritable direction des forces de l’OTAN en sont conscients. De même, une guerre nucléaire contre la Russie est sans espoir, y compris le concept de «frappe nucléaire désarmante préventive». L’OTAN n’est tout simplement pas techniquement capable de porter un coup qui désarmerait complètement le potentiel nucléaire de la Russie sous toutes ses formes. Une frappe de représailles nucléaire massive contre l’ennemi ou un groupe d’ennemis serait inévitable. Et sa capacité totale sera suffisante pour que les survivants envient les morts. C’est-à-dire qu’un échange de frappes nucléaires avec un pays comme la Russie n’est pas une solution au problème imminent de l’effondrement d’un monde de pétrodollars. C’est dans le meilleur des cas, un accord final et le dernier point dans l’histoire de son existence. Dans le pire des cas – un hiver nucléaire et la disparition de toute la vie sur la planète, sauf pour les bactéries mutées par rayonnement.

L’establishment économique occidental peut voir et comprendre l’essence de la situation. Les grands économistes occidentaux sont certainement conscients de la gravité de la situation et du désespoir de la situation dans laquelle se trouve le monde occidental, dans le piège économique de Poutine. Après tout, depuis les accords de Bretton Woods, nous connaissons tous la règle d’or: «Qui a plus d’or fixe les règles.» Mais tout le monde dans l’Ouest est silencieux à ce sujet. Silencieux parce que personne ne sait maintenant comment sortir de cette situation.

Si vous expliquez au public occidental tous les détails du désastre économique imminent, le public demandera aux partisans d’un monde pétrodollar les questions les plus terribles, qui vont ressembler à ceci:

Combien de temps l’Occident pourra-t-il acheter du pétrole et du gaz à la Russie en échange d’or physique? 
Et qu’arrivera-t-il au pétrodollar américain après que l’Occident aura épuisé son or physique pour payer le pétrole, le gaz et l’uranium russes, et pour payer les produits chinois?

Personne en Occident aujourd’hui ne peut répondre à ces questions apparemment simples.

Et cela s’appelle « Checkmate », Mesdames et Messieurs. Le jeu est terminé.

Source en russe: Investcafe

Traduit par ORIENTAL REVIEW

Suivez nous Revue orientale .org Open Dialogue Journal de recherche NOS COUPS DE COEUR , RUSSIE , ÉTATS-UNIS Le piège du grand-maître Poutine Écrit par ORIENTAL REVIEW on25/12/2014 Plus dans nos choix: Rapport d’incident de Salisbury: des preuves tangibles pour les esprits doux 28/03/2018 Fatal Quad: Qui est en train d’assassiner des actifs MI6 sur le sol britannique? 12/03/2018 Derrière l’affaire Lafarge de parrainer Daesh en Syrie 02/03/2018 Les accusations de l’Occident envers Poutine sont traditionnellement fondées sur le fait qu’il travaillait au KGB. Et par conséquent, il est une personne cruelle et immorale. Poutine est blâmé pour tout. Mais personne n’a jamais accusé Poutine du manque d’intelligence. Les accusations portées contre cet homme ne font qu’accentuer sa capacité à réfléchir rapidement et à prendre des décisions politiques et économiques claires et équilibrées. Souvent, les médias occidentaux comparent cette capacité à la capacité d’un grand maître, en menant une simulation simultanée d’échecs. Les développements récents de l’économie américaine et de l’Occident en général nous permettent de conclure que dans cette partie de l’évaluation de la personnal

Source : Le piège du grand maître Poutine | OrientalReview.org

Un commentaire sur “Le piège du grand maître Poutine | OrientalReview.org

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s